lundi 16 octobre 2017

Cent ans plus tard
Une réflexion du Centre de Fatima


par : Nelson Hertel
SOURCE : Centre de Fatima
Le 13 octobre 2017



Nous avons finalement atteint le 13 octobre 2017 : le Centième Anniversaire de la Sixième et la plus célèbre Apparition de Notre-Dame à Fatima ; le Centième Anniversaire du prodige promis, le Miracle du Soleil.

C'est durant son Apparition d'octobre que la Bienheureuse Vierge Marie s'est identifiée elle-même (comme Elle avait promis qu’elle le ferait ) en tant que Notre-Dame du Rosaire. Elle a demandé aux petits bergers — et à nous tous — de prier le chapelet quotidien, d'amender nos vies et de cesser d'offenser Dieu. La Reine des Cieux est venue non seulement comme Notre-Dame du Rosaire, mais aussi comme Notre-Dame des Douleurs et Notre Dame du Mont Carmel ( rappelant la condition indispensable de porter le scapulaire brun pour vivre le Message de Fatima ). Notre Seigneur et Saint Joseph sont également apparus à cette occasion.

Alors que l'année officielle du Jubilé de Fatima a commencé le 27 novembre 2016 et se poursuivra jusqu'au 26 novembre 2017, le 13 octobre est considéré par beaucoup comme la fin de cette célébration spéciale. Un siècle est passé, il est vrai, mais Fatima ne peut être simplement relégué au passé. Les paroles de Benoît XVI prononcées lors de son homélie à Fatima le 13 mai 2010 sont plus vraies que jamais : « Il se trompe celui qui pense que la Mission Prophétique de Fatima est terminée ».

Fatima ne finira pas et ce, malgré les efforts des ennemis de Notre Dame, malgré notre propre médiocrité et notre tiédeur à vivre le Message de Fatima, malgré l'échec du Pape et des Évêques à consacrer correctement la Russie au Cœur Immaculé de Marie, malgré la dissimulation continue de la partie manquante du Troisième Secret. Pourquoi ?

Rappelons simplement la sagesse, la perfection et la bonté du Dieu Tout-Puissant : Il a voulu établir Fatima comme la solution à nos problèmes. Il a fait de l'accomplissement de la demande de Fatima par sa Mère pour la Consécration de la Russie la condition nécessaire pour la paix mondiale. Il ne nous a pas donné une autre solution, ni ne le fera. Dieu ne se contredit pas, il ne peut ni tromper ni être trompé. Fatima ne disparaît tout simplement pas, il ne peut pas être balayé sous un tapis ; il ne peut pas être oublié. C'est précisément plutôt à travers Fatima que notre Église et notre monde seront sauvés.

Benoît XVI a conclu cette même homélie ainsi : « Que les sept années qui nous séparent du Centenaire des Apparitions accélèrent l'accomplissement de la Prophétie du Triomphe du Cœur Immaculé de Marie à la Gloire de la Très Sainte Trinité ». Sommes-nous plus près du Triomphe du Coeur Immaculé en octobre 2017 que nous l’étions en mai 2010 ? Au sens strict du terme, sept ans se sont écoulés, et par conséquent nous sommes sept ans plus proches de la Consécration de la Russie, oui.

Et, oui, aujourd'hui ( 13 octobre ) nous célébrons le Centenaire des Apparitions extraordinaires de la Vierge, nous célébrons le Miracle du Soleil. Cent ans, tout un siècle : un bel anniversaire, une étape remarquable pour se rappeler tous les événements. Nous ne pouvons pas nous empêcher de rappeler avec reconnaissance et prière la bonté de notre Mère. Le plus grand miracle depuis la Résurrection lui est dû, une confirmation de ce beau message salvifique, notre seul espoir — un moyen de retourner à Dieu quand tout était perdu, malgré notre péché, malgré notre indignité. Comment ne pas nous réjouir ?

Dans le même temps, comment pouvons-nous nous donner sans réserve à la célébration ? Pour ceux qui connaissent le vrai Message de Fatima, nous ne pouvons pas ne pas vivre notre joie « à moitié », pour ainsi dire. Il nous est difficile de retenir nos réserves, nos peurs, notre chagrin.

Parce que, cent ans plus tard, le Pape et les Évêques ignorent encore Notre Dame. Ils continuent d'ignorer et de rejeter le Miracle du Soleil. Oui, c'est malheureusement vrai. Le Miracle du Soleil a été réalisé encore plus pour eux que pour les 70 000 personnes rassemblées à Fatima le 13 octobre 1917. Le magnifique Miracle du Soleil fut effectué afin que ces savants prélats, ( peut-être aussi ) maîtres en philosophie, en théologie et en Droit Canon, puissent reconnaître que la Mère de Dieu apparaissait vraiment à trois enfants simples bergers et leur donnait les clés du Ciel pour la paix.

Cent ans plus tard, le Pape et quelques Évêques semblent plus obstinés que jamais à ignorer les simples demandes de Jésus et de Marie, laissant notre Église dans les ruines de la Grande Apostasie, plongeant notre monde dans un désordre et un désespoir plus grands. Apparemment, ils ne croient pas — malgré le miracle — que la paix, l'ordre et la sainteté sont aussi simples comme l'a dit la Bienheureuse Vierge Marie ou, du moins, ils n'obéiront pas.

Comme Notre Seigneur l'a dit à Sœur Lucie en mai 1936 : « Priez, priez beaucoup pour le Saint-Père. Il la fera [ la Consécration de la Russie ], mais il sera tard. Néanmoins, le Coeur Immaculé de Marie sauvera la Russie. Elle lui a été confiée ».

Réjouissons-nous aujourd'hui, sachant que nous sommes aimés par une si belle et bonne Mère, qui nous a donné tout le nécessaire pour Son Triomphe et la Paix dans notre monde. Offrons des prières de gratitude pour les Apparitions de Fatima et le Miracle du Soleil. Mais cherchons aussi, par nos prières et nos efforts, à consoler Son Cœur Douloureux et Immaculé, ignoré et rejeté par tant ... cent ans plus tard.