samedi 28 octobre 2017

500 ans de Révolution Protestante — Luther, Prince de l’Hérésie
Pourquoi Luther est l’hérésiarque par excellence




Par : Don Pietro Leone Monselice
Pseudonyme et devinez pourquoi...

Le 26 octobre 2017
SOURCE : Rorate Caeli

NOTE DE L'ÉDITEUR : En souvenir solennel et triste des événements entourant les actions graves de Martin Luther, qui a divisé l’Europe et privé des centaines de millions d'âmes des bienfaits de la Vie Sacramentelle, nous publierons à nouveau des articles importants sur la question.

C'est une publication spéciale en deux parties pour ce mois de la Révolte Protestante basée sur une conférence livrée par Don Pietro Leone Monselice * sur l’oeuvre théologique de l'homme qui a alors blessé et causé tant de douleur à la Sainte Mère Église, le « prince des hérésiarques », comme Don Pietro l'appelle de manière appropriée.


À partir de 2011 ;
Pierre Le Gros
La religion renversant l’hérésie et la haine
Chiesa del Santissimo Nome di GESÙ all'Argentina, Rome
_____________________________________

[PREMIÈRE PARTIE]


In Nomine Patris et Filli et Spiritus Sancti. Amen

En ces temps de grande ignorance et de confusion radicale, et même quand les Catholiques des plus hauts niveaux de la hiérarchie sont heureux de féliciter Martin Luther, nous aimerions présenter et évaluer brièvement sa théologie.

I La théologie de Martin Luther

Les principales caractéristiques de la théologie de Martin Luther peuvent être résumées dans ses quatre doctrines : Sola Scriptura, Sola Fides, Sola Gratia, et Solus Deus. Procédons en répondant à chacune de ces doctrines à la lumière de la Foi de l'Église Catholique.

La première doctrine, celle de la Sola Scriptura ( l’Écriture seule ), affirme que la Foi est basée uniquement sur la Sainte Écriture et que c’est la Sainte Écriture elle-même qui interprète la Sainte Écriture. ( ce qui signifie, en effet, que l'interprétation est laissée à la personne en train de la lire ), alors que l'Église Catholique, dans une déclaration du Concile de Trente (S.4, 1546), qui a été reprise au Premier Concile du Vatican (s.3c.2), enseigne que la Foi est basée sur la Révélation Divine ( aussi appelée Depositum Fidei ), et est composée non seulement de la Sainte Écriture ( la partie écrite du Depositum Fidei), mais aussi de la « Tradition » ( la partie orale du Depositum Fidei ).

Ce n’est pas l'individu comme personne qui a autorité sur le Depositum Fidei, mais l'Église. L'Église a établi quels livres appartiennent à la Sainte Écriture et l'Église interprète ces livres et les données de la Tradition orale pour définir le Dogmes de la Foi. L'Ascension est un exemple d'un dogme défini par l'Église sur la base de la Sainte Écriture ; l'Assomption est un exemple d'un Dogme défini par l'Église sur la base de la Tradition orale.

2. Sola Fides

La deuxième doctrine, la Sola Fides ( la Foi seule ) affirme que la Foi seule est nécessaire pour être sauvé , et non la Foi et les oeuvres comme l'Église l’enseigne. Dans cette connexion, le saint Concile de Trente (art.6 C.10) cite ce qui suit des mots de l'Épître de Saint-Jacques, 2,24 : « Vous le voyez donc, un être humain est reconnu comme juste par Dieu à cause de ses actes et non pas uniquement à cause de sa Foi ».

Par conséquent, à la fois la Foi et la Charité (ou les œuvres de charité) sont nécessaires pour le salut, et tandis que les faux œcuménistes agissent comme si la Charité seule était nécessaire, Martin Luther, lui, affirme que seulement la Foi l’est. La réponse de Luther à ce passage de l'Épître de Saint-Jacques, qui exprime clairement la Doctrine Catholique, a été de l’oblitérer de son nouveau canon de la Sainte Écriture, définissant cette Épitre tout simplement comme « une épître de paille ». De cela, nous pouvons voir comment Luther était moins motivé par la Sainte Écriture comme telle que par ses présuppositions subjectivistes. Il en va de même pour d’autres parties de la Bible qui ont été éliminées par lui.

De plus, il est nécessaire de garder à l’esprit que Luther comprend la Foi en une très différente façon que les Catholiques. Selon Luther, la Foi consiste à faire confiance à Dieu qui, dans sa Miséricorde, pardonnera l’homme à cause du Christ, alors que l'Église enseigne que la Foi consiste à accepter la Révélation par l'autorité de Dieu Qui la révèle.

