mardi 18 avril 2017

Un Évêque Américain demande au diocèse de commencer
à recevoir la communion « sur la langue et à genoux ».





Par : Pete Baklinski

Pete Baklinski a un B.A. en arts libéraux et possède une maîtrise en Théologie avec une spécialisation sur le mariage et la famille (STM). Il est marié à Erin. Ensemble, ils ont six enfants.

SOURCE : Life Site News
NEWS CATHOLIC CHURCH, jeudi, le 13 avril, 2017 - 16 h 25 HNE



MADISON, Wisconsin, le 13 avril 2017 (Life Site News) - L'Évêque Robert Morlino du diocèse de Madison, Wisconsin, a demandé à tout son diocèse de commencer à recevoir la Sainte Communion sur la langue, en s'agenouillant, d'ici l'automne prochain afin d’intensifier la « vénération » de la Présence Réelle du Christ dans l'Eucharistie.

L'Évêque a fait sa demande à la fin de son homélie à la Messe chrismale du 11 avril, lorsque les huiles sont consacrées lors de l’utilisation des sacrements administrés dans les paroisses du diocèse.

« Je vais demander que nous nous mobilisions ensemble vers une plus grande vénération lorsque nous recevons la Sainte Communion. Je vais demander à ce que les gens soient encouragés à recevoir la communion sur la langue et à genoux », a-t-il déclaré, vers la fin de son homélie.

« Il ne fait aucun doute que la communion sur la langue est plus révérencieuse. Et elle ne se prête pas à un comportement occasionnel. Je vais demander, à partir de l'automne, que nos étudiants apprennent à recevoir la communion sur la langue », a-t-il ajouté.

Jusqu'en 1960, les catholiques du monde entier recevaient la communion à genoux et sur la langue. La pratique de la communion dans la main est issue d'une désobéissance qui remonte au pays de la Hollande. En raison de l'abus répandu de recevoir la communion dans la main, le Pape Paul VI a accordé un indult pour cette pratique, selon une lettre de 1969 de la Congrégation Sacrée du Culte Divin.

Brent King, le directeur des communications du diocèse de Madison, a déclaré à Life Site News que recevoir la Communion de manière traditionnelle, à genoux et sur la langue, augmente la vénération en raison d’une « posture extérieure » d’abaissement du corps qui peut se traduire par une « disposition intime » d’humilité devant Dieu.

Dans sa lettre aux Philippiens, Saint Paul a écrit que « au nom de Jésus, tous les genoux devraient s'incliner ».

King a déclaré que si « nous nous agenouillons, nous démontrons une vénération à ce que nous croyons réellement, c'est-à-dire que le corps, le sang, l'âme et la divinité du Christ sont présents dans l'Hôte ».

Il a également déclaré que personne ne serait refusé à la Communion s'ils choisissaient de continuer à recevoir l’hostie dans la main.

Au cours de son homélie, Morlino a fait allusion à une allocution du 31 mars du Cardinal Robert Sarah, dans lequel le préfet de la Congrégation pour le Culte Divin a parlé d'une « sérieuse crise de foi » qui se passe actuellement dans l'Église en raison d'une liturgie qui s’appauvrie.

Le Cardinal Sarah a déclaré que la crise qui est « non seulement au niveau de la foi chrétienne mais aussi et surtout parmi plusieurs prêtres et Évêques, nous a rendu incapables de comprendre la liturgie eucharistique en tant que sacrifice, comparable à un acte accompli une fois, et pour tous par Jésus-Christ, rendant présent le Sacrifice de la Croix d'une manière non sanglante, dans toute l'Église, à travers différents âges, lieux, peuples et nations ».

« Il y a souvent une tendance sacrilège à réduire la Sainte Messe à un simple repas convivial, à la célébration d'une fête profane, à la célébration d’une communauté par elle-même, ou voire pire, à une diversion terrible de l'angoisse d'une vie qui n'a plus de signification ou, encore, de la peur de rencontrer Dieu face à face, parce que son regard nous dévoile et nous oblige à nous regarder sincèrement et nous exposant, d’une façon inébranlable, à la laideur de notre vie intérieure. Cependant, la Sainte Messe n'est pas une distraction. C'est le sacrifice vivant du Christ qui est mort sur la croix dans le but de nous libérer du péché et de la mort, afin de nous révéler l'amour et la gloire de Dieu le Père », a ajouté le Cardinal.

L'Évêque Morlino a déclaré que, pendant que l'Église catholique avait excellé dans les problèmes sociaux à tous les niveaux, elle n'a pas transmis une foi vivante aux générations futures. Il a dit que nous pouvons relater ce fait par le constat que moins de 25% des catholiques assistent maintenant à la Messe.

Selon ce que Sarah suscite, Morlino a déploré à quel point les affaires de la vie courante se sont infiltrées dans la liturgie, où chacun éprouve le besoin d'être occupé à « faire quelque chose » durant la Messe. Il a dit que l'appel du Conseil Vatican II à la « actuosa participatio » par les fidèles dans la liturgie a plus à faire avec « la participation réelle » que « la participation active ».

L'Évêque a dit qu'il est plus important pour les participants à la Messe de contempler profondément ce qui se passe à la Messe, à savoir que Dieu se fait présent (Corps, Sang, Âme et Divinité). Cela devrait brasser l'âme de ceux qui vont et suivent la Messe et la suivent afin de les combler de stupéfaction et d'émerveillement, mais souvent les fidèles sont trop occupés à se faire remarquer, a-t-il ajouté.

Le Frère John Zuhlsdorf, prêtre du diocèse de Madison, a écrit sur son père. Z's Blog que ce que l'Évêque Morlino fait est « tout à fait exact ».

« Il est temps de grandir plus sérieusement, de plus en plus, dans un culte liturgique sacré et transformateur en tant qu'individus et en tant que communautés de l'Église, petites et grandes, familles, paroisses, diocèses, nations », a-t-il déclaré.

« Par conséquent, ce que l’Évêque Morlino est tout à fait bien. Il a fourni un exemple personnel. Il a fait preuve de leadership. Il a prudemment autorisé une période de temps congruente pour l'enseignement ainsi que le dialogue avec les prêtres et les fidèles. C'est une grande bénédiction pour la sainte Église, car il remplit fidèlement son lourd mandat. Que son exemple soit pris par de nombreux pasteurs d'âmes », a-t-il ajouté.

L'an dernier, lorsque le Cardinal Sarah a demandé au clergé d'adopter le « ad orientem » - en regard à l'Est - positionnant la Messe à temps pour l'avènement, Morlino fut l'un des premiers Évêques de l'Église à répondre à l'appel.

Avant cette même année, Morlino a demandé que les tabernacles reviennent en avant et au centre de chaque Église de son diocèse.

L'Évêque Morlino est arrivé au tout début au diocèse de Madison en 2003. À l’époque, on l'appelait souvent un bastion du libéralisme politique et spirituel. Il n'y avait que six hommes qui étudiaient pour être prêtres. Sous le leadership de Morlino, le nombre a augmenté de six fois d'ici 2015.