mercredi 19 avril 2017

L'Église et la Chine

Le Vatican marchande avec le Diable ...
Et se brûle encore une fois




par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Perspectives
Le 18 avril 2017

Pendant des mois, nous avons entendu des rumeurs de « percée » dans les interminables négociations diplomatiques entre le Vatican et le gouvernement Communiste Chinois en ce qui concerne le statut de l'Église Catholique dans ce pays. Cependant, depuis les années 1950, le régime à Pékin a persécuté la vraie Église Catholique, l’amenant à être clandestine, tout en prétendant opérer une église « officielle » appelée l'Association Patriotique Catholique (APC), qui a consacré illicitement des dizaines d'Évêques qui sont essentiellement des marionnettes du régime.

Bien que l’APC soit la définition même d'un schisme, le Vatican continue de prétendre qu'il peut en quelque sorte régulariser cette pseudo-église et réconcilier sa hiérarchie de marionnettes avec les Évêques fidèles, les prêtres et les laïcs de l'Église clandestine qui refusent de rejoindre l’échafaudage diabolique de Pékin.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Bien que l’APC soit la définition même d'un schisme, le Vatican continue de prétendre qu'il peut en quelque sorte régulariser cette pseudo-église et réconcilier sa hiérarchie de marionnettes avec les Évêques fidèles, les prêtres et les laïcs de l'Église clandestine qui refusent de rejoindre l’échafaudage diabolique de Pékin.

Le Vatican n'a apparemment pas appris la leçon fondamentale qu'on ne peut pas marchander avec le diable. Pékin n'a absolument pas l'intention de permettre une véritable liberté aux Catholiques en Chine et n'abandonnera jamais sa demande de reconnaître l’APC et donc le même régime du mal qui non seulement les opprime mais oblige les femmes à avoir des avortements.

Et maintenant, nous lisons un rapport dans Asia News que l'Évêque de l’APC illicitement consacré, Zhan Silu, vient de concélébrer une Messe Novus Ordo avec l'Évêque licitement consacré Taddeo Ma Daqin. Dans le cadre des négociations en cours avec Pékin qui devait conduire à une percée, le Vatican a consenti à la consécration de Ma Daqin en tant qu'Évêque pour l’APC. Ayant ainsi été dupé, le Vatican a regardé impuissamment à mesure que Ma Daqin fut immédiatement renvoyé de l’APC et placé en résidence surveillée alors qu'il a refusé d’accorder des ordinations illicites aux prêtres l’APC par l'imposition des mains en collaboration avec un di Mindon, un Évêque de l’APC illicitement consacré et il a refusé de concélébrer la Messe avec di Mindon.

Maintenant, cependant, Ma Daqin semble avoir reconsidéré son témoignage de fidélité à la seule et vraie Église. Comme le rapporte Asie News, Ma Daqin a été autorisé à concélébrer la Messe avec l'Évêque illicite Zhan Silu après avoir « semblé être revenu sur sa position et publié divers articles en faveur de l’APC ». Ainsi, Ma Daqin a fini par faire précisément ce qu'il avait justement refusé de faire auparavant. En d'autres termes, il s'est soumis à Pékin plutôt qu'à Rome. Ce développement est une moquerie totale du Vatican et de ses négociations futiles avec le diable.

Pire encore, Vincenzo Guo Xijin, le véritable Évêque Catholique de Mindong — le même diocèse où Ma Daqin a compromis sa loyauté ecclésiale en concélébrant avec Zhan Silu — est empêché par la sécurité de l'État Chinois d'apparaître publiquement et a pratiquement disparu au cours des quatre derniers mois tel qu’Asia News le rapporte. « C'est très probable » déclare Asia News, que « Guo Xijin ait été saisi parce qu'il s’était opposé à la concélébration, ce qui l'aurait raccordé à Ma Daqin et Zhan. En fait, la directive de l’APC, répétée plusieurs fois, est que l’APC ... décide qui sont les Évêques « valides et non le Vatican ».

Et pourtant, le Vatican continue de négocier avec le diable — une affaire qui ne peut qu'arnaquer l'Église, comme nous l'avons vu encore et encore avec les efforts du Vatican pour apaiser les régimes Communistes sous la politique encore opérationnelle d'Ostpolitik. Une seule chose changera le cours désastreux du Vatican : la Consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, le seul remède à ce que Notre-Dame de Fatima a prévenu qui serait la propagation des erreurs de la Russie « dans le monde entier » y compris la Chine Communiste.