samedi 30 septembre 2017

Le Cardinal Müller s’agite et zigzague



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : le Centre de Fatima
Le 29 septembre 2017

Au cours d'une interview menée par le redoutable Edward Pentin, le Cardinal Gerhard Müller, qui a été brutalement licencié à la fin de son premier mandat en tant que Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF), s’est agité et a zigzagué comme un boxeur pris dans les cordes en répondant aux questions incisives de Pentin. Mais on peut tirer beaucoup de conclusions des réponses évasives de Müller.

Voici un échantillon de cette rencontre importante avec un prélat qui se trouvait aux sommets d'une Église dans la tourmente sous le Pape François.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

« Votre Éminence, le mois dernier, il a été signalé que, depuis 2013, aucune action n'a été prise contre les théologiens dissidents. Est-ce vrai ? »

« Cette observation n'est pas correcte. L'approche de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi depuis les changements du Concile Vatican II sont d'abord la promotion de la Foi — et la seconde est de défendre la Foi. Dans certains cas, nous agissons en tant que tribunal pour des délits contre la Foi et la morale. Mais, à mon époque, il y avait des cas où nous avons d'abord dialogué avec certains théologiens pour résoudre les problèmes d'une manière fraternelle. Mais je pense qu'il n'y a pas eu de changement absolu dans le rôle de la Congrégation… ».

Traduction : Aucun théologien dissident n'a été discipliné depuis l'élection de François. Il n'y a eu qu'un « dialogue ».

Pentin a insisté sur le problème pour obtenir une réponse directe :

« Donc, il n'y a pas eu, au moins publiquement, des cas où des théologiens dissidents ont été disciplinés en quelque sorte au cours des quatre dernières années ?

« Il y avait souvent des reproches contre nous au cours de la dernière année qui appartiennent à une vision anachronique de la CDF, qui ne ressemblent pas au rôle et au travail de la Congrégation dans les temps modernes .... Nous avons abordé certains cas impliquant des opinions problématiques et des théologiens. Par exemple, nous ne pourrions pas donner un nihil obstat dans — quelques-uns —des cas.

Traduction : Aucun théologien dissident n'a été discipliné depuis l'élection de François. Quelques livres n'ont pas été jugés acceptables, mais ils ont apparemment été publiés de toute façon.

Pentin essaya de nouveau, et Müller s’agita et zigzagua à nouveau :

« Avez-vous des exemples de théologiens qui ont été disciplinés au cours des dernières années, peut-être certains dont nous n'avons pas entendu parler ?

« Non, je ne peux pas donner les noms parce qu'ils sont sous le secret pontifical, mais mon impression de la situation au cours des cinq dernières années est qu'il n'y a pas eu de changement dans le rôle de la Congrégation ».

Traduction : Müller ne connaît pas un seul théologien dissident qui a été discipliné depuis l'élection de François, ce qui est un « secret » de toute façon. Mais son « impression » — ce qui signifie qu'il n'a aucune preuve — est que la CDF n'a pas cessé de discipliner les théologiens dissidents. La suggestion selon laquelle les théologiens dissidents sont disciplinés « sous le secret pontifical » est ridicule. S'ils émettent une erreur, leurs erreurs doivent être identifiées et corrigées publiquement. La « discipline secrète » est sans valeur.

Ensuite, Pentin a cherché à confirmer que, sous le Pape François, la CDF a été essentiellement désaffectée en faveur des conseillers personnels de François, y compris son ami l’Archevêque Victor (« L’art d’embrasser ») Fernandez, que François a fait Archevêque titulaire d'un siège (physiquement inexistant ) comme l'un de ses premiers actes officiels.

« On a beaucoup parlé que la Congrégation a été déclassée, voire même isolée, lors de ce pontificat. Au lieu de cela, le Saint-Père préfèrait consulter ses conseillers, comme son confident proche, l'Archevêque Victor Fernandez, recteur de l'Université Pontificale Catholique d'Argentine à Buenos Aires. Est-ce que ces personnes orientent la Doctrine et que la CDF est-elle mis à l'écart ?

« J'ai entendu dire que le Pape est proche de certains théologiens, mais ils ne peuvent prétendre être des interprètes autorisés du Pape. Si l'Archevêque Fernandez fait une déclaration, par exemple, ce n'est qu‘à titre privé. Il n'a pas plus de poids que les déclarations d'autres Évêques — et certainement concernant toute l'Église, il n'a pas d'autorité magistérielle — et il ne possède pas plus d'autorité pour moi que toute autre voix théologique.

Traduction : Oui, le CDF a été mis à l'écart.

Müller a ensuite réitéré le faux fuyant qu’Amoris Laetitia (AL) « ne contient aucun « nouveau dogme » — une autre évasion comme si ce n'était pas cela la revendication contre AL. Il a ajouté que :

« Il n'y a pas de nouvelle Doctrine ni d'explication de certains points juridiques de la Doctrine, mais une acceptation de la Doctrine de l'Église et des Sacrements. La seule question est leur application pastorale dans des situations extraordinaires ».

