vendredi 6 octobre 2017

Un responsable de l'Opus Dei

« Les signataires de la Correction Filiale
attaquent le Pape »



Par : Matthew Cullinan Hoffman
Mercredi 4 octobre 2017 - 12 h 17 HNE

SOURCE : Life Site News





4 octobre 2017 (LifeSiteNews) - Un responsable de l'Opus Dei a dénoncé les signataires d'une « Correction Filiale » au Pape François récemment publiée concernant les « hérésies » propagées par le pontife.

Le Vicaire Général de l'Ordre, son prélat de deuxième rang, a accusé les deux cents académiciens et clercs et plus qui ont signé la Correction d’« attaquer le Pape » et de diffuser le linge sale de l'Église en public.

« Lamentablement, ce n'est pas la première fois dans l'histoire de l'Église ces dernières années où il y a des groupes de personnes qui attaquent le Pape et que j'imagine qui agissent avec une bonne intention » a déclaré Monseigneur Mariano Fazio au quotidien Argentin La Nacion dans une interview publiée le 29 septembre.

« Il me semble que, d'une part, c'est un exemple de la liberté d'opinion qui existe dans l'Église et que le Pape respecte » a ajouté Fazio. « Il me semble d'autre part que c'est une méthode complètement erronée parce que, si on parle d'une relation filiale, un enfant ne « corrige pas » son père en public.

« Tout membre parmi les fidèles, Évêques, Cardinaux ou laïcs, a le droit de dire au Pape ce qu'il pense pour le bien de l'Église, mais il me semble qu'il n'a pas le droit de le faire publiquement et de scandaliser toute l'Église avec ces manifestations de désunion » a déclaré Fazio.

L'Opus Dei, qui signifie « travail de Dieu », est une organisation reconnue par l'Église Catholique qui enseigne que la vie ordinaire est un chemin vers la sainteté. Il a été fondé en Espagne en 1928 par le prêtre et saint Josémaria Escrivá.

Interrogé sur l'adhésion à la Correction du surnuméraire Italien de l’Opus Dei, Ettore Gotte Tedeschi, qui a précédemment dirigé la Banque du Vatican, Fazio a déclaré : « Je le considère aussi comme une erreur comme le reste de ceux qui ont signé ».

Fazio a également exprimé son désir que les membres de la Curie Romaine « aient un plus grand esprit de collaboration et de service avec la réforme que le Pape veut mener à bien » et il a affirmé qu'il n'y a qu'un « petit groupe qui résiste au Pape », qu'il caractérise en tant que « minorité bruyante ».

Le rejet par Fazio des actes publics de la Correction contraste fortement avec les paroles de la Correction Filiale, qui cite la réprimande publique de Saint Pierre par Saint Paul racontée dans l'Épître de ce dernier aux Galates et ajoute :

« Thomas d'Aquin note que cette réprimande publique d'un sujet à un supérieur était licite en raison du danger imminent de scandale concernant la Foi (Summa Theologiae 2a 2ae, 33, 4 ad 2), et « le vernis de Saint Augustin » qui ajoute, à cette occasion, que « Pierre a donné un exemple pour les supérieurs que si, à un moment quelconque, ils se détournent du droit chemin, ils ne devraient pas dédaigner d'être corrigés par leurs sujets ».

La correction continue de gagner du soutien

La Correction Filiale a été soumise en privé au Pape en août et rendue publique le 23 septembre. Elle a d'abord été approuvée par 62 académiciens et clercs, mais le nombre est passé à 216, avec de nouvelles signatures qui s’ajoutent quotidiennement.

La correction stipule que le Pape François a « maintenu effectivement » sept propositions hérétiques concernant le péché de l'adultère, la nature contraignante de la loi morale et la réception des Sacrements de l'Église Catholique, bien qu'elle ne le juge pas personnellement coupable du péché d'hérésie .

Le document est écrit sous un ton respectueux mais ferme, exprimant « un profond chagrin » à la nécessité de corriger le Pape, « en raison de la propagation des hérésies effectuée par l'Exhortation apostolique Amoris Laetitia et, de d’autres manières, par des actes et des omissions de Votre Sainteté ».

Les critiques de la Correction ont répondu avec un barrage de boue mais ont dit peu sur le fond du document. Le Secrétaire d'État du Vatican, le Cardinal Pietro Parolin, a demandé un dialogue avec les signataires.