samedi 22 avril 2017

Dixit le Cardinal Müller

« Le Pape n'a pas, ne peut et ne peut pas changer la Révélation »





Par : Pete Baklinski

Pete Baklinski a un B.A. en arts libéraux et possède une maîtrise en Théologie avec une spécialisation sur le mariage et la famille (STM). Il est marié à Erin. Ensemble, ils ont six enfants.



SOURCE : Life Site News
News Catholic Church
Vendredi le 21 avril 2017 — 15h42 HNE

21 avril 2017 (Life Site News) — La question de la Communion pour les Catholiques civilement divorcés et remariés ne peut être abordée que par « la perspective de la plénitude de l'enseignement de l'Église » et le Pape « ne peut pas » changer cet enseignement, a dit le Cardinal Gerhard Müller dans une nouvelle interview.

« Le Pape n'a pas, ne peut et ne peut pas changer la Révélation. Certains prétendent que le Pape a changé les fondements de la morale de l'Église et a relativisé le Sacrement du Saint Mariage. Ce qu'il ne pourrait pas et ne peut pas faire » a-t-il déclaré lors d'une interview en Pologne avec Aleteia qui a été publiée aujourd'hui.

Lorsqu'on lui a demandé si le débat provoqué par l'Exhortation Amoris Laetitia du Pape était fructueux ou dangereux, Müller a déclaré que le débat est « bon » lorsqu'il aide les gens à découvrir le bon chemin.

« La véritable intention de l'Exhortation Apostolique, Amoris Laetitia, était de placer au centre le message Biblique entier et complet concernant le Mariage comme Sacrement et comme mode de vie. En outre, il s'agissait de prendre en considération ceux qui, en raison de diverses circonstances, ont échoué ou ont eu des problèmes de sorte que nous ne dirions pas : « Voici ici ceux qui font tout ce qui est juste tandis que les autres ne font pas partie de nous » a-t-il dit.

« Nous voulons que chacun marche sur le chemin des disciples du Christ et nous souhaitons être utiles pour que ce chemin soit compris et mis en pratique » a-t-il ajouté.

Depuis l'annonce de l'Exhortation l'année dernière, divers Évêques, y compris ceux de Malte et d'Allemagne, ont publié des directives pastorales en fonction de leur lecture du document qui permet à la Communion d'être accordée aux Catholiques civilement divorcés et remariés qui vivent dans l'adultère. Mais d'autres Évêques, comme certains au Canada, ont publié des lignes directrices en fonction de leur lecture du même document qui interdit à ces couples de recevoir la Communion.

Müller, qui est le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a déclaré que le débat a un « aspect négatif », c'est-à-dire lorsqu'il est réduit à un seul problème tandis que d'autres sujets majeurs et vitaux soulevés sont écartés.

« Ça génère une petite division et une préoccupation quand on entend la question : « Que pensez-vous de la Sainte Communion pour les divorcés qui vivent dans des unions non sacramentelles ? » a-t-il dit.

À la fin de l'année dernière, Quatre Cardinaux ont demandé au Pape de clarifier son enseignement sur l'Exhortation, lui posant cinq questions (dubia) par lesquelles ils espéraient clarifier l'ambiguïté.

Plus précisément, ils ont demandé : 1) si les adultères peuvent recevoir la Sainte Communion ; 2) s'il existe des normes morales absolues qui doivent être suivies « sans exception » ; 3) si l'adultère habituel est une « situation objective du péché habituel grave » ; 4) si un acte intrinsèquement mauvais peut être transformé en un acte « subjectivement « bon » fondé sur des « circonstances ou des intentions » ; Et 5) si l'on peut agir contrairement aux « normes morales absolues » connues qui interdisent les actes intrinsèquement mauvais fondés sur la « conscience ».

Les Quatre Cardinaux ont dit à ce moment-là que Amoris Laetitia « implique des approches différentes et contrastées de la manière Chrétienne de vivre » et leurs questions touchent ainsi « sur des questions fondamentales de la vie Chrétienne ».

Jusqu'à présent, le Pape continue de ne pas répondre à leurs questions. Le Cardinal Raymond Burke, l'un des quatre, a déclaré que, si le Pape ne répond pas aux questions, les Quatre feront une correction du document.

Au cours de la dernière année, le Cardinal Müller a donné un certain nombre d'entretiens difficiles dans ce qui semble être une tentative d'éteindre les incendies causés par certains commentaires et écrits plus incendiaires de François sur le Mariage et la Famille.

Plus tôt cette année, Müller a averti les Évêques du monde entier d’arrêter d'interpréter l'Exhortation de François sur le Mariage de manière à contredire la Doctrine Catholique immuable.

Dans une interview donnée l'année dernière mais publiée seulement ce mois-ci dans un livre intitulé The Cardinal Muller Report , il a précisé que l'Église sous François n'a pas changé son enseignement sur l'immoralité de la cohabitation, l'adultère, le divorce ou l'homosexualité, et elle n'a pas ouvert la porte aux Catholiques civilement divorcés et remariés à recevoir la Sainte Communion.