mardi 17 octobre 2017

L'Eucharistie déjà désacralisée
Pro Liturgia — 17 octobre 2017


Lu chez Pro Liturgia sous l'onglet ACTUALITÉS du 17 octobre

* * * * NOUVEAU Mardi, 17 octobre 2017. Dans le Diocèse de Turin, le groupe œcuménique « Spezzrare il pane », dirigé par Don Fredo Oliviero et fortement encouragé par l’Évêque du lieu, Mgr Cesare Nosiglia, célèbre une « messe œcuménique » qui rassemble des calvinistes, des Orthodoxes, des Catholiques, des Anglicans et des Luthériens.

Chaque mois, le groupe se réunit pour célébrer, tantôt dans un lieu de culte tantôt dans un autre, une liturgie au cours de laquelle, partant du principe que l’appartenance au Christianisme est plus importante que l’appartenance à une Église déterminée, tout le monde communie de la « maison » qui les accueille et prend toute communion. De Turin, cette pratique commence à se répandre dans d’autres diocèses.

Ce qui est le plus frappant, c’est que pour vivre ensemble la « nouvelle messe » à laquelle rêve le Pape François et qui devrait remplacer la Messe Romaine restaurée à la suite de Vatican II, il n'est pas nécessaire d’adhérer à une seule théologie de l’Eucharistie. Ce qu’il faut, c’est respecter la croyance de chacun en matière de messe ou d’Eucharistie.

En ce qui concerne la nature de la Présence Réelle de Jésus dans l’Eucharistie, on passe de la présence physique à la présence simplement commémorative dans laquelle les espèces du pain et du vin vont au-delà du Corps du Christ : elles ne le contiennent pas réellement, physiquement et substantiellement, mais le symbolisent ou le signifient ; la transsubstantiation n’est plus affirmée mais « transsignifiée », ce qui revient à affirmer que lorsque Jésus a dit : « Ceci est Mon Corps » il voulait dire : « Ceci représente mon corps de façon symbolique ».

Selon des informations fiables, les règles liturgiques officielles de cette « messe œcuménique » qui célèbre l’absence réelle de Dieu sont en cours d’élaboration au Vatican.