jeudi 4 mai 2017

Comment les laïcs peuvent-ils renouveler l'Église ?
Nous ne sommes pas appelés à réussir.
Nous sommes appelés à être fidèles.







par : Dr. Jeff Mirus ( Droit Canon)
Le 2 mai 2017

SOURCE : Catholic Culture





En mars et en avril, j'ai suggéré ce que le monde des affaires appelle la restructuration et qui est absolument essentielle pour le renouvellement de l'Église. Mon point de vue était que si l'Église n'apprend pas encore à exclure [ voir cet article ici ] ceux qui, dans ses propres rangs, ont rejeté ses enseignements officiels sur la Foi et la morale, alors elle est destinée au mieux à la léthargie spirituelle. Mais j'ai également souligné que les laïcs ont fourni l'impulsion principale au renouvellement de l'Église pendant les cinquante dernières années, ce qui signifie que les personnes les plus actives dans cette quête n'ont pas d'autorité ecclésiastique.

J'ai conclu avec cette question :

Comment nous attendons-nous à ce que ce groupe de dirigeants laïcs en constante augmentation profondément engagés dans l'Église Catholique et dans les organisations exceptionnelles qu'ils ont développées, finiront par saisir l'anneau en laiton, c'est-à-dire précipiter un changement majeur dans une Église trop stagnante ?

J'ai suivi cette question avec silence. Pour une période d'un mois maintenant, je n'ai pas fourni de proposition concrète comme réponse. C'est parce que je ne connais pas la réponse. En fait, je ne crois même pas qu'il y ait une réponse.

La fidélité ou le désespoir ?

Cela ressemble à une recette pour le désespoir, mais ce n'est pas le cas. C'est la nature même de l'Évangile de se répandre sans que la main gauche ne sache ce que fait la main droite. Considérez les instructions de Notre-Seigneur :

« Jésus leur dit : « Ma nourriture, c'est d'obéir à la volonté de celui qui m'a envoyé et d'achever le travail qu'il m'a confié. Vous dites, vous : « Encore quatre mois et ce sera la moisson ». Mais moi je vous dis, regardez bien les champs : les grains sont mûrs et prêts pour la moisson ! Celui qui moissonne reçoit déjà son salaire et il rassemble le grain pour la vie éternelle ; ainsi, celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble. Car il est vrai le proverbe qui dit : «Un homme sème et un autre moissonne ». Je vous ai envoyés moissonner dans un champ où vous n'avez pas travaillé ; d'autres y ont travaillé et vous profitez de leur travail ». [ Jean 4 : 34-38]

Recourrons à l'analogie de la guerre. Le simple soldat sur la ligne de front d'une bataille particulière ne connaît pas son rôle stratégique dans la victoire de la guerre, ni la façon dont sa défaite ou sa mort s'inscrit dans le modèle de la victoire. Même le Pape lui-même ne perçoit pas comment il s'insère dans le plan providentiel de notre Seigneur pour son Église. Nous faisons bien de nous rappeler comment le Christ a répondu à Pierre après avoir prédit sa manière de mourir. En se référant à Jean, Pierre a demandé : « Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il ? » Jésus lui répondit : « Si je désire qu'il vive jusqu'à ce que je revienne, que t'importe ? Toi, suis-moi ! ». (Jn 21, 21-22)

Suis moi ! Comme l'Ange l'a dit à Saint Jean dans une vision : « Ils combattront l'Agneau, mais l'Agneau les vaincra, parce qu'il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois ; il les vaincra avec ceux qu'il a appelés et choisis, ses fidèles ». (Apocalypse 17 :14, soulignement ajouté). Et dans un autre endroit : « Écris ceci : «Heureux ceux qui dès maintenant meurent au service du Seigneur ! » (Apocalypse 14 :13). Le point devrait être évident, et c'est un point sur lequel nous devons tous revenir de temps en temps. Nous ne sommes pas appelés à réussir. Nous sommes appelés à être fidèles.

