jeudi 14 juin 2018

Une nouvelle vilenie : la béatification de Mgr Angelelli



Par : de Daniel Omar Gonzáles Céspedes
Le 14 juin 2018
SOURCE : One Peter Five




Une nouvelle vilenie de François vient percer nos âmes, et surtout les âmes des Argentins. Il s'agit du décret relatif à la béatification de Mgr Enrique Angelelli. Nous sommes dus pour en dire quelques mots, même en sachant que de meilleures plumes seront bien obligées de le faire plus tard.

La première chose que nous devons mentionner est qu'Angelelli n'est pas un martyr. Être un martyr signifie donner sa vie pour le Christ. Vous mourez à cause de votre Foi — c'est-à-dire dans un contexte « de la haine de la Foi » qui entoure un martyr. Saint Thomas d'Aquin l'explique bien quand il parle de la haine pro fide credenda et pro fide agenda.

Aucun d'entre eux ne s'applique à l'Évêque de La Rioja ( un état en Argentine ). Il n'est pas mort en défendant la Foi Catholique, ni n'est-il mort entre les mains de la dictature qui régnait alors sur le pays. Il est mort dans un accident de voiture. Il y a des témoins : Raúl Alberto Nacuzi, qui était présent au moment de l'accident parce qu'il faisait l'entretien dans un poteau électrique à haute tension, et Carlos Alberto Arzola, qui a été l'un des premiers à arriver sur les lieux de l'accident. Il y a aussi Primitivo Reynoso et Aber Fabio Luna qui travaillaient à proximité. Le mécanicien de la ville de Chamical a conseillé le Père Pinto, qui conduisait le petit camion et qui était le chauffeur d'Angelelli, de ne pas conduire le camion à cause de la mauvaise forme des pneus sur le véhicule. Des témoignages similaires proviennent d'un expert en mécanique, Ramón Antonio Soria, et d'un médecin légiste, le Dr Enzo Herrera Paez.

Enfin, le 20 avril 1990, la Cour d'Appel de l'État de Cordoba a déclaré qu'il était impossible de prouver que la cause de l'accident était autre que le dysfonctionnement mécanique de la voiture, même s’il y avait des allégations que l'accident avait été provoqué .

Qui était Angelelli ?

Il était parmi les religieux radicalisés qui ont apporté le Marxisme à l'Église Catholique en Argentine. Il a soutenu la cause de la Théologie de la Libération du tiers-monde datant de 1957, quand il a contacté le mouvement PAX.

À La Rioja, il était connu comme l’« Évêque Satan-elli » ( par opposition à « Angel »-elli ). Ses manœuvres et celles de ses camarades du même plan d'idéologique ont été exposées par le magazine Cabildo qui représentait alors le Nationalisme Catholique en Argentine. Et n'oublions pas Carlos Sacheri, dans son livre « The Clandestine Church », [ L’Église clandestine ] qui a également révélé cette menace éminente à l'intérieur de l'Église. Cela lui a coûté la vie.

Sacheri est vraiment un martyr, mais François et son épiscopat ... mutis canes Dei [ ndt : des chiens muets de Dieu ? ].

Le Pape et ses acolytes apostats connaissent le véritable plan subversif de l'idéologie Marxiste pour l’infiltrer dans l'Église ainsi que parmi les autres institutions et la société dans son ensemble. Ni Angelelli ni ses prêtres ne travaillaient pour les pauvres ; ils ont pris avantage sur eux parce qu'ils n'étaient pas instruits. Ils ont vu la parfaite boîte de Pétri [ Boîte de verre ou de matière plastique utilisée en bactériologie pour les cultures sur milieux solides ] pour commencer une révolution. Leur prédication a semé la haine, la violence, la terreur et la mort. Ils empoisonnaient par la rancœur et haïssaient le cœur de plusieurs au point de les transformer en meurtriers. Ils se sont battus pour que l'Église soit anthropocentrique, temporelle, naturaliste, matérialiste et laïque — en bref, pour que l'Église Catholique se plie au service du Marxisme.

C'est l'homme que le Pape propose.

François, François ! Vous avez provoqué un nouveau scandale. Il semble que vous êtes déterminé à disperser le troupeau.

Note de l'éditeur :
Cet article a été publié en Espagnol chez Adelante la Fe. Il a été traduit en Anglais par Adriana Marie Mandon.

Image : Buste de Msr. Enrique Angelelli. Crédit : Tirante via Wikipedia, CC BY-SA 3.0 (recadrée).