Luther de toute façon avait déjà perdu complètement la Foi Catholique dès lors qu’il a refusé un seul article de la Foi, parce que celui qui nie même un article de la Foi, nie l'autorité de Dieu qui l’a révélé.

3. Sola Gratia

Dans la troisième doctrine, la Sola Gratia, ( la Grâce seule ), Luther affirme qu’à travers le péché originel, la nature humaine a été totalement corrompue, donc que l’homme est devenu incapable de connaître les vérités religieuses et d'agir librement et moralement, avec le résultat que la Grâce ne pouvait pas guérir l’homme, mais seulement couvrir sa nature pécheresse. Alors que l'Église enseigne que la nature humaine est seulement tombée et est blessée, et peut être guérie avec la Grâce ; l’homme peut connaître la vérité et possède le libre arbitre au moyen duquel il collabore avec la Grâce, afin d'agir moralement, même si cela souvent exige une grande lutte.

4. Solus Deus

La quatrième doctrine, Solus Deus, ( Dieu seul ), signifie que le salut vient directement de Dieu et non par l'Église, le Sacerdoce, les Sacrements, l'intercession de la Très Sainte Vierge Marie et les Saints. Luther prétend qu’il y a un accès direct à Dieu. Il ne reconnaît pas l'union intime entre Dieu et l'Église : Dieu, dans sa Divinité et Dieu dans la Personne de Notre Seigneur Jésus-Christ +.

a. Dieu, réellement, en vertu de Sa divine et sublime Majesté, a établi un ordre hiérarchique en toutes choses, qu’elles soient naturelles ou surnaturelles, que ce soit au Ciel, au Purgatoire ou en Enfer ; et Il opère par cet ordre intermédiaire hiérarchique pour Ses propres fins ineffables.

Quant à la Rédemption, Il a agi par le « Fiat » de la Très Sainte Vierge Marie, au moyen de l'Incarnation, la Passion et la Mort de Son Divin Fils, et, en ce qui concerne le point particulier en discussion, au moyen de la Sainte Église Catholique et de Ses Sacrements.

b. De plus, Dieu, dans la Personne de Notre Seigneur Jésus-Christ + a prolongé Sa Vie terrestre et Ses Oeuvres dans son Église ; Sa Vie sur terre par le biais de l'Église qui est Son Corps Mystique, et dans Ses Oeuvres à travers les Sacrements où il agit in Propria Persona. Le plus sublime et glorieux exemple de Son Oeuvre est sans doute la Sainte Messe où il continue de S’offrir et de S’immoler Lui-Même au Père à chaque moment de la journée et de la nuit, et le fera jusqu'à la fin des temps.

En fait Luther professe seulement deux Sacrements ; le Baptême et celui qu’il se plaît à le définir comme « la Cène » en remplacement de la Sainte Messe et de sa nature sacrificielle qu’il a niée.

II La nature hérétique de la théologie de Luther

Donc ici nous avons un brève synthèse de la doctrine de Martin Luther contenue dans les quarante et un articles condamnés par le Pape Léon X avec le « Damnatio in globo » dans la Bulle « Exsurge Domine » de 1520, « ... comme hérétiques, fausses, scandaleuses soit offensantes à des oreilles pieuses, comme séduisantes aux simples d’esprit, émanant de faux représentants de la Foi qui, dans leur fière curiosité, aspirent à la gloire du monde et, contrairement à l'enseignement de l'Apôtre, veulent être plus sages qu’ils ne devraient l'être » .

Maintenant, selon le Code de droit canonique (CIC 1983 Can.751) l’« hérésie est la négation obstinée, après la réception du baptême, d'une vérité qui doit être crue de Foi divine et catholique, ou le doute obstiné sur cette vérité ». Avoir nié la vérité de la Foi, Martin Luther est hérétique, c’est-à-dire qu’il est un hérétique formel. En effet, en vertu du nombre d’hérésies qu’il a conçues et enseignées, le nombre de sectes Protestantes que cela a générées, et les dommages qu'il en découle pour l'Église Catholique, il mérite le nom d’hérésiarque, ou prince des hérésiarques, ou l'hérésiarque par excellence.

* Nom-de-plume d'un Prêtre qui célèbre exclusivement la Messe Traditionnelle dans un Diocèse en Italie. Traduction et contribution ; Francesca Romana.