samedi 23 septembre 2017

La Révolution, George Soros et l'assaut sur l'Occident




Écrit par Dr Boyd D. Cathey Le 22 septembre 2017
SOURCE : The Remnant



Parfois, je repense à quatre décennies plus tôt lors de mes années d'études collégiales. Entre mes années universitaires, j'ai servi d'assistant à l'écrivain et philosophe conservateur Russell Kirk de Mecosta, dans le Michigan. Étant un garçon du Sud, l'une des choses importantes que je me souvienne, c’est le climat là-bas où nous avions de la neige au sol, et beaucoup d'ailleurs, à partir de l’Action de Grâce jusqu'au mois d'avril. Ainsi, outre mes fonctions de secrétariat pour le Dr Kirk, j'avais beaucoup de temps pour lire ( la famille Kirk n’avait pas la télévision ). Et avec la bibliothèque de Russell dotée de plus de 30 000 livres, j'avais la corne d’abondance pour un bibliophile à portée de la main. Non seulement cela, il était l'un des « enseignants » les plus largement lus qu'un jeune universitaire ne pourrait jamais avoir.

Ainsi, au-delà de sa vaste collection d'histoires et de biographies, j'ai pu lire de la grande littérature, y compris certains classiques de la spiritualité Catholique. En plus de Jonathan Swift, Sir Walter Scott, Robert Lewis Stevenson, il y avait des travaux de GK Chesterton, Hilaire Belloc, et des anciens, des Vies de Plutarque, Métamorphoses d'Ovide, Dante, et la plupart des écrits qui changent toute une vie du mystique Espagnol, Saint Jean de la Croix. Je mentionne cela non pas pour me vanter, mais seulement pour dire que mon année avec le Dr Kirk a été très fructueuse de plusieurs façons que je n’apprécie que maintenant.

Alors que je réfléchis et que j’écris des essais ces jours-ci, des scènes et des citations de plusieurs de ces classiques me reviennent et, à plusieurs reprises, semblent et répondent à mes récits. En préparant cet essai, une citation m’est venue. Elle est de Benjamin Disraeli, le grand conservateur du 19 e siècle Premier Ministre Britannique, bien mis en évidence dans l’œuvre de Kirk, L'esprit conservateur (1953). Elle vient d'un des romans de Disraeli, Coningsby. La voici : « Vous voyez, mon cher Coningsby, que le monde est gouverné par des personnages très différents de ce qui est imaginé par ceux qui ne sont pas dans les coulisses ».

Disraeli a écrit ces mots il y a plus de 170 ans. Mais aujourd'hui, comme nous observons les restes en décomposition d'une culture qui était autrefois fièrement l’« Occident Chrétien », c’est-à-dire notre civilisation Européenne que nous avons héritée et qui a été avec nous, nous a façonnés et nous a moulés pendant près de deux millénaires — alors que nous voyons que tous les coups sont permis maintenant contre cet héritage ; il est évident que la décadence et la décrépitude ne sont pas survenues par hasard, ni par une attaque frontale. Au contraire, le grand succès de la révolution Marxiste a été de subvertir, d’influencer et de transformer la culture de l'Occident de l' intérieur, presque comme si c’était d’une façon clandestine.

À l'époque de la Première Guerre mondiale, le philosophe Communiste Italien, Antonio Gramsci, a formulé une théorie qui comprenait une discussion sur ce qu'il appelait « l'hégémonie culturelle ». Le brillant Gramsci, considérant l'échec du « Communisme de guerre » à renverser l'ordre traditionnel en Europe par la force militaire, a compris que la Révolution Marxiste ne pourrait jamais réussir dans sa campagne contre l'Occident Chrétien historique par un conflit armé ouvert. Malgré les ravages et les effets débilitants du libéralisme du 19 e siècle, un modèle global, culturel et religieux traditionaliste — « l’hégémonie culturelle » —guidait alors une grande partie de la pensée Occidentale, fixait des normes et les règles de conduite. Cette hégémonie culturelle, a précisé Gramsci, doit être renversée et remplacée. L'Occident ne pouvait être conquis que si ses bases culturelles et religieuses traditionnelles, fondées sur une Foi Chrétienne Orthodoxe, n’étaient pas transformées.

