jeudi 12 octobre 2017

Échappés belle !
Pro Liturgia — 9 et 12 octobre 2017


Lu chez Pro Liturgia sous l'onglet ACTUALITÉS du 9 et 12 octobre

* * * * NOUVEAU Jeudi, 12 octobre 2017.

Décidément, nous avons un Pape « hors sol ».

On apprend en effet que deux prisonniers ont apparemment profité d’un déjeuner avec le Pape François pour s’échapper.

Selon le site internet du journal italien « Il Mattino », depuis ce rendez-vous avec François le 1er octobre dernier à Bologne, on est sans nouvelles de deux prisonniers de la prison Castelfranco Emilia dans la province de Modène. Ces deux hommes sont connus pour avoir tenté déjà de nombreuses évasions : ils faisaient partie d’un groupe de 20 prisonniers invités par François lui-même lors de sa visite à Bologne à partager avec lui un déjeuner dans… la Basilique San Petronio (n.b. nous avions publié sur notre site des photos de ce repas, il y a quelques jours ). On ne sait pas encore si l’évasion a eu lieu avant ou après le déjeuner. En tout cas, ils ne sont pas retournés à la prison ce jour-là et n’ont laissé aucune trace derrière eux. Les recherches sont en cours. L’administration diocésaine de Bologne a été mise à contribution...

Merci, Saint-Père, de nous faire rire !

* * * * Lundi, 9 octobre 2017. Le Cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich (D) et bras droit du pape François, a déclaré que grâce au Motu proprio « Magnum principium » du Pape, le document « Liturgia authenticam » de 2001 peut être mis de côté.

« Liturgia authenticam » demandait de veiller à ce que les textes liturgiques en différentes langues courantes soient des traductions fidèles des textes latins originaux. Désormais, dit le cardinal Marx, grâce à “Magnum principium” chaque conférence d’évêques pourra proposer des textes liturgiques qui ne seront plus des traductions du latin mais des adaptations plus ou moins libres.

Dès à présent les différentes conférences d’évêques germanophones (Allemagne, Suisse, Autriche) vont discuter des innovations induites par « Magnum principium ».

On nous permettra de faire respectueusement remarquer à Mgr Marx que les fidèles pratiquants, dans leur immense majorité, ne font plus du tout attention à ce que disent les célébrants. Et ce, quelle que soit la langue qu’ils emploient. Quant aux fidèles qui veulent être certains que la liturgie est en lien avec la doctrine, il leur reste la solution de fréquenter des messes célébrées en latin et respectueuses des rites : une bonne façon de fuir les élucubrations d’un certain clergé.