mardi 31 octobre 2017

Une étincelle de la Pologne


Par : Patrick Archbold
Le 30 octobre, 2017

SOURCE : The Remnant



« Car le Seigneur corrige celui qu'Il aime, Il frappe celui qu'Il reconnaît comme Son fils » — Hébreux 12 : 6

Aucun pays n'a plus souffert des effets des idéologies antichrétiennes au XXe siècle que la Pologne. Après plus d'un siècle de division, la Pologne retrouva sa souveraineté en 1918, après la Première Guerre Mondiale. Cette souveraineté ne dura pas longtemps. En 1939, comme prédit et signalé par Notre Dame à Fatima, une guerre nouvelle et pire a commencé sérieusement avec l'invasion de la Pologne par les Nazis.

Pendant l'occupation Nazie, la Pologne a subi les pires ravages de la guerre et a abrité les camps de la mort Nazis. Plus de six millions de Polonais ont péri pendant la guerre. Mais la fin de la guerre n'offrira aucun répit au Peuple Polonais. L'occupation Nazie a été remplacée par l'occupation Soviétique et la répression durera encore 45 ans.

Pourtant, contrairement à l'esprit de cet âge terrible, le Peuple Polonais ne considérait pas leurs immenses souffrances pendant cette période comme inutiles. Ils ne désespérèrent pas et ni n’ont maudit Dieu pour leur sort. Au lieu de cela, les Polonais se considéraient comme un peuple choisi par Dieu, choisi pour souffrir comme leur Sauveur a souffert.

Dans l'Europe Occidentale d'après-guerre, la Foi a été rejetée en faveur de la prospérité et d'une fausse « liberté ». Mais tandis que ceux d'Europe Occidentale abandonnaient leur Foi en y pensant si peu, les Communistes athées essayaient de l’évincer des Polonais. Mais précisément à cause de leurs souffrances, les Polonais tenaient fermement à leur Foi.

En 1979, le Pape Jean-Paul II s'est rendu en Pologne Communiste et a prononcé un discours devant un million de Polonais à Cracovie. Après des décennies de souffrance, le Peuple Polonais avait un seul message, une seule pensée exprimée dans un chant qui s'est élevé sur la place publique, un chant qui a duré 15 minutes. « Nous voulons Dieu, nous voulons Dieu ! » La continuelle oppression Communiste n'avait aucune chance.

C'était juste avant les fléaux Nazis et Soviétiques sous lesquels la Pologne souffrirait tant, que Notre Seigneur a révélé quelque chose sur l'avenir de la Pologne à Sainte Faustine. Enregistré dans son journal, Notre Seigneur a dit à Sainte Faustine : « J’aime particulièrement la Pologne, et si elle obéit à Ma Volonté, Je l’élèverai en puissance et en sainteté. D’elle sortira l’étincelle qui préparera le monde à Mon ultime Venue » ( Journal, 1732 ).

En raison de son charisme et d'une dose non négligeable de positivisme papal naissant, de nombreuses personnes au cours des 40 dernières années ont interprété la prophétie de Notre Seigneur à Sainte Faustine comme faisant référence au Pape Jean-Paul II. Je ne pense pas que ce soit le cas. En fait, je ne pense pas que cette prophétie se réfère à une personne, je pense qu'elle fait référence à la Foi de la Pologne. La Foi de la Pologne est l'étincelle qui pourrait aider à préparer le monde à la venue ultime du Seigneur.

Pour bien comprendre cela, il faut comprendre un peu plus les éléments qui doivent se produire avant la venue finale du Seigneur. Parmi ceux-ci, il y a la prédication de l'Évangile dans le monde entier, la grande apostasie, la persécution de l'Antéchrist, et l'acceptation de Jésus par le Peuple Juif.

Le premier sur cette liste est la prédication de l'Évangile dans le monde entier. Alors que certains peuvent spéculer que cela a déjà eu lieu, cela est manifestement faux. En fait, je crois fermement que cela se produira pendant le Triomphe du Cœur Immaculé et la période de paix promise par Notre Dame à Fatima.

Dans le journal de Soeur Lucie, elle enregistre les difficultés qu'elle a eues à écrire les secrets. Elle rapporte qu'on lui a accordé une vision d'un terrible châtiment du monde. Mais après la vision, Sœur Lucie fut réconfortée : « Après avoir senti mon cœur battre, dans mon esprit, une voix douce a dit : « Dans le temps, une seule Foi, un seul Baptême, une Seule Église, Sainte, Catholique et Apostolique. Dans l'éternité, le Ciel !»

C'est au cours de cette période de paix promise que l'Évangile sera prêché dans le monde, aboutissant à une Foi, un Baptême, une Église, Sainte, Catholique et Apostolique. C'est ce qui préparera le monde à la venue finale du Seigneur.

Et c'est de la Pologne fidèle que cette étincelle peut venir. Alors que le feu de la vraie Foi meurt dans le monde et même dans l'Église, l'étincelle reste en Pologne. C'est la Pologne qui a rejeté la laïcité anti-Dieu de l'Occident, en se moquant des menaces constantes de l'Union Européenne avec ses mandats de politique de culture de la mort :

C'est en Pologne qu'un million de fidèles ont prié le chapelet le long de leur frontière de 2 000 milles pour protéger leur pays de l'invasion Islamiste :

un million de Polonais prient le long de leur frontière de 2000 milles

Ce sont les Évêques Polonais qui ont catégoriquement rejeté le sacrilège institutionnalisé d'Amoris Laetitia. Ce sont les Évêques Polonais qui ont soutenu les dubia des Quatre Cardinaux. Et il est même maintenant rapporté que les Évêques Polonais pourraient émettre leur propre dubia :


Prêtre dirigeant le chapelet sur la plage Baltique

Alors que le feu de la Foi crépite dans les ténèbres à travers le monde et dans l'Église, c'est en Pologne que l'étincelle demeure. Et c'est précisément parce que la Pologne est restée obéissante à la Volonté de Dieu que cette étincelle demeure, que l'étincelle qui peut se produire lorsque Dieu le veut, sera ranimée dans un feu qui préparera le monde à la Venue finale du Seigneur.