Et c'était l'Église Catholique et ses enseignements sociaux et politiques qui constituaient le principal obstacle et l'ennemi du Marxisme. Gramsci a alors souligné l'infiltration et la subversion de l'Église comme étant un moyen primordial pour éventuellement effectuer la Révolution. La culture Occidentale — la civilisation Occidentale — était basée fondamentalement dans et par la Foi, sur le patrimoine et l'héritage précieux de Jérusalem, d'Athènes et de Rome. Séparez cette connexion, polluez et subvertissez cette fondation, et une transformation politique et culturelle suivra inévitablement.

À la fin du 19 e siècle , le grand écrivain Catholique Traditionaliste, Marcelino Menéndez y Pelayo, dans son Historia de los Heterodoxos, a averti l' Espagne Catholique : « España , evangelizadora de la mitad del Orbe ; España martillo de herejes, luz de Trento, espada de Roma, cuna de San Ignacio ... ; ésa es nuestra grandeza y nuestra unidad ; pas de otra tenemos » . « L'Espagne », écrivait-il, « est l’évangélisatrice de la moitié du monde ; l’Espagne, est le marteau des hérétiques, la lumière de Trente, l’épée de Rome, le berceau de Saint Ignace, c'est notre grandeur et notre unité ; nous n'en avons pas d'autre ».

Comme Menendez y Pelayo, Gramsci a compris cette maxime, cette vérité sur l'Europe et l'Occident : si vous infectez la base d'une culture, pervertissez et modifiez éventuellement ses croyances fondamentales, sa moralité, son concept du bien et du mal, ses idées sur le droit, ses significations très linguistiques — si vous accomplissez ces choses, vous modifiez également sa politique et sa culture. Sans la Foi comme « petit et grand bouclier », l'Europe était alors sans défense contre les assauts du Marxisme et la création d'un Nouvel Ordre Mondial qui était essentiellement athée, paganisé et l'antithèse autoritaire de l'ordre Chrétien établi à travers le sang et le dévouement des martyrs, des saints et des rois Chrétiens.

Ce siècle passé a connu la mise en œuvre de cette stratégie par les Marxistes « culturels » et révolutionnaires dans notre milieu. L'opposition à l'Occident Chrétien Traditionnel de la part des Communistes Soviétiques plus conservateurs qui ont défié nos institutions et notre culture s’est révélée futile. Mais la subversion interne et l'infiltration ont été singulièrement couronnées de succès.
L'Église sous Saint Pie X, et plus tard, Pie XI et Pie XII, ont identifié la menace pressante du Communisme et du socialisme. Pourtant, la stratégie de Gramsci a pris malgré tout de l'importance dans ses rangs d'une manière subreptice, mais dans les années 1950 et 1960, ce fut à découvert avec le succès du Personnalisme, Teilhard de Chardin, et l'acceptation des théories sur l'Église dans la société propagées par des écrivains comme le Père John Courtney Murray et un « néo-libéralisme » croissant en Allemagne et les Pays-Bas — Ralph Wiltgen « Le Rhin coule dans le Tibre ». Et avec l’« ouverture sinistre » du Concile Vatican II — cette infâme « ouverture vers la gauche » — les portes vers la Révolution, d'une manière ecclésiastique, politique et culturelle, ont été grandes ouvertes.

