vendredi 29 septembre 2017

Un Rosaire sur les frontières de la Pologne
Un exemple pour tous les pays



par : Nelson Hertel
SOURCE : Centre de Fatima
Le 28 septembre 2017



Polonia semper fidelis

« La Pologne est toujours fidèle » est l'une des devises de la Nation Polonaise, datant de 1658, lorsque le Pape Alexandre VII a déclaré la ville de Lwów (Lviv), après les efforts héroïques de ses habitants pour défendre l'Europe Chrétienne d'une invasion Musulmane. Malgré l'influence croissante des fléaux universels du libéralisme et de la laïcité, la Pologne reste un pays majoritairement Catholique et montre des signes de retour à ses anciennes traditions Catholiques. Coïncidant avec le Centenaire de Fatima, l’année 2017 est aussi une année de Jubilé pour cette Nation alors qu'elle célèbre le 300e anniversaire du Premier Couronnement Canonique de l'Icône miraculeuse de Notre-Dame de Częstochowa, « la Vierge noire », en tant que Reine de Pologne.

La Pologne a également un fort sentiment d'identité nationale et de fierté, elle qui a souffert pendant des siècles d'invasions et d'annexions. C'est l'un des rares pays du continent qui a maintenu ses frontières fermées, se déclarant ferme en rejetant une réception en masse de réfugiés ( Musulmans ), malgré les meilleurs efforts de l'Union Européenne pour la proposer ou l'imposer.

Ces facteurs s’ajoutent au caractère unique d'une initiative, approuvée avec enthousiasme par la Conférence Épiscopale Polonaise : une récitation publique du Saint-Rosaire, un « Rosaire sur les frontières » qui se tiendra le samedi 7 octobre 2017. Cette année, Le Premier Samedi du Mois, le 7 octobre, est la Fête de Notre-Dame du Rosaire, à l'origine appelée la Fête de Notre Dame de la Victoire. La fête a été instituée par le Pape Saint Pie V en gratitude pour la victoire Chrétienne sur l'Empire Ottoman Musulman, à la bataille de Lepanto le 7 octobre 1571.

Les Évêques Polonais ont invité leur clergé, les religieux et les laïcs à se rendre à la frontière large de 2 000 milles ( 3 200 km ) du pays à 14 heures ce jour-là, après un programme de prières et d’une conférence spirituelle en matinée, la Sainte Messe et l'adoration du Saint Sacrement dans les églises locales . Le Rosaire sera prié dans son intégralité, en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie afin d’ « implorer l'intercession de la Mère de Dieu pour sauver la Pologne et le monde », pour la Patrie (Pologne), l'Église, les familles , les communautés, le monde entier et d'autres intentions personnelles.

Les organisateurs ont écrit sur leur site web : « Nous croyons que si le Rosaire est prié par environ un million de Polonais le long des frontières du pays, cela peut non seulement changer le cours des événements, mais ouvrir le cœur de nos compatriotes à la Grâce de Dieu ».

La Conférence des Évêques Polonais a également invité ceux qui ne peuvent pas participer physiquement aux frontières à s'unir avec ceux qui le peuvent et à prier le Rosaire néanmoins : les familles dans leurs foyers, les malades dans les hôpitaux, les paroisses ( loin de la frontière ) à le faire solennellement dans leurs églises.

C'est vraiment un effort admirable. Prions pour qu'il ne reste pas un événement unique, un événement qui marque simplement la fermeture du Centenaire de Fatima, mais qu'il puisse aussi encourager beaucoup d’autres à pratiquer les Cinq Premiers Samedis que Notre-Dame a demandés. Que ce « Rosaire aux frontières » porte des grâces abondantes non seulement en Pologne, mais aussi dans toute l'Église et dans le monde, en accélérant l'amour et l'obéissance à Notre-Dame par tous, et surtout l'accomplissement de ses demandes de Fatima.