mercredi 17 mai 2017

Et voici ce que le Pape n'a pas dit




Par: Phil Lawler

Phil Lawler a été journaliste Catholique depuis plus de 30 ans. Il a édité plusieurs revues Catholiques et écrit huit livres. Fondateur de World Catholic News, il est le directeur des nouvelles et analyste en chef à CatholicCulture.org.

SOURCE : Catholic Culture
Le 15 mai 2017


Au cours de sa dernière conférence de presse lors de son vol de retour du Portugal, le Pape François a fait des déclarations importantes sur plusieurs sujets d'actualité : Medjugorje, les abus sexuels, sa rencontre avec le Président Trump, les perspectives de régularisation de la Société de Saint-Pie X. Ces commentaires ont mérité le plus gros des manchettes dans la couverture médiatique de l'interview. Vous avez peut-être manqué la réponse du Pape à un autre problème sensible.

À la fin de la séance de questions-réponses, un journaliste Portugais a eu l'occasion de poser une dernière question. Il a demandé au Saint-Père de commenter le fait qu’au Portugal, un pays majoritairement Catholique, la tendance politique est favorable à la reconnaissance du mariage homosexuel, de l'acceptation de l'avortement et peut-être même de l'euthanasie. Voici la réponse du Pape :

« Je pense que c'est un problème politique. Et qu’aussi la conscience Catholique n'en est pas une Catholique appartenant totalement à l'Église et que, derrière cela, il n'y a pas une catéchèse nuancée, une catéchèse humaine. C'est-à-dire que le Catéchisme de l'Église Catholique est un exemple de ce qui est sérieux et nuancé. Je pense qu'il y a un manque de formation et aussi de culture. Parce que c’est curieux, dans d'autres régions, je pense au sud de l'Italie, à certaines en Amérique latine, ils sont très Catholiques, mais ils sont anti-cléricaux et « mangeurs de prêtres », que ... il y a un phénomène qui existe. Ça me concerne. C'est pourquoi je dis aux prêtres, vous l'aurez lu, de fuir le cléricalisme parce que le cléricalisme distance les gens. Puissent-ils fuir le cléricalisme et j'ajoute : c'est une peste dans l'Église. Mais ici, il existe aussi un travail de catéchèse, de sensibilisation, de dialogue, de valeurs humaines ».

Donc, étant donné l'occasion de commenter l'effondrement des principes moraux Catholiques dans une société Catholique — on pourrait facilement la décrire comme une question fastoche [ facile ], a dit le Pape... Quoi ?

Lisez encore cette réponse et dites-moi ce que le Pape pense des Catholiques qui, dans la vie publique, trahissent les principes Catholiques. Bonne chance.