lundi 15 mai 2017

Fatima 2017 : commentaire de Roberto de Mattei



Par : Roberto de Mattei, vaticaniste
Le 15 mai 2017
SOURCE : Rorate Caeli

Traduction de l'Italien vers l'Anglais :
Contributrice Francesca Romana

Cinq cents personnes étaient sur la place en dehors du Sanctuaire de Fatima en attendant le Pape François et la canonisation du deux petits bergers Francesco (10) et Jacinta (9) qui, avec leur cousine Lucia dos Santos, ont vu Notre-Dame et ont entendu ses paroles entre le 13 mai et le 13 octobre 1917. La canonisation a eu lieu et l'Église accueille donc les enfants les plus jeunes et non martyrs de son histoire écrits dans le livre des saints. Le processus de béatification de leur cousine Lucia décédée en 2005 est également en cours.

Ce que les dévots de Fatima du monde entier attendaient du Pape n'était pas seulement la canonisation des visionnaires mais aussi l'accomplissement de certaines demandes de Notre-Dame jusqu'à présent non écoutées.

Deux centenaires antithétiques sont en fait célébrés cette année : les apparitions de Fatima et la Révolution Bolchévique de Lénine et de Trotsky en Russie se produisant dans le même mois où les événements mariaux viennent à prendre fin au Portugal. À Fatima, Notre-Dame a annoncé que la Russie répandrait ses erreurs partout dans le monde et, de ces erreurs, il y aurait des guerres, des révolutions et des persécutions contre l'Église. Afin d'éviter ces désastres, Notre-Dame a demandé surtout une repentance sincère de l'humanité et un retour à l'ordre moral des principes Chrétiens. À ce changement de vie nécessaire des Chrétiens, Notre-Dame a ajouté deux demandes spécifiques : la Consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, à accomplir par le Pape en union avec les Évêques du monde entier et la propagation de la pratique des Cinq Premiers Samedis du mois, consistant à nous unir avec Elle, nous confessant et recevant la Communion, pendant cinq mois consécutifs, en méditant pendant quinze minutes et en priant le chapelet.

La propagation de la pratique des Cinq Premiers Samedis n'a jamais été promue par les autorités ecclésiastiques, les Actes de Consécration des Pontifes ont tous été partiels et incomplets, mais surtout, pendant au moins cinquante ans, les ecclésiastiques n'ont pas prêché l'esprit de sacrifice et de pénitence tellement étroitement liés aux deux petits bergers canonisés. En 1919, lorsque Lucie se rendit visiter Jacinta à l'hôpital à la veille de sa mort, sa conversation était entièrement centrée sur les souffrances des deux cousins, offertes aux pécheurs pour éviter les punitions sévères de l'Enfer, qui leur avaient été montrées par Notre-Dame.

Le Pape François, qui n'avait jamais été à Fatima avant, pas même comme simple prêtre, n'a touché aucun de ces thèmes. Le 12 mai, dans la Chapelle des Apparitions, et se présentant comme un « Évêque vêtu de blanc », le Pape a déclaré : « En tant que pèlerin de l'Espoir que l'Esprit s’éveille, je viens en prophète et en messager pour laver les pieds de tous à la même table qui nous unit ». Ensuite il y a eu l'invitation à suivre les exemples de Francesco et Jacinta. « Ainsi, nous suivrons tous les chemins et partout où notre pèlerinage nous amène, nous allons détruire tous les murs et traverser toutes les frontières, alors que nous sortons dans toutes les périphéries pour faire connaître la justice et la paix de Dieu ». Dans son homélie le 13 mai dans la cour du Sanctuaire, François se souvint de « tous mes frères et sœurs dans le baptême et dans notre famille humaine », en particulier « les malades et les handicapés, les prisonniers et les chômeurs, les pauvres et les abandonnés » avec l'invitation à « redécouvrir le jeune et beau visage de l'Église qui brille quand elle est missionnaire, accueillante, libre, fidèle, pauvre en moyens et riche en amour ».

La dimension tragique du Message de Fatima, qui tourne autour des concepts de péché et de châtiment, a été mise de côté. Notre Dame avait dit à la petite Jacinta que les guerres ne sont rien d'autre que le châtiment pour les péchés du monde et que les péchés qui amènent la plupart des âmes en enfer sont ceux contre la pureté. Si aujourd'hui nous vivons « une guerre mondiale » en pièces, comme l'a souvent répété le Pape François, comment ne pouvons-nous pas relier cela à l'explosion horrible de l'immoralité actuelle, qui a allé jusqu'à légaliser l'envers des lois morales? Notre Dame avait une fois de plus dit à Jacinta, que s'il n'y avait eu aucun amendement ni pénitence, l'humanité serait punie, mais à la fin, son Cœur Immaculé triompherait et le monde entier serait converti.

Aujourd'hui, non seulement le mot « punition » est abhorré, étant donné que la miséricorde de Dieu annule tous les péchés, mais l'idée même de la conversion est désagréable, car le prosélytisme, du point de vue du Pape François, « est le poison le plus fort contre le chemin œcuménique » .

Nous devons reconnaître que le Message de Fatima réinterprété selon les catégories sociologiques du Pape François a peu à voir avec l'annonce prophétique du Cœur Immaculé de Marie, que Notre-Dame a proclamé au monde il y a cent ans.