mardi 19 septembre 2017

Usquequo, Domine?
Jusqu'à quand, Seigneur ?


par : Nelson Hertel
SOURCE : Centre de Fatima
Le 18 septembre 2017


Le Psaume 13 commence par le cri de l'âme à Dieu : Usquequo, Domine? « » Seigneur, jusqu'à quand ? » Combien de temps cela durera-t-il ? Combien jusqu’à ce que nous soyons délivrés ?

On ne peut s'empêcher de faire écho aux paroles du psalmiste, après avoir appris l'une des aberrations les plus récentes dans le désastre en cours qui est le pontificat du Pape François. Une vidéo du Pontife qui bénit scandaleusement le « mariage » invalide du Président Colombien Juan Manuel Santos et Maria Clemencia Rodriguez Munera a été publié par cette dernière sur son compte Twitter le 10 septembre. Santos et Rodriguez Munera, tous deux précédemment mariés à d'autres et divorcés, « mariés » en 1987. Le tweet a été sous-titré d'une effrontément : « Votre Sainteté, merci de bénir notre mariage ».

En raison du manque d'audio clair dans la vidéo, il existe une possibilité technique que le Pape ne bénisse pas spécifiquement l'union pécheresse et nulle du couple Colombien. Cependant, nous pouvons être moralement sûrs que la bénédiction donnée par François concernait le « mariage » pour plusieurs raisons. Nous avons la « preuve » dans les déclarations et les actions antérieures du Pape concernant le Sacrement du Mariage, y compris les synodes de 2014 et 2015, le document Amoris laetitia et les témoignages concernant ses lettres et ses appels téléphoniques concernant l'admission des divorcés et qui « se sont remariés » aux Sacrements.

Si Rodriguez Munera mentait, le Vatican a eu suffisamment de temps pour faire une clarification ou un déni et il ne l’a pas fait. Quid tacit consentire videtur, affirme le vieil adage latin, « Qui ne dit mot, consent ». Nous devons donc utiliser le tweet à sa valeur nominale. Même si la bénédiction ne concernait pas spécifiquement le « mariage », ce n'était pas moins sacrilège, car elle était donnée de manière publique à deux personnes vivant de manière connue, scandaleuse et pécheresse ; sans parler du Président Santos, qui est un fervent partisan du « mariage » homosexuel.

Personne et rien ne peuvent changer les lois naturelles et Divines, pas même un Pape. Le ministère du Pape, sa mission et son devoir est de préserver et de protéger les vérités constantes de la Foi. Dans la constitution dogmatique du Vatican I sur l'Église du Christ, Pastor aeternus, nous lisons l'enseignement infaillible — quelque chose que chaque Catholique doit croire — « Car le Saint-Esprit a été promis aux Successeurs de Pierre, non pas qu'ils puissent, par Sa révélation, faire connaître une nouvelle doctrine, mais que, par son assistance, ils puissent garder religieusement et expliquer fidèlement la Révélation du Dépôt de la Foi transmise par les apôtres » ( chapitre 3, section 6 ).

Nous lisons dans la Sainte Écriture : « Quel malheur de voir ces gens qui déclarent bien ce qui est mal » ( Isaïe 5 :20 ). Le Pape François, et tout autre Pape pour cette question, ne peut pas déclarer bien ce qui est mal. Il ne peut pas changer ou donner l'apparence de changer la Doctrine de l'Église. Il ne peut pas reconnaître ou bénir un faux « mariage » qui n'est rien d'autre qu'une union adultère. Ce scandale n'est pas seulement un abandon du devoir, mais c’est une autre gifle à la Face de Notre-Seigneur qui a établi : « Tout homme qui renvoie sa femme et en épouse une autre commet un adultère, et celui qui épouse une femme renvoyée par son mari commet un adultère ». ( Luc 16 :18 )

Les Saints, en particulier les Docteurs de l'Église, nous enseignent que nous serons jugés selon notre état dans la vie et la quantité de connaissances et des responsabilités qui nous ont été confiées. Quelle chose vraiment terrible pour le Vicaire du Christ sur la terre — responsable de guider, d'enseigner et de prêcher la vraie Foi Catholique à chaque âme vivante — de donner un scandale à la place. Comme notre Seigneur a dit : « Quel malheur pour le monde que tous les faits qui entraînent les hommes à pécher ! Ils se produisent fatalement, mais malheur à l'homme qui en est la cause ! » (Saint Matthieu 18 : 7)

Humainement parlant, on ne peut plus rien pour l'Église. Aucune solution n'a fonctionné, aucune autre solution ne peut fonctionner ; parce que comme Notre Dame nous a dit à Fatima, Elle seule peut nous aider. Aussi simple ou naïf ou impossible que cela puisse paraître, Fatima est la seule réponse, à savoir la Consécration correcte de la Russie au Cœur Immaculé de Marie. Prions pour que le Pape François arrive à cette réalisation dès que possible. Jusqu'à ce qu'il le fasse, nous serons témoins de scandales et de souffrances non seulement continus mais croissants. Usquequo, Domine? Jusqu’à quand, Seigneur ?