vendredi 26 mai 2017

Le Président rencontre le Pape




par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Network Perspectives
Le 25 mai 2017

Alors le Pape Bergoglio a rencontré le Président qu’il a déclaré publiquement « pas Chrétien » parce qu'il s'engage à construire un mur frontalier. La réunion était cordiale et la Première Dame ainsi que la fille de Trump, Ivanka, ont eu la décence de s'habiller modestement pour l'occasion, y compris des voiles de chapelle régulièrement évités par les dignitaires invitées féminines plus « libérées » du Pape.

Il n'y a pas eu, selon tous les rapports, aucune discussion entre le Pape et le Président concernant le « changement climatique », le dogme libéral quasi-religieux présenté en mascarade comme de la science. Mais Trump n'a pas été autorisé à quitter le palais apostolique sans être harcelé par le problème.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Lors de la rencontre ultérieure avec le Cardinal Parolin, Secrétaire d'État du Vatican, Trump a été pressé de faire en sorte que les États-Unis demeurent partie prenante à l'Accord de Paris, ce qui imposerait l'exigence absurde que les États-Unis « réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre » — voulant dire principalement le simple dioxyde de carbone que nous expirons avec chaque respiration et que les plantes ont besoin pour leur photosynthèse — une réduction de « 26 à 28% inférieure au niveau de 2005 en 2025 et de faire de meilleurs efforts pour réduire les émissions de 28% ».

Depuis quand l'Église Catholique, commandée par le Christ pour être la seule arche du salut, dispense des conseils aux politiciens sur la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre ? Depuis Vatican II, bien sûr, lorsque l'Église de l'autre monde dont la mission divine est de sauver les âmes a été soumise à une « ouverture au monde » et a subi, comme même Paul VI a été forcé de l’admettre, une « invasion de l'Église par la pensée de monde. » Dans ce cas, une pensée du monde très fausse.

Quelques questions qui apparemment ne se sont pas présentées à Parolin ni au Pape Bergoglio au sujet du dogme laïc qu’ils ont avalé tout rond : quelle est exactement la « catastrophe écologique » que le Pape Bergoglio — qui n'a aucune expertise sur le sujet — suppose de manière crédible si des « gaz à effet de serre » ne sont pas considérablement réduits ? Quand est-ce que cette « catastrophe » devrait se produire si l'Accord de Paris n'est pas suivi ? Dans quelle mesure la « catastrophe » peut-elle être évitée simplement parce que les États-Unis réduisent les « gaz à effet de serre » à « 26 à 28 pourcent de moins que le niveau de 2005 en 2025 » alors que d'autres pays ne sont pas contraints de façon similaire ? Comment le niveau de base de 2005 de la contribution Américaine aux « gaz à effet de serre » a-t-il été déterminé et comment le pourcentage de réduction a-t-il été déterminé ? Si le monde peut se permettre d'attendre huit années de plus pour une réduction de 26-28 pour cent des émissions de gaz à effet de serre des États-Unis alors que d'autres pays ne sont pas tenus de faire des réductions si nettes, où est la « catastrophe » imminente que le Pape Bergoglio imagine exister ?

D'une manière plus générale, si le Vatican ne peut pas démontrer que, sans l'Accord de Paris, le monde souffrira d'une « catastrophe écologique », ce qu'il ne peut certainement pas démontrer, alors quel est l'objet de l'Accord de Paris et pourquoi le Peuple Américain doit-il être restreint à ses exigences les plus strictes alors que le reste du monde s’en sort relativement facilement en termes de conformité ? Certes, une utilisation plus efficace de l'énergie et des méthodes non polluantes et renouvelables pour la produire est certainement des objectifs souhaitables, mais de quel droit le Vatican doit exiger que les États-Unis restent engagés à un morceau de papier qui pourrait bien nuire plutôt que faciliter la réalisation de ces objectifs, compte tenu de l'incompétence historique des bureaucraties des gouvernements centraux pour accomplir quoi que ce soit qui ait de la valeur ?

Il y a cent ans, Notre-Dame de Fatima l'a dit à trois voyants : « Vous avez vu l'enfer où vivent les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu souhaite établir dans le monde la dévotion envers Mon Cœur Immaculé. Si ce que je vous dis est réalisé, beaucoup d'âmes seront sauvées et il y aura la paix ».

Le Vatican d'aujourd'hui, cependant, a un message très différent : « Vous avez vu le changement climatique, qui menace le monde d'une catastrophe écologique. Pour le sauver, le Vatican veut établir dans le monde la conformité avec l'Accord de Paris ». Ce serait ridicule si ce n'était pas si immensément tragique.