mardi 26 septembre 2017

Le Vatican est sur la défensive
c'est le temps pour la Correction Formelle




Par : Steve Skojec
Éditorialiste en chef de One Peter Five

Le 25 septembre 2017
SOURCE : One Peter Five





« Le grand pare-feu [ firewall = mesure protectrice électronique qui filtre les transactions ] de Chine, nous dit Wikipedia, est la combinaison d'actions législatives et de technologies appliquées par les gens de la République de Chine pour réglementer l'Internet à l'échelle nationale. Son rôle dans la censure sur Internet en Chine est de bloquer l'accès à certains sites étrangers et de ralentir le trafic Internet transfrontalier ».

L'information est le pouvoir et, dans un régime communiste totalitaire comme celui de la Chine, il faut faire très attention à permettre au prolétariat d'avoir trop à penser. Parmi les sites Web communs bloqués par le filtre Internet national en Chine, on trouve Facebook, Google et Twitter.

Parmi les sites non bloqués par le grand pare-feu Chinois est correctiofilialis.org — le site web érigé par les auteurs de la Correction Filiale pour donner accès à leur documentation et l'occasion à d’autres de signer.

Et pourtant, ce même site web a déjà été bloqué par le Vatican. Selon le site Italien de nouvelles Ansa.it :

« Le Secrétariat pour la communication du Saint-Siège a bloqué l'accès à la page web ... qui a pris l'initiative d’accuser le Pape de sept hérésies, liées à ce qu'il écrit dans « Amoris laetitia » ».

« Vous ne pouvez plus accéder à cette page sur les ordinateurs du Vatican dans n'importe quelle langue. En dehors du Vatican, cependant, la page est accessible ».

« L'accès à la page Web que vous tentez de visiter a été bloqué conformément aux règles de sécurité institutionnelle », c'est l'avertissement qui apparaît si vous tentez d’accéder. Aucun ordinateur du Vatican, par conséquent, ne pouvait se joindre à la pétition ».

Alors que le Vatican a choisi d'ignorer la Correction dans l'espoir qu'elle disparaîtra, les défenseurs habituels du Pape dans les médias ont reserré les rangs, diffusant des critiques hautaines et méprisantes de ceux qui ont publié la Correction, mais c’est sans substance.

Le Père James Martin a déploré la façon dont « quelques-uns des mêmes personnes qui ont dit sous Jean-Paul II et Benoît que tout désaccord avec un Pape était une dissidence, sont en désaccord avec François ». ( Ce serait difficile de ne pas prendre note de l'ironie ici.)

Massimo Faggioli, un théologien Progressiste et historien à Villanova, a procédé après la Correction Filiale à une série de tweets. « Cette « Correction » à François, écrit-il, est en fait très utile car elle montre ... le nombre et la marginalité très limitée de ces [sic] théologiens … ». Dans un article de suivi au National Catholic Reporter, Faggioli a souligné que la liste des signataires ne comprend « aucun Cardinal et aucun Évêque dans une Église Catholique qui compte plus de 200 Cardinaux et plus de 5 000 Évêques ». Il a rabaissé la présence comme signataire de l'Évêque Fellay — qualifié de « schismatique » — et ne savait apparemment pas que l'Évêque Émérite de Corpus Christi [ Texas, USA ], Henry Gracida, a également signé. ( Il ne semblait pas non plus se rendre compte qu'une Correction des Évêques serait « fraternelle » et non « filiale », ce qui est probablement la raison pour laquelle on ne leur a pas demandé de signer ).

Austen Ivereigh, le biographe du Pape, a tenté le coup dans le cadre d’une attaque d’une guerre de classe : « Tout comme les pétitions contre Humanae Vitae ou les femmes prêtres, ce sera ignoré. Le magistère ne s'incline pas devant les lobbies de classe moyenne ».

Stephen Walford — le courtisan le plus récent de la papauté — a également fait une brève apparition dans l’article du NCR, affirmant que la Correction « est basée sur des affirmations que le Saint-Père n'a jamais faites — des mensonges essentiellement — et une dose massive d'hypocrisie ». Comme dans ses autres essais récents attaquant ceux qui demandent la clarté théologique au Pape, Walford évite complètement d'aborder les affirmations spécifiques et documentées faites dans la Correction, qui cite le chapitre et les versets des écrits ainsi que les actions pontificales et ces parties de l'Écriture et de l'enseignement magistériel qu’elles contredisent. Au lieu de cela, il se contente de dénigrer les auteurs en disant : « Leur propre jugement de ce qu'il est acceptable pour un Pape à enseigner n'est rien de moins que du Protestantisme ».

Avez-vous passé cela ? Un document qui demande à un Pape d'adhérer à la vérité divinement révélée et qui dénonce l'influence claire de Martin Luther sur sa pensée et son travail est du Protestantisme.

