samedi 20 mai 2017

Le Cardinal Caffarra
« Nous ne sommes plus des témoins, mais des déserteurs,
si nous ne parlons pas ouvertement et publiquement »



SOURCE : Voice of the Family

Cette organisation agit comme une organisation parapluie à 26 organisations répandues dans le monde qui ont les mêmes objectifs : la protection de la vie et le bien des familles.

Inutile de dire que cette organisation est beaucoup lue au Vatican... Tant qu'à être écoutée... Hum ! Est-ce que le Vatican écoute quelqu'un ces temps-ci ?




Cette allocution a été donnée par Son Eminence le Cardinal Carlo Caffarra, le 19 mai 2017, lors du quatrième Forum annuel de Rome sur la Vie, organisé par Voice of the Family.




« Et moi, quand j'aurai été élevé de la terre j , j'attirerai à moi tous les humains ». [Jean 12, 32]. « Nous savons que nous appartenons à Dieu et que le monde entier est au pouvoir du Mauvais ». [1 Jean, 5, 19].

La lecture de ces Paroles Divines nous donne une conscience parfaite de ce qui se passe réellement dans le monde, dans l'histoire humaine, considérée dans ses profondeurs. L'histoire humaine est une confrontation entre deux forces : la force d'attraction dont la source est dans le Cœur blessé du Crucifié-Ressuscité et la puissance de Satan qui ne veut pas être évincée de son royaume.

La zone dans laquelle se déroule la confrontation est le cœur humain, c'est la liberté humaine. Et la confrontation a deux dimensions : une dimension intérieure et une dimension extérieure. Nous examinerons brièvement l'une et l'autre.

Au procès devant Pilate, le gouverneur demande à Jésus s'il est roi ; ou bien si — ce qui est le sens de la question de Pilate — il a un pouvoir politique vrai et souverain sur un territoire donné. Jésus répond : « Jésus répondit : « Tu le dis : je suis roi . Je suis né et Je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la Vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ce que Je dis ». [Jean 18, 37] ». Jésus veut que nous comprenions que Sa Royauté n'est pas celle des rois de ce monde, mais consiste à l'obéissance de ses sujets à Sa Parole, à Sa Vérité. Bien qu'Il règne sur ses sujets, ce n'est pas par la force ni le pouvoir, mais par la vérité dont il est témoin et que « tous ceux qui sont de la vérité » reçoivent avec Foi ». [I. De La Potterie]. Thomas d'Aquin met les paroles suivantes dans la bouche du Sauveur : « Comme Moi, Je manifeste la vérité, je prépare un royaume pour Moi-Même ». Jésus sur la Croix attire tout le monde à Lui-Même parce que c'est sur la Croix que la Vérité dont il est témoin est resplendissante.

Pourtant, cette force d'attraction ne peut prendre effet que sur ceux qui « sont de la vérité ». C'est-à-dire sur ceux qui sont profondément ouverts à la Vérité, qui aiment la vérité, qui vivent familièrement avec elle. Pascal écrit : « Tu ne voudrais pas me chercher si tu ne m'avais pas déjà trouvé ».

Celui qui détient le monde entier sous son influence domine plutôt par le mensonge. Jésus dit de Satan : « Il a été meurtrier dès le commencement. Il ne s'est jamais tenu dans la vérité parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Quand il dit des mensonges, il parle de la manière qui lui est naturelle, parce qu'il est menteur et père du mensonge ». [Jean 8, 44].

Le libellé est dramatique. La première proposition — « Il a été un meurtrier dès le commencement » — s'explique par le second : « et il ne s'est jamais tenu dans la vérité ». L'assassinat que le diable accomplit consiste à ne pas se tenir dans la vérité, à ne pas habiter dans la vérité. C'est un meurtre, parce qu'il cherche à éteindre, à tuer au coeur de l'homme la vérité, le désir de la vérité. En induisant l'homme à ne pas croire, il veut que l'homme se ferme à la lumière de la Révélation Divine, qui est la Parole incarnée. Par conséquent, ces Paroles de Jésus sur Satan — comme aujourd'hui le croient la majorité des exégètes — ne parlent pas de la chute des anges. Ils parlent d'une chose beaucoup plus profonde, quelque chose d'effrayant : Satan refuse constamment la vérité et son action dans la société humaine s'oppose à la vérité. Satan est ce refus ; il est cette opposition.

