jeudi 5 octobre 2017

Savoir parler Salut à un Protestant
L'entrevue entre Saint François de Sales et le Protestant Théodore de Bèze



SOURCE : Dominicains d'Avrillé
d’après Mgr Francis Trochu, Vie de Saint François de Sales, t. 1, p. 462 à 465.

CONTEXTE :

L'entrevue entre Saint François de Sales et le protestant Théodore de Bèze. Calvin avait interdit le culte Catholique à Genève. En 1597, son successeur, Théodore de Bèze, accepta pourtant de rencontrer Saint François de Sales, qui s’était réfugié à Annecy. Passionnante entrevue.

La première question

Après les amabilités d’usage, François, avec un sens aigu de l’essentiel, pose une question très courte :

Monsieur, peut-on faire son salut en l’Église Romaine ?

Bèze voit tout de suite la difficulté : si l’Église Catholique assure le salut de ses fidèles, pourquoi s’en séparer ? Il suffisait de l’améliorer par le dedans, comme avaient déjà fait tous les saints réformateurs depuis des siècles (saint Grégoire VII, saint François d’Assise, saint Dominique, sainte Catherine de Sienne, etc.) et comme avait aussi fait le concile de Trente.

Mais si le salut est impossible dans l’Église romaine, quelle autre société religieuse a donc donné le Christ aux hommes et assuré leur salut, avant le Protestantisme ?

Théodore de Bèze demande à se retirer pour réfléchir. Après une longue réflexion, il revient pour répondre :

Vous m’avez demandé si l’on pouvait faire son salut dans l’Église Romaine. Certes je vous réponds affirmativement ; il est ainsi sans doute, et on ne peut nier avec vérité qu’elle ne soit la Mère-Église.

Les pasteurs calvinistes Rotan et Morlas avaient été obligés de faire la même réponse au roi Henri IV, qui leur avait posé la même question, quatre ans plus tôt.

Deuxième question

Nouvelle question de François de Sales :

Puisqu’il en est ainsi et que le salut éternel est en l’Église Romaine, pourquoi avez-vous planté cette prétendue Réforme, prenons l’exemple en France, avec tant de guerres, de saccagements, de ruines, d’embrasements, de séditions, de rapines, de meurtres, de destructions de temples et autres maux, qui sont innombrables ?

Réponse de Théodore de Bèze, après un long silence :

Je ne veux point nier que vous ne fassiez votre salut en votre religion. Mais il y a ce malheur que vous embrouillez les âmes de trop de cérémonies et difficultés ; car vous dites que les bonnes œuvres sont nécessaires au salut, qui toutefois ne sont que de bienséance. D’où arrivent plusieurs maux : les peuples, croyant à cette nécessité des bonnes œuvres par vos prédications et ne le faisant pas, ils se damnent misérablement parce qu’ils contreviennent à leur conscience. C’est pourquoi, afin de remédier à ces maux, nous avons tâché d’établir notre religion, en laquelle le chemin du ciel est rendu facile aux fidèles, ayant jeté ce fondement que la Foi sauve sans les œuvres, que les bonnes œuvres ne sont point de la nécessité du salut, mais seulement, comme je vous ai déjà dit, de bienséance.

Conclusion

François réplique alors :

Vous ne prenez pas garde qu’en rejetant les bonnes œuvres, vous tombez en des labyrinthes desquels vous aurez peine de sortir !

Pouvez-vous ignorer la raison pour laquelle Notre-Seigneur Jésus-Christ, en l’Évangile de Saint Matthieu, enseignant à ses Apôtres ce qu’il voulait qu’ils crussent du dernier Jugement, ne fait point de mention des péchés commis, mais dit tant seulement qu’il condamnera les mauvais parce qu’ils n’auront pas fait les bonnes œuvres. Voici ces paroles : « Allez, maudits, au feu éternel, qui est préparé au diable et à ses anges ; car j’ai eu faim, et vous ne m’avez point donné à manger… » Et le reste.

Voyez-vous que pour avoir manqué aux bonnes œuvres s’ensuit la damnation éternelle. Si elles n’étaient que de bienséance, comme vous dites, pensez-vous que ceux qui ne les auraient pas faites fussent punis d’une peine si rigoureuse ?

Quant à moi j’attends votre solution à cette difficulté, ou bien que vous soyez d’un même sentiment avec moi.

Théodore de Bèze ne put rien répondre.