dimanche 15 octobre 2017

« « Ensemble autour de la Table » »
l'initiative Catholique Allemande invite
les Protestants à la Communion




         Jan Bentz


Le 13 octobre 2017
Source: OnePeterFive

L'initiative Catholique en Allemagne invite les Protestants à la Communion ; des témoins laïcs l'appellent une « hérésie »

L'œcuménisme a mal tourné une fois de plus en Allemagne et s'est transformé en déni de la vérité sur l'Eucharistie : dans le Diocèse Allemand de Stuttgart-Rottenburg, une initiative d'un théologien Catholique a invité les Protestants à recevoir la Communion à grande échelle.

« Ici, on le voit, nous commençons par une Église accueillante en nous invitant tous ouvertement et cordialement à la Communion et à la Célébration de la Dernière Cène [Abendmahl] » comme il est écrit dans le « Manifeste de Ravensburger » signé le 8 octobre.

Un communiqué de presse de « Kirche lädt ein » [ L'Église invite ] a déclaré que « l'accueil [Eucharistique] entre différentes confessions Chrétiennes est déjà une pratique dans de nombreux services liturgiques. Mais officiellement, l'Église Catholique refuse aux Chrétiens Protestants l'accès à la Communion ».

En réponse, le théologien Theodor Pindl a lancé un événement pour aider à favoriser « l'acueil ».

« De la séparation au partage — la Communion [Abendmahl] pour tous » était la devise de l'initiative « Ensemble autour de la table » à Ravensburg le 8 octobre.

160 tables sur plus de 400 mètres ont été érigées entre l'Église Catholique et l'Église Protestante, auxquelles ont participé des personnes qui célébraient et partageaient le pain et le vin. Environ 2 000 Chrétiens y ont pris part, parmi lesquels des religieuses Catholiques, des théologiens et des travailleurs pastoraux.

Environ 2 000 invités ont assisté aux 160 tables. Celles-ci étaient couvertes de pain, de vin et de jus. (Source de l'image : Schwaebische.de ; Photo de Felix Kästle)

C'était censé être un geste symbolique. Mais le « symbole » ne s'arrête pas là : une invitation des prêtres Catholiques aux Protestants à participer à la Sainte Messe et à recevoir l'Eucharistie est présentée comme le message principal pour surmonter la « séparation » qui perdure depuis la Réforme. Le Père Hermann Riedle, prêtre Catholique et pasteur de Ravensburg, a soutenu cette initiative. Les organisateurs se réfèrent explicitement au fait que le Cardinal Joseph Ratzinger avait donné, lors de la Messe du Pape Jean-Paul II en 2005, la Communion à Roger Schütz, fondateur Protestant de la Communauté de Taizé.

Cette initiative œcuménique remonte à quelques années : la décision de cet événement a été prise en 2013 lors du « Conseil de Ravensbourg », un forum Catholique pour le dialogue et l'œcuménisme. Depuis novembre 2015, chaque premier dimanche du mois, une chaîne de personnes s'est formée pour tenir une corde reliant les églises Catholiques et Protestantes de la ville.

Ce qui a commencé comme un jeu apparemment infantile s'est transformé en réalité horrifiante. En effet, les invitations aux Protestants à recevoir la Sainte Communion ont suivi.

Le porte-parole du groupe « L’Église invite » et le théologien Catholique Theodor Pindl a écrit en octobre 2016 au sujet de cette initiative que « les murs confessionnels doivent être ouverts ».

« Les participants veulent exprimer que l'Église Catholique a besoin d'approcher l'église Protestante. Il est toujours interdit aux Catholiques, qu'ils soient ou non mariés à un Protestant, de participer à la célébration de la dernière cène Protestante, malgré le fait que les Protestants les invitent. Et les Chrétiens Protestants — même s'ils sont mariés ou non à un Catholique— ne sont pas autorisés à recevoir la Communion et ne peuvent pas être invités.

Pourtant, pour Pindl, il reste une chance : « La pratique dans de nombreuses paroisses est en réalité très différente » commentant le fait que dans de nombreuses Églises Catholiques d'Allemagne, les prêtres de paroisse laissent les Protestants recevoir la Sainte Eucharistie.

Pindl souligne ce qui constitue un problème considérable et il explique que c'est un « paradoxe que l'Église Catholique punisse spécifiquement les familles qui s’entendent sur leurs confessions et qui essayent de vivre consciencieusement leur foi ».