Le texte continue : « parce qu'il n'y a pas de vérité en lui ». Les Paroles de Jésus vont à la racine la plus profonde de l'œuvre de Satan. Il est en lui-même mensonge. De sa personne, la vérité est complètement absente et, par conséquent, il est par définition celui qui s'oppose à la vérité. Jésus ajoute aussitôt : « Quand il dit des mensonges, il parle de la manière qui lui est naturelle, parce qu'il est menteur et père du mensonge ». Lorsque le Seigneur dit « parle de la manière qui lui est naturelle », il nous présente l'intériorité de Satan, dans son cœur. Un cœur qui vit dans l'obscurité, dans les ombres : une maison sans portes et sans fenêtres.

En résumé, c'est ce qui se passe dans le cœur de l'homme : Jésus, la Révélation du Père, exerce une forte attraction vers Lui-Même. Satan travaille contre cela afin de neutraliser la force attractive du Crucifié-Ressuscité. La force de la vérité qui nous rend libres agit sur le cœur de l'homme. C'est la force satanique du mensonge qui fait des esclaves de nous.

Pourtant, n'étant pas un pur esprit, la personne humaine n'est pas seulement intériorité. L'intériorité humaine s'exprime et se manifeste dans la construction de la société dans laquelle elle vit. L'intériorité humaine s'exprime et se manifeste dans la culture comme une dimension essentielle de la vie humaine en tant que telle. La culture est le mode de vie qui est spécifiquement humain.

Étant donné que l'homme est placé entre deux forces opposées, la condition dans laquelle il se trouve doit nécessairement donner naissance à deux cultures : la culture de la vérité et la culture du mensonge.

Il y a un livre dans l'Écriture Sainte, le dernier, l'Apocalypse, qui décrit la confrontation finale entre les deux royaumes. Dans ce livre, l'attraction du Christ prend la forme d’un triomphe sur les pouvoirs ennemis commandés par Satan. C'est un triomphe qui vient après un long combat. Les premiers fruits de la victoire sont les martyrs. « Le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable ou Satan, qui trompe le monde entier. Il fut jeté sur la terre... Mais ils [= les martyrs] ont remporté la victoire sur lui grâce au Sang de l'Agneau et à la parole dont ils ont témoigné » [cfr. Ap. 12, 9.11].

Dans cette deuxième section, je voudrais répondre à la question suivante : dans notre culture occidentale, y a-t-il des développements qui révèlent avec une clarté particulière l'affrontement entre l'attraction exercée sur l'homme par le Crucifié-Ressuscité et la culture du mensonge construite par Satan ? Ma réponse est positive, et il y a deux développements en particulier.

Le premier développement est la transformation d'un crime [appelé par le Concile Vatican II « nefandum crimen »], l'avortement constitué maintenant comme un droit. Notez bien. Je ne parle pas d'avortement comme un acte perpétré par une seule personne. Je parle de la légitimité plus large qui peut être perpétrée par un système judiciaire en un seul acte : à savoir de l'insérer dans la catégorie du droit subjectif qui est une catégorie éthique. Cela signifie appeler ce qui est bon, mal et ce qui est lumière, ténèbres. « Quand il dit des mensonges, il parle de la manière qui lui est naturelle, parce qu'il est menteur et père du mensonge ». C'est une tentative de produire un « anti-Révélation ».