Ou mieux, notre succès est notre fidélité. Nous ne devons pas tenter de nous élever au-dessus de notre rôle, car « on équipe des chevaux pour le jour du combat, mais c'est le Seigneur qui donne la victoire ». (Prov. 21 :31). Notre mission est la fidélité et cela devrait nous combler de joie. Avec un espoir si bien fondé, le désespoir est impossible. C'est la première et la plus importante leçon d’un renouvellement Catholique authentique.

Les complexités du renouvellement

Un moment de réflexion révélera un autre aspect de l'affaire : il est extraordinairement difficile de comparer un lieu et un temps avec un autre lieu et un autre temps afin de déterminer lesquels sont meilleurs pour le salut des âmes. Par exemple, est-il préférable de vivre dans l'Italie du XIIIe siècle, où l'Église et ses enseignements ont été largement pris pour acquis et ont bénéficié d'un grand respect public, que de vivre en Amérique du XXIe siècle, là où l'Église et ses enseignements sont largement ignorés et même ridiculisés publiquement ?

Un seul cri d'agonie pour Dieu dans notre âge infidèle peut faire plus pour une âme qu'une vie de complaisance Catholique dans une culture à laquelle beaucoup a été donné. Un refus de se glisser dans les péchés les plus grossiers dans une des familles dysfonctionnelles d'aujourd'hui peut être crédité comme d’une plus grande droiture que celle méritée par les nombreuses vertus d'un moine qui ne tire pas pleinement parti de son monastère bien ordonné. Je ne veux pas dire que nous ne sommes pas tenus de lutter vers l'ouverture culturelle à Dieu, à la justice politique et sociale et à la discipline de l'Église, car ce sont tous de grands biens. Ce que je veux dire, c'est que, en supposant que nous sommes fidèles, notre succès importe beaucoup moins que nous ne le pensons.

En outre, notre manque extérieur de succès dans la transformation de notre vie culturelle, sociale, économique, politique et même ecclésiastique dans le Christ pourrait bien, dans l'économie infiniment miséricordieuse du salut produire une plus grande richesse de grâce que le succès apparent de ceux qui ont connu des situations historiques dans lequel tout s'est réuni pour produire une culture beaucoup plus profondément Catholique. Prenons l'exemple le plus connu, considérons la gamme des facteurs mystérieux qui se sont réunis pour former la Chrétienté médiévale.

Au commencement, les Chrétiens étaient une minorité persécutée jusqu'à ce que l'empereur Constantin (dont la mère était sainte) a gagné une grande bataille sous le signe de la Croix et s’est déterminé à faire avancer l’avenir du Christianisme (tout en retardant son propre baptême jusqu’au moment de sa mort). Au cours des siècles suivants, la plupart de l'ancien ordre Romain a été balayé par une série implacable d'invasions barbares. Ce fut l'Église, y compris les monastères, qui ont préservé les vertus classiques et Chrétiennes évidemment supérieures, un système juridique cohérent, un vaste apprentissage et une culture dynamiques, et c'est l'Église qui a enseigné aux tribus comment survivre et à même améliorer leurs perspectives temporelles (y compris la transmission de connaissances sur la rotation des cultures). Les plus jeunes fils de ce qui deviendraient la noblesse étaient souvent destinés à des carrières ecclésiastiques alors que l'Église augmentait en pouvoir dans le monde.

La Chrétienté a été une très grande réussite en effet, et pourtant elle a également engendré une forte pression de mondanité ecclésiastique — les semences mêmes de sa propre destruction. Le point, sûrement, c'est qu'il faut se méfier de se lamenter sur le manque de ce qu'il faut pour rendre le Catholicisme dominant dans la culture humaine ; ou plutôt nous devons reconnaître que, dans les affaires humaines, une telle domination dépend souvent d'autre chose que l'Évangile de Jésus-Christ. Encore une fois, nous ne connaissons rien comme le modèle complet de la grâce Divine. Mais nous savons que là où le péché abonde, comme cela se produit en notre temps et en notre lieu, la grâce abonde encore plus (Rom 5,20).

