mercredi 25 octobre 2017

Conférence de Rome

À la défense de « l'enseignement inébranlable »
de Humanae Vitae contre la contraception



par : Lisa Bourne
SOURCE : Life Site News
Le 25 octobre 2017





ROME, Italie, le 25 octobre 2017 ( LifeSiteNews ) — Avec une préoccupation croissante que « l'enseignement inébranlable de l'Église » est ciblé alors que le 50ème anniversaire approche de Humanae Vitae, une coalition pro-famille a rassemblé une liste mondiale d'experts pour préciser la nature importante du document en ce qui concerne le salut humain.

« Humanae Vitae à 50 ans: Définition du contexte , » est prévu pour samedi à l'Université Pontificale Saint-Thomas d’Aquin, Angelicum, à Rome.

Le Pape Paul VI a prédit avec précision dans le document historique de l'Église Catholique sur la contraception et la vie humaine comment une multitude de maux moraux et sociaux affligeraient la société si la contraception artificielle était acceptée.

Ces troubles incluaient la sexualisation de la culture, la promiscuité, l'avortement légalisé, l'effondrement du mariage et le grave préjudice à la famille.

Nonobstant la nature prophétique de Humanae Vitae le document a été assiégé par de la résistance depuis le début et l’opposition à l'enseignement de l'Église qu'il contient persiste même au plus haut niveau de l'Église.

Cet élément est parmi ceux qui doivent être adressés lors de « Humanae Vitae à 50 ans : Définition du contexte » présenté par Voice of The Family [ La voix de la famille ], la conférence a neuf conférenciers, parmi eux des théologiens, des philosophes, un Cardinal, un Archevêque et d’autres experts.

Le présentateur de la conférence Père Serafino Lanzetta, Ph.D., professeur de théologie dogmatique de l'Université de Lugano en Suisse, a souligné l'importance de la discussion sur la nature de Humanae Vitae qui fait autorité à ce moment critique.

« L’année prochaine, nous célébrerons le 50ème anniversaire de Humanae Vitae et il est important de souligner sa grande et toujours actuelle valeur magistérielle sur la régulation des naissances » a-t-il dit. «Humanae Vitae est de première importance car il a été émis afin de combler un vide magistériel laissé par Gaudium et Spes de Vatican II ».

Le Père Lanzetta a souligné qu'une note de bas de page n ° 51 du document de Vatican II sur l'« Église dans le Monde Moderne » avise le lecteur qu'une commission pour l'étude de la population, de la famille et des naissances a entrepris d'étudier soigneusement ces sujets afin que le Souverain Pontife puisse peut-être rendre jugement.

« Ce jugement est venu » a déclaré le Père Lanzetta, « et doit être considéré comme l'authentique et est — dans les mêmes mots du Pape Paul VI (HV 31) — « le fondement de l'enseignement de l'Église, dont le successeur de Pierre est, avec ses frères dans l'épiscopat, le dépositaire et l'interprète ».

Il a ajouté qu'une déclaration clé de Humanae Vitae se trouve au n ° 11 dans le document : « L'Église, rappelant les hommes à l'observation de la loi naturelle, interprétée par sa constante doctrine, enseigne que tout acte matrimonial doit rester ouvert à la transmission de la vie ».

« Bien que la critique et l'insatisfaction à l'égard de cet enseignement restent encore dans une partie cohérente de l'Église » a déclaré le Père Lanzetta, « c'est pourtant ce qui a toujours été maintenu et cru. »

Le médecin britannique Dr Thomas Ward, un autre présentateur de la conférence, a souligné le lien entre Humanae Vitae, la vertu et le salut.

« La vérité centrale de Humanae Vitae est le mal de la séparation artificielle de la procréation de l’union physique, de la vie de l’amour et de l’amour de la vie » a déclaré Ward. « Sa véritable signification est notre salut éternel avec Dieu, la Source de la Vie, en ce sens qu'il enseigne la nécessité de la chasteté aux mariés et aux célibataires ».

Il a dit qu'il est important de discuter de l'importance de Humanae Vitae maintenant « parce que l’amour chaste et le mariage sont si méprisés dans le monde d'aujourd'hui où l'agression sexuelle de la culture est aggravée par la perte de la Foi et le silence de tant de nombreux successeurs des Apôtres ».

