jeudi 19 octobre 2017

Un réprimande stupéfiante du Nigeria pour
tous ceux favorisant la « Religion de la Paix »
à l'Ouest et au Vatican



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : le Centre de Fatima
Le 18 octobre 2017

Mes deux dernières chroniques [ ici et ici ] ont discuté de l'intention apparente du Pape François de prétendre modifier l'enseignement de l'Église afin de déclarer, contrairement à son enseignement depuis 2 000 ans, que la peine capitale est immorale « en soi » et « inadmissible ... peu importe la gravité du crime commis… » Toute tentative d'imposer cette nouveauté comme un « enseignement de l'Église » serait un abus flagrant de l'autorité papale qui ne pourrait pas appartenir au Magistère authentique. Les principes moraux exposés par le Magistère à travers les siècles, y compris sa défense constante de la moralité de la peine capitale en tant que question de vérité révélée (Romains 3 :14), ne peuvent être « abrogés » comme s'ils étaient une simple législation civile .

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont The Remnant.

Dans ses remarques prophétiques sur la crise à venir dans l'Église, prononcée à la lumière du Message de Fatima alors qu'il était encore Cardinal Pacelli, le futur Pape Pie XII a également fait cette prédiction prophétique à un Cardinal de la Curie sur le rôle des nations « non développées » pendant la crise : « Les nations non développées sauveront l'Église, Éminence. Un jour viendra où le monde civilisé reniera son Dieu, quand l'Église doutera comme Pierre a douté ».(Roche, Pie XII Devant L'Histoire, p. 53 )

Le jour est en effet venu où le monde soi-disant civilisé nie son Dieu tandis que le monde soi-disant non développé conserve sa Foi en Lui. Il en est de même pour le jour où l'Église ( dans son élément humain ) doute comme Pierre a douté. Aujourd'hui, les dirigeants Occidentaux et les ecclésiastiques Catholiques, à partir du Pape, louangent l'Islam comme étant une « religion de la paix » et tournent le dos à la Royauté Sociale du Christ tandis que l'Occident descend dans un abîme de dépravation totale. Mais les Catholiques du Nigeria, comme Fox News l'a même reconnu, « sont remarquables. Bien que charismatiques et dotés d'une joie irrépressible, personne ne pourrait jamais conquérir un peuple doté d’un tel esprit ». Ceci est vrai même si les Catholiques Nigérians sont attaqués sans relâche par les fanatiques Musulmans de Boko Haram et les gardiens de troupeau Fulani, qui perpètrent un génocide contre eux et que les puissances Occidentales ignorent et même le Vatican qui le mentionne à peine.

Comme l'a justement rapporté l'histoire de Fox News sur le sort des Chrétiens persécutés du Nigeria en général : « Mais l'Occident les a laissés tomber. Il les a abandonnés, vraiment. Loin au fond du pays, loin des opérations des compagnies pétrolières avec leur imposante sécurité et leurs gardes, les Occidentaux sont presque inexistants ». Ayant fui à cause de leur peur de l'Islam radical, les Occidentaux promeuvent néanmoins le mythe de la « religion de la paix » dans le discours public. Ils sont rejoints par l'actuel occupant de la Chaire de Pierre, qui assume le rôle d'exégète Coranique lorsqu'il déclare dans Evangelii Gaudium que « le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s’opposent à toute violence » — l'un des exemples historiques des plus flagrants de la faillibilité totale des opinions papales sur des questions qui dépassent la compétence papale.

En effet, l'élément humain de l'Église Catholique, aujourd'hui au cœur de la plus grande crise de l'histoire de l'Église, chante presque unanimement les louanges de l'Islam tout en abandonnant la Mission Divine de gagner des âmes au Christ pour leur salut. La situation a dégénéré au point qu'il revient à Peter Akinola, Archevêque de l'Église Anglicane du Nigeria, de lancer une réprimande contre l'Occident et qui s'applique avec la même force au Vatican dans son zèle à promouvoir l'Islamisation de l'Europe :

« Vous êtes venus dans mon pays et vous nous avez dit qu'il n'y a qu'un seul Dieu par lequel nous pourrions être sauvés, Jésus-Christ, et nous vous avons cru, et nous L'avons suivi. Vous nous avez dit qu'il n'y a qu'un seul vrai livre pour le connaître, la Bible, et nous vous avons cru, et l'avons lu. Maintenant, vous nous dites qu'Allah est aussi un dieu, et que nous pouvons utiliser le Coran pour apprendre à connaître Dieu. Vous avez invité les Musulmans ici en tant qu'hôtes, et ils sont devenus vos hôtes. Alors maintenant je viens dans votre pays pour vous rappeler ce que vous avez oublié ».

Et la Vierge Mère de Dieu est venue sur terre pour rappeler aux ecclésiastiques Catholiques ce qu'ils ont oublié : que le Christ est Roi et qu'Elle est Sa Reine Céleste, dont le Cœur Immaculé triomphera de l'Islam et de toute la « mentalité dominant la modernité » ( pour citer Antonio Socci ) quand la Russie sera enfin consacrée à ce même Cœur Immaculé.