mardi 11 avril 2017

Bouleversés mais pas impressionnés
Une lettre ouverte au Président Trump





SOURCE : The Remnant


Cher Président Trump :

Les médias qui cherchent à vous détruire et même votre opposition Démocrate ont loué votre décision de lancer 60 missiles de croisière sur un aérodrome en Syrie en réponse à une prétendue attaque de gaz par le régime d'Assad sur un village Syrien éloigné.

Cet éloge de vos pires ennemis devrait être un avertissement selon lequel vous avez pris le mauvais chemin, ce qui n'est pas le chemin que vous avez promis de suivre lorsque vous avez mobilisé ce que vous avez qualifié à juste titre d'un grand mouvement pour renverser le statu quo décadent de l'ordre politique établi (« establishment » ), y compris les Républicains néo-cons ( « néo-conservateurs » ) sans cesse bellicistes et les élites mondialistes.

Êtes-vous vraiment disposé à répéter les mêmes erreurs désastreuses que vos prédécesseurs Républicains en pataugeant dans un bourbier du Moyen-Orient pour lequel il n'y a pas de solution militaire ?

Croyez-vous vraiment cette absurdité orgueilleuse que l'Amérique affiche sa grandeur en faisant exploser des choses dans un territoire gouverné par un dictateur de troisième ordre qui ne peut pas se défendre et ne pose aucune menace à notre sécurité nationale ?

Avez-vous vraiment accepté la notion que l'Amérique exprime noblement son indignation morale en bombardant un aérodrome Syrien à cause d'une attaque de gaz alors que des régimes qui ont perpétré des atrocités encore pires, y compris notre « alliée », l’Arabie saoudite, avec ses bombardements aveugles au Yémen, sont commodément ignorés ? En effet, grâce à un réseau de Mosquées Sunnites radicales et d'universités, l'Arabie saoudite est un terrain d'enseignement primaire pour le terrorisme radical Islamique que vous avez promis de vaincre. L'un de ces Musulmans Saoudiens radicalisés vient tout juste d'abattre des dizaines de Chrétiens dans une église Copte pendant le Dimanche des Rameaux. Avez-vous oublié que 15 des 19 pirates de l'air du 11 septembre étaient des Saoudiens ?

Qu'est-ce qui est arrivé à votre sage reconnaissance, via Twitter, que des cocardiers ( note : chauvins obstinés ) imbéciles comme John McCain et Lindsey Graham « devraient concentrer leurs énergies sur ISIS, l'immigration clandestine et la sécurité des frontières au lieu de toujours chercher à commencer la Troisième Guerre Mondiale » ?

Ne pouvez-vous pas voir la menace de la Troisième Guerre Mondiale en Syrie où d'autres attaques par les États-Unis conduiront inévitablement à une confrontation militaire directe avec la Russie ? Voulez-vous vraiment être le Président qui inaugure une apocalypse alors que des bellicistes téméraires vous encouragent ?

Qu’est-ce qui est arrivé à votre vision, clairement énoncée avec l'aide de Steve Bannon, d'une politique étrangère non interventionniste qui favorise en premier lieu les intérêts Américains et qui évite des explosions effroyables et ruineuses d'activités militaires injustifiées dans des pays lointains, suivies d'une retraite inévitable et d'un chaos croissant au Moyen-Orient ?

Nous vous félicitons pour les nombreuses actions décisives que vous avez prises jusqu'ici en accord avec vos promesses de campagne, y compris la restauration de la politique de la Ville de Mexico, la fin des subventions fédérales au Fonds des Nations Unies pour la Population qui favorise l'avortement et la stérilisation, la nomination réussie de Neal Gorsuch en tant que Juge Associé de la Cour suprême en dépit de l'opposition féroce de la gauche, le renversement de la réglementation environnementale qui n'a rien à voir avec la qualité de l'air et de l'eau, le gel de l'embauche fédérale à l'extérieur de l'armée, l'abandon de la tentative absurde de l'administration Obama d'obliger les États à accepter l'utilisation de salles de bain « transgenres » dans les installations publiques, l’abrogation de l'Accord de Partenariat Trans-Pacifique, l’approbation des pipelines Dakota Access et Keystone, le recul administratif d'Obamacare en attendant son abrogation, l'ordre de commencer la construction du mur sur les frontières et les négociations continues qui ont persuadé de nombreuses entreprises, à la fois domestiques et étrangères, à investir dans de nouvelles usines en Amérique.