Ward, fondateur de l'Association des Familles Catholiques et ancien membre de l'Académie Pontificale pour la Vie, a également déclaré que la première conséquence de « réinterpréter » Humanae Vitae — comme cela a été suggéré de ce faire si l’on s’en tient à Amoris Laetitia — « est que le Magistère de l'Église aurait fait ce qui est impossible au vrai Magistère de faire en ce qu'il aurait formellement sanctionné le péché grave de la contraception interdit par tous les précédents Magistère ».

John-Henry Westen, cofondateur et rédacteur en chef de LifeSiteNews, est également présentateur à la conférence.

Westen a déclaré que le problème potentiel à « réinterpréter » Humanae Vitaeà la lumière d’Amoris Laetitia est que la même justification dans le document controversé de François qui est utilisée pour permettre aux Catholiques divorcés et remariés de recevoir les Sacrements pourrait être utilisée dans les cas de Catholiques qui utilisent la contraception.

« Cette approche pourrait alors logiquement être appliquée à tous les actes intrinsèquement mauvais » a déclaré Westen, « ce qui permettrait donc toujours des exceptions dans les cas difficiles. »

Maria Madise, responsable de Voice of the Family, a expliqué à Life Site News à la fois l'objectif et la raison historique du besoin de la conférence.

« Dans Humanae Vitae, Paul VI a prédit que les conséquences de l’acceptation contrôle artificiel des naissances comprendrait un abaissement général des normes morales dans toute la société ; une augmentation de l'infidélité ; une diminution du respect des femmes par les hommes ; et des politiques gouvernementales coercitives concernant les technologies de reproduction » a déclaré Madise. « Près de 50 ans après, non seulement ces prédictions se sont concrétisées, mais, de plus, nous en sommes arrivés au point où la société accepte largement que le mariage puisse être séparé des relations sexuelles et que les relations sexuelles puissent être séparées d'avoir des enfants ».

« Afin d'épargner aux générations futures les effets destructeurs de la mentalité contraceptive et d'aider à restaurer une culture authentiquement Chrétienne, l'enseignement Catholique sur la chasteté et l'ouverture à la vie conjugale doit être défendu et enseigné avec audace ». « Avec la conférence à venir, nous souhaitons offrir la possibilité d'étudier Humanae Vitae dans le contexte de son temps ainsi que sa juste place dans la continuité de l'enseignement pérenne de l'Église et dans la vie des Catholiques aujourd'hui ».

« Humanae Vitae à 50 ans : Définition du contexte » fait suite à des rapports en cours de ces derniers mois d'un Pape François — ayant approuvé un « groupe d'étude » — dont l'existence a été initialement niée — et ensuite confirmée avoir été constitué pour « réinterpréter » Humanae Vitae.

Malgré les démentis, les craintes persistent que l'objectif de la Commission discrètement constituée est d’interpréter Humanae Vitae s’inspirant de l’Exhortation controversée du Pape Amoris Laetitia.

Les théologiens Catholiques tels que Josef Seifert et le Père George Woodall ont fourni des explications sur la façon dont Amoris Laetitia peut être utilisé pour invalider l'enseignement Catholique contre la contraception. Seifert est un autre présentateur pour la conférence Humanae Vitae de Voice of the Family.

L'événement survient également alors que le Pape François a annoncé le mois dernier qu’il remplaçait le célèbre Institut Jean-Paul II pour les Études sur le Mariage et la Famille avec un institut axé sur la mise en œuvre d’Amoris Laetitia .

Le défunt Cardinal Carlo Caffarra a fondé l'Institut Jean-Paul II à la demande du Pape Jean-Paul II après la clôture du Synode sur la Famille de 1980. Le Cardinal Caffarra — l’un des quatre Cardinaux ayant soumis les dubia au Pape pour demander des éclaircissements sur l'intention d’Amoris Laetitia — avait dit que la « tâche spécifique » de l'Institut était de maintenir Humanae Vitae.

« Humanae Vitae à 50 ans : Définition du contexte » a également lieu alors que l'Université Pontificale Grégorienne débute une série de discussions à compter de ce mois jusqu’à mai prochain afin de prendre un nouveau regard sur Humanae Vitae « dans le contexte d'une période de changement » et parce que les difficultés sont devenues « plus complexes ».

L'Université Grégorienne a également été le site d'un « synode secret » en 2015 au cours de laquelle un certain nombre de théologiens ont collaboré pour influencer le Synode sur la Famille afin d'approuver les unions de même sexe, éliminer le terme « intrinsèquement mauvais » et présenter la très controversée idée de la « Théologie de l’amour », en un apparent remplacement de la « Théologie du corps » du Pape Jean-Paul II qui suggère que les actes corporels ne sont pas pertinents en matière d'amour.