Aux États-Unis, la longue marche « culturelle » Marxiste à travers nos institutions a commencé sérieusement dans les universités, dans nos écoles et nos collèges. Divers observateurs soulignent le succès extrêmement grand des intellectuels Marxistes de l’« École de Francfort » qui, étant Juifs, ont été chassés de l'Allemagne national-socialiste dans les années 1930, et se sont installés aux États-Unis à l'Université de Columbia. À partir de cette perche sécurisée, ils ont exercé une influence incroyable dans presque tous les aspects de la vie intellectuelle Américaine ( et Européenne ).

En effet, en tant qu'étudiant universitaire, je me souviens de diverses œuvres de Herbert Marcuse ( en philosophie ), Théodor Adorno ( en sociologie et théorie de la musique ), Max Horkheimer ( en psychologie sociale ), Erich Fromm ( en psychanalyse ) et Jurgen Habermas ( en histoire ), c’était la fureur du moment — des ouvrages que plusieurs de mes professeurs universitaires m'ont imposé avec enthousiasme à moi et à mes collègues universitaires. Ce que j'ai commencé à réaliser même alors, était, pris dans son ensemble, et avec un soutien idéologique supplémentaire d'écrivains aussi influents que Frantz Fanon ( sur le colonialisme, l'impérialisme et l'oppression blanche ) et Michel Foucault ( sur la transformation des structures sociales et politiques, et la théorie critique ), qu'un effort immense et universel se produisait pour modifier non seulement les modèles de pensée et les objectifs sociaux et politiques, mais notre propre langage, lui-même.

Et il y avait très peu d' opposition efficace : la force intellectuelle dominante en Occident au cours du 19 e et une grande partie du 20 e siècle a été un libéralisme accommodant et intellectuellement en faillite, qui ne pouvait pas résister aux critiques cinglantes lancées contre lui par le Marxisme culturel. En effet, on peut même soutenir que le libéralisme a préparé le terrain pour le succès Marxiste.

Ces anciens écrivains et professeurs « libéraux » avaient fait de leur mieux pour critiquer et abaisser un ordre traditionnel encore plus ancien, politiquement, socialement et religieusement, mais ils n'avaient rien de meilleur ni de plus permanent pour le remplacer. Leurs théories sur la « démocratie libérale », « l'égalité », les « droits civils » et la « libéralisation » préconisées et mises en œuvre pour remplacer la fidélité à la Tradition héritée, la croyance à l'orthodoxie religieuse et à l'existence d'ordres sociaux et la reconnaissance inhérente que l'inégalité est une condition naturelle de la vie — ces bêtises libérales, ayant affaibli à la fois le tissu politique et social de la société Occidentale historique, ont laissé l'Europe et l'Amérique ouvertes aux attraits séduisants d'un Marxisme qui était non, comme la marque soviétique, à savoir lourde et kleptocratique.

L'avenir du monde ne repose pas sur des commissaires septuagénaires et fossilisés qui se tiennent immobiles sur la Place Rouge chaque année au 1er mai pour examiner les forces armées soviétiques ; c'était avec les Marxistes culturels qui, au fil des décennies, ont révolutionné la pensée, les objectifs et le langage même de l'Occident — et dont la mentalité, dont le modèle, avait non seulement revigoré un Marxisme autrefois pensé mort, mais avait établi sa prééminence et son « hégémonie culturelle » dans l'ensemble de la pensée et de la culture Occidentales.

C'est donc ce à quoi nous, ceux d'entre nous encore fidèles à cette Tradition plus ancienne, à l'héritage Occidental Chrétien orthodoxe, nous faisons face. À travers le paysage politique et culturel, même les adversaires supposés de ce Progressisme qui avance — et leur assaut final sur ce qui reste de notre legs hérité mais gravement menacé —, ces adversaires emploient leur langage et acceptent tacitement ses objectifs ultimes. Ainsi, les soi-disant néo-conservateurs et leurs nombreux partisans des camps Républicains servent, à leur propre manière, à permettre et à sanctifier les conquêtes des Progressistes et les dernières avancées Marxistes.