La présence de Dieu dans nos vies

Rien de ce que j'ai dit ci-dessus suggère que nous n'ayons pas besoin de prier et de réfléchir attentivement sur ce que Notre Seigneur nous appelle à faire, quel rôle il veut que nous jouions. En ce qui concerne la planification stratégique, les efforts visant à transformer des aspects singulièrement influents d'une culture sans Dieu devraient être sérieusement pris en considération. Pourtant, ce n'est guère la science des fusées. Dans notre propre temps, l'éducation est un fournisseur clé du rejet de Dieu, tout comme les différentes formes de médias de masse. La réglementation politique et le droit sont également très influents. Parmi les pauvres, le caractère dépersonnalisé et amoral des services sociaux actuels joue un rôle important. En ce qui concerne l'éducation et les services sociaux en particulier, j'ai longtemps présenté la thèse selon laquelle les Catholiques ne peuvent que retourner les choses en faveur de la volonté de Dieu par une volonté beaucoup plus grande de payer deux fois : d'abord, par les taxes et impôts ; puis en établissant des services sociaux et éducatifs véritablement Catholiques qui sont plus largement disponibles gratuitement.

Après tout, si nous pouvions démanteler l'éducation publique et remplacer les écoles Catholiques dirigées par des laïcs, chacune ayant un prêtre exceptionnel comme chapelain, quelle différence cela ferait ! Là, si vous le souhaitez, c’est un programme de renouvellement de l'Église et du monde. Mais la clé pour chacun de nous n'est pas l'adoption d'un programme particulier. La clé est la reconnaissance que Dieu ne nous appelle pas à réussir, mais à être fidèles. Cela signifie que nous devons d'abord discerner Sa volonté pour nous dans nos circonstances actuelles.

Voici une autre façon de le dire : si la première leçon d’un renouvellement Catholique authentique est la fidélité, la deuxième leçon ne peut être qu'une prière constante. Ce n'est pas ma tâche de fournir une direction spirituelle, mais permettez-moi de suggérer, comme une règle de base très grossière et simple, que si nous ne passons pas au moins une heure par jour dans la prière, nous n'avons probablement pas progressé autant que nous aurions pu dans le discernement et la fidélité à la volonté de Dieu.

Ceux qui prennent soin de plusieurs petits enfants, bien sûr, font face à un défi spécial. Pourtant, en dehors de cela, selon mon expérience, deux heures semblent être plus normales pour les laïcs très occupés du monde qui prennent au sérieux le discernement et la fidélité. À l'inverse, un refrain commun des prêtres, des religieux et des laïcs qui sont sortis des rails en termes de fidélité à quelque chose d'aussi basique que les enseignements de l'Église et pour ceux qui abandonnent le sacerdoce ou leurs vœux religieux, c'est qu'ils ont depuis longtemps cessé de s'engager dans la prière personnelle du tout.

En revanche, Saint Paul nous enjoint de prier sans cesse : « Soyez toujours joyeux, priez sans cesse, remerciez Dieu en toute circonstance. Voilà ce que Dieu demande de vous, dans votre vie avec Jésus-Christ ». (1 Thés 5 : 16-18). Cela signifie non seulement mettre de côté un temps spécifique pour la prière, mais aussi pratiquer la présence de Dieu et discerner sa volonté au moment présent. Cela signifie recevoir chaque moment comme une sorte de sacrement dans lequel nous discernons la présence de Dieu et nous nous ouvrons à la grâce.

Pour mieux comprendre, prenons une page du livre de Sainte Elizabeth Ann Seton :

« O Père, la première règle de la vie de notre cher Sauveur était de faire Ta Volonté. Que Sa Volonté du moment présent soit la première règle de notre œuvre et notre vie quotidienne avec aucun autre désir que pour son accomplissement plein et entier. Aidez-nous à la suivre fidèlement afin que, en faisant ce que Vous souhaitez, nous Vous plairons. Amen » .

Encore une fois, je n'ai pas de programme spécifique, un plan sûr pour affirmer et renouveler l'Église ou pour la rendre plus influente pour le bien des âmes qu'elle n'a été dans l'histoire récente. Mais j'espère que vous allez me faire confiance quand je dis que ce n'est pas grave. Notre vocation est la fidélité. Ce n'est que la fidélité que Notre Seigneur nous demande. La fidélité à la volonté de Dieu est la seule mesure de notre succès. Nous parlons de fidélité pour le salut du renouveau Catholique et pour tout le reste qui est bon.