dimanche 16 avril 2017

Le gouvernement Irlandais promet
de fermer une clinique pro-vie
pour avoir dit la vérité sur l'avortement





Par : Pete Baklinski

Pete Baklinski a un B.A. en arts libéraux et possède une maîtrise en Théologie avec une spécialisation sur le mariage et la famille (STM). Il est marié à Erin. Ensemble, ils ont six enfants.

SOURCE : Life Site News
Mardi le 13 avril, 2017 - 12 :52 pm EST

KNOCK, Irlande, le 13 avril 2017 (Life Site News) - Le Ministre de la Santé de l'Irlande a déclaré qu'il était déterminé à mettre un centre de crise pro-vie sur la grossesse dirigé par Human Life International (HLI) après qu’un coup monté d’une vidéo secrète organisé par The Times of Ireland ait surpris des conseillers pro-vie qui reliaient l'avortement à des traumatismes, au cancer du sein et à du regret à long terme.

Le Ministre de la Santé, Simon Harris, a déclaré que le centre de grossesse lui rendu « a levé le coeur ».

« J'ai été très clair que je veux que ces agences soient fermées. Cela me lève le coeur. Ce n'est même pas faux ou trompeur, c'est juste erroné et dégoûtant que l'on appelle les soit-disant informations présentées aux femmes dans des situations extrêmement vulnérables » a-t-il déclaré aux journalistes le 6 avril.

Une opération de vidéo clandestine publiée la semaine dernière a révélé deux conseillers du Centre de crise sur la grossesse dénommée « Ask Majella », un CCG [ Centre de Crise pour les Grossesses ] de Human Life International HLI qui disent à une femme que des maladies mortelles pourraient être transmises pendant les rapports sexuels, que l'avortement est lié au cancer du sein, que la contraception était dangereuse et qu’avoir un avortement était comme « pousser votre enfant devant une voiture en mouvement ».


Bannière publicitaire de l'organisation Ask Majella

Un autre CCG non connecté à HLI a également été filmé dans ce coup monté et publié ensuite.


Vidéo clandestine réalisée par le Times d'Irlande
Durée : 5 min 33 sec
En anglais

Sur son site Web, le CCG [ Centre de Crise pour les Grossesses ] se décrit comme un « service de soutien Catholique » qui offre de l'aide aux femmes afin qu’il n’y ait pas « de perte ou d’atteinte portée à la vie ».

The Times a publié un certain nombre d’articles en quelques heures, exprimant de l'indignation parce que les CCG « non réglementés » et « sans scrupules » pressaient les femmes d’avoir leurs bébés, leur donnant ce qu'ils suggéraient être de fausses informations et même en offrant des ultrasons gratuits pour tenter de les persuader de choisir la vie.

Le coup monté de la vidéo clandestine est inspiré des tactiques similaires utilisées par les défenseurs pro-vie des États-Unis, mais dans le but d'exposer ce qui se passe chez le principal fournisseur d'avortements en Amérique, Planned Parenthood. Les enquêtes clandestines du Center for Medical Progress aux USA ainsi que des vidéos en direct ont exposé le géant des avortements comme étant impliqué dans la vente illégale de parties de corps de bébé avortés, des avortements sélectifs selon le sexe, à couvrir les abus sexuels de mineurs, à accepter des dons à motivation raciale et à disséminer de la désinformation médicale.

L'indignation exprimée par The Times d’Irlande ainsi que par le Ministre de la Santé du pays est intéressante étant donné que la majorité des affirmations faites par les conseillers de la CCG sont, en fait, vraies. Les maladies sexuellement communes et transmissibles qui causent la mort si elles ne sont pas traitées comprennent le SIDA, la syphilis et l'hépatite. En 2015, l'American College of Pediatricians a déclaré que les femmes devraient être informées du lien entre l'avortement et le cancer du sein. Cette institution a également déclaré en même temps que l'establishment médical avait été réticent à admettre cette connexion. En 2015, l'ancienne avorteuse Abby Johnson a publié une série d'articles dans lesquels elle a souligné les dangers de la contraception.

Les articles du Times ont suggéré que les CCG soient fermées par le gouvernement.

« L'État a mis trop l'accent sur la valeur de la maternité pour une situation dans laquelle les femmes sont trompées à continuer afin de donner naissance » a déclaré un article d'opinion dans The Times.

Trois CCG pro-vie différents, gérés par différentes organisations, sont maintenant dans la mire du gouvernement, selon HLI.

Mais Patrick McCrystal, directeur exécutif de Human Life International Ireland, a déclaré à Life Site News que son organisation reste « inébranlable et sans surprise par l'attaque ».

« Demandez à Majella » est l'une des rares organisations à soutenir les femmes en leur donnant toute la vérité sur l'humanité de l'enfant à naître et la nature horrible de l'avortement » a-t-il déclaré.

« Nous supportons nos conseillers quand ils disent la vérité sur l'horreur de l'avortement et l'humanité de l'enfant à naître » a-t-il ajouté.

McCrystal a qualifié le coup monté contre les CCG d'une tentative des laïcistes de « détruire tout ce qui est Catholique, tout ce qui confirme l'enseignement de l'Église, tout ce que Dieu veut — d'éliminer les voix dissidentes ».

« Toutes les agences de crise sur la grossesse financées par le gouvernement en Irlande sont « non directives ». Nous sommes Catholiques et encourageons vivement les femmes à garder leurs bébés. Les forces pro-avortement ici détestent cela. Dans nos consultations, nous soutenons l'enseignement de l'Église sur le mariage, la sexualité pré-conjugale, la chasteté et la fidélité conjugale. Nous rencontrons toute sorte de situation » a-t-il déclaré.

McCrystal a déclaré que les tentatives de « taire ou de diffamer des voix Catholiques authentiques ne peuvent pas changer la vérité sur le caractère sacré de la vie humaine et le devoir de la société de prendre soin des mères, des pères et de leurs enfants à naître ».

Human Life International (HLI) Ireland demande des prières dans la mesure où il examine ses options juridiques afin qu'il puisse continuer sa mission de défense de la vie tout en aidant les femmes vulnérables.

Le coup monté vient alors que HLI lance sa campagne « La Sainte Face de Jésus » où on évangélise à travers l'image que l'on croit être le visage de Jésus qui fut imprimé sur le linge qui enveloppait son corps dans la tombe avant qu'il ne ressuscitât.


Six mois après que The Times Irlandais eut filmé en secret un service conseil sur les grossesses qui déclarait aux femmes que l'avortement pouvait causer le cancer, nous constatons que ces centres fonctionnent toujours librement. ( 2 avril 2017 )