Traduction : François n'a changé aucune Doctrine. Il a « simplement » déclaré qu'elle ne s'applique pas dans des « situations extraordinaires » ! Ce qui signifie, bien sûr, une relativisation de la Doctrine selon les circonstances. Mais rien n'a changé, vous voyez !

Pentin a ensuite demandé si Müller avait été licencié en raison d'être trop orthodoxe pour le Pape François :

« Vous dites que vous ne connaissez pas les raisons pour lesquelles le Pape ne renouvelle pas votre mandat en tant que Préfet, mais est-ce que ça pourrait être parce qu'il y a une vague d'hétérodoxie au plus haut niveau et que vous n’y cadrez pas parce que vous êtes considéré comme orthodoxe ? Ensuite, vous avez Amoris Laetitia et votre interprétation de ce document qui diverge de ceux détenus par les conseillers les plus proches du Pape et, compte tenu de leurs commentaires sur le sujet, peut-être du Pape lui-même. Cela pourrait-il être le motif de la fin de votre mandat ?

« Je ne sais pas parce qu'aucune explication ne m'a été offerte. Le Pape ne m'a vu que dans une audience privée de routine, à la fin de mon mandat, pour discuter du travail de la Congrégation et a déclaré : « C'est tout » ... Pour le bien de la Curie et de l'Église, il devrait y avoir un dialogue ouvert. Je dois réfuter toutes les calomnies qui ont émané de certaines parties de la presse, ou de certains cercles ultra-montiniste et Vaticanistes, et de ce groupe anonyme de faux « amis » autour du Saint-Père qui ont mis en doute ma loyauté. Toute ma vie en tant que prêtre, théologien et Évêque, j'ai travaillé pour le Royaume de Dieu et sa Sainte Église. Et me présenter comme un ennemi du Successeur de Saint Pierre est complètement fou et injuste.

Traduction : Oui.

Pentin : Qu'en est-il des nombreuses pages de corrections d'AL que Müller a soumises à François ? Ont-elles été rejetées ?

Voici la réponse évasive :

« Nous n'avons pas le droit dans la Congrégation de corriger le Saint-Père, c'est très clair, mais il est toujours habituel que les premières ébauches aient un commentaire officiel de la part de la Congrégation. En ce qui concerne Amoris Laetitia, je ne sais pas qui a fait la rédaction finale ( édition finale ), les dernières corrections ou les corrections ».

Traduction : Le Pape François a rejeté les corrections.

Reconnaissant que Müller avait essentiellement admis que les corrections de la CDF avaient été ignorées, Pentin a ensuite demandé :

« Est-ce que cela vous dérange que vos corrections à ces documents aient été ignorées ? »

En continuant à échapper à une réponse simple, Müller a répondu :

« Tout n'a pas été ignoré — le Saint-Père n'est pas obligé d'accepter nos corrections, mais je ne sais pas qui a fait la synthèse de tous les textes et les a amenés au Saint-Père ... Le Saint-Père ne peut personnellement faire toute l'élaboration de différentes suggestions de cette Congrégation et de d'autres congrégations, de d'autres théologiens. Il est libre de demander à qui que ce soit... »

Traduction : François a plutôt rejeté les corrections de CDF et s'est appuyé plutôt sur ses conseillers personnels, y compris Fernandez.

Confronté à la lettre de François aux Évêques de Buenos Aires, les informant que leur interprétation de AL permettant la Sainte Communion pour les adultères publics dans certains cas était correcte, Müller ne peut répondre que « si le Pape écrit une lettre personnelle et privée, ce n’est pas un document Doctrinal officiel ».

Traduction : Le Pape François mine l'enseignement orthodoxe avec ses communications « privées ».

L’agitation et le zigzaguage désespérés ont continué alors que Pentin a souligné que la lettre « privée » était publiée publiquement sur le site du Vatican ! À quel fait embarrassant, Müller a répondu :

« Le site du Vatican a un peu de poids, mais ce n'est pas une autorité magistérielle, et si vous regardez ce que les Évêques Argentins ont écrit dans leur directive, vous pouvez l'interpréter de manière orthodoxe ».

Traduction : La lettre « privée » est vraiment l'interprétation publique du Pape qu'il veut que le monde entier sache, mais nous pouvons prétendre que l'interprétation est orthodoxe si nous nous y efforçons suffisamment.

J'exhorte les lecteurs à étudier l'intégralité de l'interview magistrale de Pentin auprès du Préfet licencié de la CDF. Et je dois noter que certains éléments de ce que Müller a dit sont positifs et utiles. Mon point ici, cependant, est que les réponses de Müller aux questions présentées ici indiquent un manque de franchise inquiétant concernant une situation qui n'a aucun précédent dans l'histoire de l'Église : celle d'un Pape qui tente de relativiser l'enseignement de l'Église sur le mariage et la famille tout en faisant semblant d’être d’accord.

C'est-à-dire que Müller refuse résolument d'admettre ce que le défunt Cardinal Caffarra, l'un des Quatre Cardinaux des Dubia, a connu à la lumière du Message de Fatima ( grâce à Sœur Lucie ) : que l'Église est maintenant au milieu de la bataille « finale » entre le Seigneur et le règne de Satan .. ».

C’est également un avertissement de cet apostolat, à la lumière de Fatima, publié il y a plusieurs années.