Néanmoins, nous n’avons pas voté pour vous afin que vous puissiez mettre en œuvre la politique étrangère chauvine et immensément destructive de l'establishment de Washington et d’ une « communauté du renseignement » qui a manifestement menti à l'Amérique dans la guerre désastreuse en Irak, ce qui a conduit directement au « pétrin » du Moyen-Orient que vous déplorez à juste titre — la même « communauté du renseignement », encore criblée par des personnes nommées par Obama, qui a cherché à saper votre candidature et qui cherche maintenant à détruire votre Présidence.

Vous avez énoncé et promis d'accomplir un programme de changement réel et même révolutionnaire dans le statu quo géopolitique qui intègre sans relâche cette nation dans une hégémonie universelle gouvernée par les mêmes élites qui s'opposaient à votre candidature avec une fureur diabolique. Mais maintenant, nous craignons que vous soyez attiré dans le même marais que vous avez promis de drainer. Ce n'est pas ce à quoi nous avons voté !

Nous demandons respectueusement que vous gardiez votre promesse au Peuple Américain de mettre fin à la véritable tyrannie des élites « non élues » du Deep State ( note : « Deep State » = l’État parallèle agissant dans l’ombre contre le pouvoir en place ) et des bellicistes du Congrès qui s’agitent constamment pour la prochaine guerre inutile, pour le prochain sacrifice massif de sang Américain et qui chérit un résultat qui est infiniment pire que rien. Pour citer votre Allocution d'Ouverture :

  • Pendant trop longtemps, un petit groupe dans la Capitale de notre pays a récolté les récompenses du gouvernement alors que les gens en ont supporté le coût.
  • Washington a prospéré — mais les gens n'ont pas partagé sa richesse ...
  • L'establishment s'est protégé, mais pas les citoyens de notre pays.
  • Ses victoires n'ont pas été vos victoires ; leurs triomphes n'ont pas été vos triomphes ; et pendant qu'ils célébraient dans la Capitale de notre pays, il y avait peu à célébrer pour les familles en difficulté dans tout notre pays.
  • Que tout change — en commençant ici et dès maintenant, parce que ce moment est votre moment : il vous appartient ....
  • Au centre de ce mouvement, il y a une conviction cruciale : à savoir qu’une nation existe pour servir ses citoyens ...
  • Pendant de nombreuses décennies, nous avons enrichi l'industrie étrangère aux dépens de l'industrie Américaine ;
  • Nous avons subventionné les armées d'autres pays tout en permettant l'amenuisement très triste de notre armée ;
  • Nous avons défendu les frontières d'autres pays tout en refusant de défendre les nôtres ;
  • Et nous avons dépensé des trillions de dollars à l'étranger alors que l'infrastructure de l'Amérique est tombée en état de délabrement et de désintégration.
  • Mais c'est le passé. Et maintenant nous ne regardons que l'avenir.
  • Nous, qui sommes réunis ici aujourd'hui, émettons un nouveau décret à être entendu dans chaque ville, dans chaque Capitale étrangère et dans chaque chambre de pouvoir.
  • À partir de ce jour, une nouvelle vision régira notre terre.
  • À partir de ce moment, ce sera l'Amérique d'abord.

C'est la vision que vous avez présentée au Peuple Américain. Ne la trahissez pas ! Ne vous permettez pas de devenir un autre politicien qui cherche à se faire élire et qui ensuite ne respecte pas les élections ou les personnes ordinaires qui ont voté dans celles-ci.

Nous espérons et prions que l'attaque contre les missiles Syriens soit votre unique et seul pas sur la voie vers un désastre final que vous avez promis d'éviter et que vous retrouverez rapidement le chemin qui vous a amené à la Maison-Blanche. Les près de 63 millions d'Américains qui ont voté pour vous ne s'attendaient pas à voir simplement la dernière roue dentée présidentielle dans une machine mondialiste qui résiste à tous les changements et qui séduit ou détruit quiconque tente de défaire son fonctionnement.

Président Trump, ayez le courage de poursuivre dans la Foi que « tout est possible à Dieu » (Matthieu 19 :26).

Avec des prières pour de l'Aide Divine dans votre gouvernance de la Nation, nous demeurons,

Respectueusement vôtres,

Christopher A. Ferrara
Michael J. Matt