Et, de même, parmi la supposée « opposition religieuse » à la Révolution, ceux que nous appelons les « néo-Catholiques » ratifient et sanctifient les changements radicaux émis par Vatican II et tentent de les défendre comme conservateurs.

Pourtant, le conflit universel, qui semble avoir été perdu pour nous, n'est pas terminé. Le mois de novembre dernier a prouvé cela politiquement — et culturellement. L'éveil agité ici aux États-Unis et la croissance d'une réaction nationaliste, conservatrice, populiste et traditionaliste en Europe illustrent cela aussi. Et la croissance des organisations et des associations dédiées à l'orthodoxie Catholique et à la défense de la Foi traditionnelle se poursuit avec la dernière idiotie provenant de la « Rome occupée ».

C'est précisément pour cela que nous voyons les réactions accrues, fébriles et hystériques débridées par les forces multiples du Deep State Progressiste [ le gouvernement agissant dans l’ombre ] et les forces internationales du Nouvel Ordre Mondial. Cette réaction prend de nombreuses formes, surtout aux États-Unis, par la guerre ouverte menée contre le Président Trump ( et encore plus sur son programme ) par les médias traditionnels et ses acolytes dans les deux partis politiques, dans le milieu universitaire et dans la culture populaire. Et, religieusement, par les tentatives de taire et de marginaliser ce clergé orthodoxe qui s'opposent à l'autodestruction de l'Église.

Parmi les « éminences grises » influentes et mondiales — les « parrains » politiques et spirituels — de l'offensive Progressiste mondiale, il y a le milliardaire international George Soros dont les tentacules atteignent presque tous les coins du monde et dont les organisations non gouvernementales (ONG) travaillent le terrain pour influencer et subvertir toute nation qui peut résister à son incorporation dans un Nouvel Ordre Mondial, l'objectif réel et ultime du Deep State, et donc la phase finale et le triomphe d'une nouvelle « hégémonie culturelle » envisagée par Antonio Gramsci.

La vision sanglante de Soros coïncide convenablement avec les objectifs généraux de l'establishment du Deep State / Mondialiste. Avec sa pyramide de fondations de financement passe-partout, ses ONG et son réseautage étroit et ses liens avec les dirigeants de l'Union Européenne, à Washington, à Wall Street et au Vatican, il pousse sur son agenda. Mais vous n’entendrez pas le moindre mot sur ses tentacules néfastes d'influence de la part des médias traditionnels. Si vous le mentionnez, lui et son influence internationale derrière les coulisses, vous êtes immédiatement étiquetés comme un « con de la théorie de conspiration » ou pire.

Pourtant, Soros correspond à la description de Disraeli il y a 170 ans ; si jamais il y a eu une confirmation de cette citation, c’est lui qui l'illustre. Il incarne ce visage occulte de la « marée obscure de sang » de la Révolution contre Dieu et de l'homme que le poète William Butler Yeats a prévenu en 1919 — au même moment où Antonio Gramsci écrivait ses théories qui s'avéreraient si fatales pour l'Occident — et à la même époque où Saint Pie X a averti le monde Chrétien du bacille fatalement infectieux du Modernisme.

Celui qui connaît la vérité devrait alors agir en conséquence. Au cours de la dernière année, le vrai personnage, le véritable visage de la Révolution, a été révélé comme jamais auparavant. Bien que n'ayant pas beaucoup de ressources et d'armements comme nos Ennemis, ceux d'entre nous résolus non seulement à défendre ce qui reste de notre patrimoine culturel et de notre civilisation Chrétienne Occidentale, et, si possible, de la restaurer, doivent être audacieux et rusés ; aussi sages et prudents que Robert E. Lee, et aussi patients et calculateurs que nos Ennemis qui ont compris que pour conquérir l'apparemment invincible, il faudrait du temps, et surtout de la persévérance, de l'intelligence et de la constance. Et pour nous, à la base de tout cela, il y a notre Foi.