Il appelle à « une invitation active plutôt qu'à une tolérance passive ». Puisque c'était « l'esprit d’accueil du Christ » qui l'a amené à « n’exclure personne » de sa table.

« L'Église n'est pas une zone interdite, mais une Maison du Père ». Et malgré l'interdiction du Droit Canonique, les Catholiques doivent agir différemment : « Il n'y a rien dans l'Évangile qui indique que nous pouvons réserver la table pour nous seuls et exclure les autres. [...] Le mot clé pour cela est l'accueil ».

Un témoin oculaire connu du site One Peter Five, une dame Catholique vivant dans le diocèse, a jeté son propre coup d'oeil à l'événement.

« J'ai longé les tables le long de la voie et je voulais leur parler. Les Catholiques trahissent leur foi, leur Église et la vérité inébranlable de la Présence Réelle de Notre Seigneur Jésus-Christ dans l'Hostie Consacrée. Ils ne veulent pas entendre ce que je dis. ... Ils me conseillent de ne pas être dogmatique, pas trop conservatrice, et pas si insistante sur la vérité. ... Ils détournent leurs têtes de ma souffrance » explique le témoin dans un compte rendu écrit qui a été partagé avec One Peter Five.

« Ma prise de conscience effrayante s'est transformée en anxiété : que se passe-t-il quand les mensonges prennent le dessus, quand vous parlez de la vérité avec quelques autres et que tout le monde vous fixe du regard ? ... C'est effrayant parce que l'hérésie ecclésiastique est entrée dans une union impie avec la société et la politique. C’est effrayant de faire face à un groupe collectif qui est unifié par des bergers irresponsables sous une bannière qui semble être le Seigneur, mais qui n'est pas Lui mais plutôt une image forgée par eux-mêmes.

« Je me suis éloignée du peuple », ajouta le témoin oculaire, « et je suis entrée dans sa Maison où personne n'était assis. Pendant que les cloches sonnaient l'angélus et qu'en dehors une prière de paix était priée, j'ai prié l'angélus. Pendant ce temps à l'extérieur, un orchestre jouait de la musique autour de tables pleines, je me suis assise près du maître-autel avec le Très Saint Seigneur et j'ai chanté le Tantum ergo en présence de mon Seigneur » (souligné dans l'original).

Cette initiative est promue par les Catholiques du Diocèse et aucune critique ne fut émise par l'Évêque Gebhard Fürst. One Peter Five a contacté Mgr Fürst pour lui demander de commenter cet événement scandaleux et le fait que l'un de ses prêtres y ait participé. Nous mettrons à jour cet article si nous recevons une réponse.

MISE À JOUR — 14/10/2017 : En réponse à notre enquête, le Diocèse de Rottenburg-Stuttgart a fait une déclaration :

« En principe, le Diocèse de Rottenburg-Stuttgart se félicite des initiatives œcuméniques qui renforcent le lien entre les confessions et qui envoient un signal pour l'engagement social commun.

Cependant, lorsque, dans la Déclaration de Ravensbourg, on trouve une invitation « ouverte et sincère » à la Communion et à la Célébration de la Dernière Cène [Abendmahl] » à tous sans différenciation, cela n'est pas compatible avec les différents lois de l'Église. L'Église Évangélique de Wurtemberg, dans son règlement concernant la participation à la Célébration de la Cène (Abendmahlsordnung), insiste d'abord que l'invitation est étendue aux membres de leur propre église et aux autres Églises avec lesquelles existe une communion ecclésiastique ; et quand elle accepte une décision de conscience des membres de d'autres églises, elle se réfère toujours au droit de sa propre église. L'invitation ouverte à recevoir l'Eucharistie ne peut, selon l'entendement Catholique, être étendue qu'à ceux qui sont en communion ecclésiale avec l'Église Catholique ; les Chrétiens Protestants (hommes et femmes) ne peuvent recevoir l'Eucharistie que s'il existe certaines conditions préalables et seulement dans des cas individuels. Une invitation générale pour tous n'est pas possible.

Cette communion ecclésiale n'est cependant pas décidée à Ravensburg ; une paroisse unique ne peut pas faire une telle déclaration. Cela exige les efforts persévérants des deux côtés, des prières et l'appel au Saint-Esprit. Une telle décision ne peut être prise qu'au niveau de l'Église Universelle.

La direction diocésaine ne peut pas par conséquent s'identifier à l'initiative de Ravensburg ».