lundi 16 octobre 2017

Méfiez-vous de la fausse compassion
dans la mise en œuvre d’Amoris Laetitia


Par: Phil Lawler

Phil Lawler a été journaliste Catholique depuis plus de 30 ans. Il a édité plusieurs revues Catholiques et écrit huit livres. Fondateur de World Catholic News, il est le directeur des nouvelles et analyste en chef à CatholicCulture.org.

SOURCE : Catholic Culture
Le 13 octobre 2017


Pouvez-vous nommer quelqu'un — quelqu'un que vous connaissez personnellement — qui a divorcé, qui s’est remarié et est maintenant un paroissien Catholique actif, recevant régulièrement la Communion ? ( Pour l'instant, ne vous inquiétez pas de savoir si ces personnes ont obtenu une nullité, vous ne pouvez probablement pas en être sûrs, car il est peu probable que vous ayez vu les documents ).

Peut-être que vous connaissez plus d'une personne qui correspond à cette description. Je peux penser rapidement à trois. Tous sont des hommes.

Peut-être que mon expérience est atypique. Mais j'en doute. Statistiquement parlant, les hommes sont plus susceptibles que les femmes de se remarier après un divorce. Et c'est juste une façon parce que les hommes se portent généralement mieux que les femmes après la rupture d'un mariage. Les femmes divorcées risquent de façon disproportionnée d'avoir des problèmes financiers, des problèmes de santé ou des problèmes affectifs. En un mot, ils sont susceptibles d'être des femmes dans le besoin.

Si les pasteurs Catholiques adoptent une attitude plus ouverte à l'égard du divorce, dans la ligne suggérée par Amoris Laetitia, cette attitude profitera-t-elle aux personnes les plus démunies ? Sur le plan pratique, si les pasteurs accordent une importance particulière à l'accueil des Catholiques divorcés et remariés, les avantages seront-ils accordés aux conjoints abandonnés ou à ceux qui les ont abandonnés ?

Depuis la publication d'Amoris Laetitia, beaucoup de choses ont été écrites sur les femmes qui ont été abandonnées par un homme et ont ensuite formé une nouvelle union avec un autre. Pour chaque femme qui est cruellement abandonnée, il y a un mari qui l'a cruellement abandonnée. Lui aussi pourrait se sentir plus à l'aise si l'Église détendait sa rigueur traditionnelle concernant la permanence du lien matrimonial. Le devrait-il ?

Ces cas hypothétiques fournissent des arguments solides pour la compassion. Mais de tels cas sont exceptionnels.

Si les femmes souffrent généralement plus que les hommes après un divorce, les enfants d'une maison éclatée souffrent souvent encore plus. Quel genre de message ces enfants reçoivent-ils quand ils voient leur père qui les a abandonnés pour vivre avec une autre femme, assis à l'avant dans les bancs d’église avec sa nouvelle partenaire attrayante alors qu'eux se blottissent au fond de l’église avec leur mère et des vêtements seconde main ?

Le message fondamental d'Amoris Laetitita est un appel à la compassion pour les familles dans le besoin. Mais si la mise en œuvre du document papal se réduit à une question de routine pastorale — comme la plupart des demandes du Vatican — le résultat net pourrait être d'affliger les affligés et de réconforter les personnes à l'aise.