Pendant ce temps, la couverture de la Correction Filiale continue de se répandre dans le monde entier, avec des histoires non seulement dans les médias Catholiques, mais également dans le courant de la presse dominante. Une recherche sur Google News a généré plus de 5 000 résultats pour les termes « Correction Filiale ». Voici un échantillon des titres des principaux grands journaux :

« Le Clergé Catholique et des académiciens publient une « Correction Filiale » au Pape François pour « sept hérésies » ( Breitbart )

« Une groupe accuse le Pape François d'hérésies » ( USA Today )

« Le Pape François accusé d'avoir « tenu des hérésies » sur le mariage et la vie morale » ( RT )

« Des Théologiens conservateurs accusent le Pape de répandre des hérésies » ( New York Times / AP )

Associated Press a repris l’article du New York Times et l’a publié ailleurs. La copie qui a paru dans le Chicago Tribune est rapidement devenue une des dernières tendances de Facebook samedi.

Après avoir publié notre propre rapport sur la Correction Filiale, nous avons reçu un certain nombre de demandes de personnes demandant comment elles pourraient signer. Étant donné que l'intention initiale de la Correction était que ce soit un travail de pasteurs et d'érudits Catholiques qualifiés, il n'y avait pas vraiment de possibilité pour le public moyen d’associer leur nom. Le samedi soir, j'ai rédigé une requête chez Change.org à l'appui de la Correction Filiale avec un langage que je pensais que cela pourrait fonctionner comme une démonstration « non officielle » de soutien à l'effort formel. Je l'ai collée sur ma page Facebook dans un message non public demandant des commentaires. Je l'ai considérée comme un projet.

Quand je suis revenu de la Messe le dimanche, cependant, j'ai été étonné de voir que ça avait été partagé. En moins de 24 heures, et sans aucune tentative réelle de promotion, elle avait recueilli plus de 1 600 signatures. Après avoir en avoir parlé davantage, les internautes ont commencé davantage à venir. La pétition comporte maintenant 4 300 signatures. ( Vous pouvez vous inscrire ici .) Il semble que quelque chose que le Pape François a écrit dans Evangelii Gaudium se manifeste maintenant d'une manière inattendue :

« Dans tous les baptisés, du premier au dernier, agit la force sanctificatrice de l’Esprit qui incite à évangéliser. Le Peuple de Dieu est saint à cause de cette onction que le rend infaillible “in credendo”. Cela signifie que quand il croit il ne se trompe pas, même s’il ne trouve pas les paroles pour exprimer sa foi. L’Esprit le guide dans la vérité et le conduit au salut.[Comme faisant partie de son mystère d’amour pour l’humanité, Dieu dote la totalité des fidèles d’un instinct de la foi – le sensus fidei – qui les aide à discerner ce qui vient réellement de Dieu. La présence de l’Esprit donne aux chrétiens une certaine connaturalité avec les réalités divines et une sagesse qui leur permet de les comprendre de manière intuitive, même s’ils ne disposent pas des moyens appropriés pour les exprimer avec précision ».

Dans un essai publié par One Peter Five ce matin, William Briggs a fait un examen critique de ceux qui se plaignent le plus fort au sujet de la Correction Filiale :

« Si ceux qui résistent à la Correction avaient pensé que l'élément surnaturel était le plus important, et non la politique, il y aurait eu des discussions immédiates et vivantes sur les sept points de la Correction. Sont-elles vraiment des hérésies ? Toutes ? Pourquoi ? Pourquoi pas ? « Creusons plus à fond l’affaire » auraient-ils dit. « Le salut des âmes est primordial, et l'hérésie ne peut être tolérée. Voici ce que nous convenons et, ici, nous ne sommes pas d'accord sur les points théologiques ».

« Ce n'est qu'après avoir compris et analysé vraiment, et convenu de chacun des points qui sont les motifs des auteurs et des signataires de la Correction. De mettre l'accent sur les personnalités en premier est une inversion, et c’est très révélateur ».

C’ est très révélateur, et ce que ça nous dit, c’est qu'ils sont carrément sur la défensive. Après dix mois d'analyse minutieuse des dubia, des changements apportés à diverses Congrégations, Académies et Instituts du Vatican, du comportement sordide du clergé dans les appartements appartenant au Vatican, et plus encore, la Correction Filiale semble avoir touché un nerf qui nous aide à bien cerner le problème : les choses ne sont aussi bien qu’elles devraient être à Rome.

Si les Cardinaux restants des dubia — et ces autres membres de la Curie et l'Épiscopat qui ont le courage de les soutenir — ont attendu le bon moment tactique pour poser leur geste, voilà, c’est le temps.

Le monde regarde — et attend.