Quelle est en fait la logique qui préside à l'ennoblissement de l'avortement ? Tout d'abord, c'est la plus profonde négation de la vérité de l'homme. Dès que Noé a laissé les eaux de crue, Dieu a dit : « Celui qui répand le sang de l'homme, c'est par l'homme que son sang sera répandu, car Dieu a fait l'être humain à son image » [Gen. 9, 6]. La raison pour laquelle l'homme ne doit pas perdre le sang de l'homme est que l'homme est l'image de Dieu. Par l'homme, Dieu habite dans Sa création. Cette création est le temple du Seigneur parce que l'homme l'habite. Violer l'intangibilité de la personne humaine est un acte sacrilège contre la Sainteté de Dieu. C'est la tentative Satanique de générer une « anti-création ». En ennoblissant le meurtre des humains, Satan a jeté les bases de sa « création » : retirer de la création l'image de Dieu, obscurcir sa présence.

Saint Ambroise écrit : « La création du monde a été complétée par la formation du chef-d'œuvre qui est l'homme, qui est en fait l'aboutissement de la création, la beauté suprême de chaque être créé » [Examen., Sixième jour, disque 9, 10.75 ; BA I, page 417]. Au moment où le droit de l'homme d'ordonner la vie et la mort d'un autre homme est affirmé, Dieu est expulsé de Sa création parce que Sa présence originelle est refusée, et Sa demeure originelle dans la création — la personne humaine — est profanée,

Le deuxième développement est l'ennoblissement de l'homosexualité. Cela nie en effet entièrement la vérité du mariage, l'esprit de Dieu le Créateur en matière de mariage.

La Révélation Divine nous a dit ce que Dieu pense du mariage : l'union légitime d'un homme et d'une femme, source de vie. Dans l'esprit de Dieu, le mariage a une structure permanente, basée sur la dualité du mode d'être : la féminité et la masculinité. Pas deux pôles opposés, mais celui avec et pour l'autre. C'est seulement ainsi que l'homme échappe à sa solitude d'origine.

L'une des lois fondamentales par lesquelles Dieu gouverne l'univers est qu'il n'agit pas seul. C'est la loi de la coopération humaine avec la gouvernance divine. L'union entre un homme et une femme, qui deviennent une seule chair, est une coopération humaine dans l'acte créatif de Dieu : toute personne humaine est créée par Dieu et engendrée par ses parents. Dieu célèbre la liturgie de son acte créatif dans le temple sacré de l'amour conjugal.

En résumé. Il y a deux piliers de la création : la personne humaine dans son irréductibilité à l'univers matériel et l'union conjugale entre un homme et une femme, le lieu où Dieu crée de nouvelles personnes humaines « à son image et à sa ressemblance ». L'élévation axiologique [ axiologie = théorie des valeurs philosophiques, morales, métaphysiques ] de l'avortement vers un droit subjectif est la démolition du premier pilier. L'ennoblissement d'une relation homosexuelle, lorsqu'elle est assimilée au mariage, est la destruction du second pilier.

À la racine de ceci est l'œuvre de Satan, qui veut construire une anti-création réelle. C'est le défi ultime et terrible que Satan lance à Dieu. « Je te démontre que je suis capable de construire une alternative à ta création. Et l'homme dira : c'est mieux dans la création alternative que dans ta création ».

C'est la stratégie affreuse du mensonge construite autour d'un profond mépris pour l'homme. L'homme n'est pas capable de s'élever à la splendeur de la Vérité. Il n'est pas capable de vivre dans le paradoxe d'un désir infini de bonheur. Il n’est pas capable de se trouver dans le don sincère de lui-même. Et donc — continue le discours satanique — on lui dit des banalités sur l'homme. Nous le convainquons que la Vérité n'existe pas et que sa recherche est donc une passion triste et futile. Nous le persuaderons de raccourcir la mesure de son désir en fonction de la mesure du moment transitoire. Nous mettons dans son cœur le soupçon que l'amour n'est qu'un masque de plaisir.

Le Grand Inquisiteur de Dostoïevski parle ainsi à Jésus : « Vous jugez trop hautement les hommes car, bien qu'ils soient rebelles, ils sont nés esclaves … Je vous jure que l'homme est plus faible et plus bas que vous ne l'avez jamais imaginé ! L'homme est faible et lâche ».

Comment devons-nous nous occuper de cette situation ? Dans la troisième et dernière section de ma réflexion, je vais chercher à répondre à cette question.

La réponse est simple : dans la confrontation entre la création et l'anti-création, nous sommes appelés à TÉMOIGNER. Ce témoignage est notre mode d'être dans le monde.

Le Nouveau Testament a une doctrine abondamment riche sur cette question. Je dois me limiter à une indication des trois significations fondamentales qui constituent un témoignage.

(I) Le témoignage signifie dire, parler, annoncer ouvertement et publiquement. Quelqu'un qui ne témoigne pas de cette façon est comme un soldat qui s'enfuit au moment décisif d'une bataille. Nous ne sommes plus des témoins mais des déserteurs si nous ne parlons pas ouvertement et publiquement. La Marche pour la Vie est donc un grand témoignage.

(II) Le témoignage signifie dire, annoncer ouvertement et publiquement la Révélation Divine, qui implique la preuve originale, ne pouvant être découverte que par la raison sciemment bien utilisée. Et parler en particulier de l'Évangile de la Vie et du Mariage.

(III) Un témoignage signifie dire, annoncer ouvertement et publiquement l'Évangile de la Vie et du Mariage comme dans un procès [cfr. Jean 16, 8-11]. Je vais m'expliquer. J'ai souvent parlé d'une confrontation. Cette confrontation prend de plus en plus l'apparence d'un procès, d'une procédure judiciaire, dans laquelle le défendeur est Jésus et son Évangile. Comme dans toutes les procédures judiciaires, il y a aussi des témoins favorables : en faveur de Jésus et de son Évangile. L'annonce de l'Évangile du Mariage et de la Vie se déroule aujourd'hui dans un contexte d'hostilité, de défi, d'incrédulité. La solution de rechange est l'une des deux options : soit quelqu’un demeure silencieux sur l'Évangile, soit quelqu’un dit autre chose. De toute évidence, ce que j'ai dit ne doit pas être interprété en ce sens que les Chrétiens doivent se rendre ... antipathiques à tous.

Saint Thomas écrit : « C'est la même chose quand on fait face à deux contraires de poursuivre l'un et de rejeter l'autre. La médecine, par exemple, propose la guérison tout en excluant la maladie. Par conséquent, il appartient au sage de méditer sur la vérité, notamment en ce qui concerne le Premier Principe ... et de réfuter le mensonge opposé ». [Livre CG, chapitre I, no. 6]. Dans le contexte du témoignage de l'Évangile, l'irénisme [Attitude de compréhension et de charité, adoptée entre chrétiens de confessions différentes pour l'exposé et l'étude des problèmes qui les séparent. ] et le concordisme [Système d'exégèse qui consiste à interpréter la Bible de manière à la mettre en accord avec les résultats des sciences intéressées (géologie, préhistoire, histoire). ] doivent être exclus. Sur cela, Jésus a été explicite. Ce serait un médecin terrible qui a adopté une attitude irénique envers la maladie. Augustin écrit : « Aime le pécheur, mais persécutez le péché ». Notez bien ceci. Le mot latin « per-sequor » est un verbe intensifiant. Le sens est donc : « Chassez le péché. Retracez-le dans les lieux cachés de ses mensonges et condamnez-le, mettant en lumière son caractère peu solide ».

JE CONCLUS avec une citation d'un grand confesseur de la Foi, le Russe Pavel A. Florenskij. « Le Christ est témoin, au sens extrême du mot, LE TÉMOIN ».

« À Sa Crucifixion, les Juifs et les Romains croyaient qu'ils n'étaient que témoins d'un événement historique, mais l'événement se révéla comme la Vérité ». [La philosophie de la religion, San Paolo ed., Milan 2017, page 512].

« QUAND J'AURAI ÉTÉ ÉLEVÉ DE LA TERRE , J'ATTIRERAI À MOI TOUS LES HUMAINS » [Jean 12, 32].