samedi 16 juin 2018

500 prêtres Britanniques réaffirment Humanae Vitae


Le Pape Paul VI a signé l’Encyclique Humanae Vitae le 25 juillet, 1968.
La photo ci-haut présente le Pape Paul VI
en visite aux Nations Unies à Genève l’année suivante

Sommaire

« Humanae Vitae 50 » [ pour le cinquantième anniversaire ] provient de fidèles laïcs Britanniques qui ont encouragé le clergé du pays à proclamer le message contenu dans la déclaration.



Par : Edward Pentin
Le 16 juin 2018

SOURCE : National Catholic Register





Près de 500 prêtres Britanniques ont signé une déclaration réaffirmant l'enseignement de l'Église sur la sexualité humaine et son opposition à la contraception artificielle dans certaines circonstances — une doctrine soulignée par Paul VI dans son Encyclique Humanae Vitae de 1968.

Les prêtres, qui ont publié cette déclaration pour coïncider avec le 50e anniversaire de la promulgation de l'Encyclique, déclarent que l'enseignement éternel de l'Église sur la sexualité humaine devrait être à l'avant-garde de la reconstruction de la culture de la vie et mettre en évidence que cet enseignement est inestimable tant pour les Catholiques et que pour les non-Catholiques.

« Après un demi-siècle, nous pouvons voir à quel point prophétique l'Encyclique de Paul VI fut vraiment » écrivent les organisateurs dans une lettre envoyée le mois dernier à d'autres prêtres pour les inviter à mettre leur nom à l'initiative, appelée « Humanae Vitae 50 ». « Nous sommes témoins quotidiennement de la crise de la vie familiale et du mariage » ajoutent-ils, et notons que, 50 ans après sa rédaction, Humanae Vitae « se révèle plus pertinent que jamais ».

« L'enseignement sur l'inséparabilité des fins procréatives et unitives du mariage doit être proclamé de nouveau avec confiance » soulignent-ils, ajoutant : « Dans cet esprit, nous avons mis nos noms à la lettre ci-jointe ».

La déclaration souligne comment l'Encyclique affirmait « la pureté et la beauté de l'acte conjugal, toujours ouvert à la procréation et toujours unitif ».

Elle souligne également comment l'Encyclique prédisait que, si la contraception devenait généralisée, elle conduirait à la perte d'une « bonne compréhension du mariage, de la famille, de la dignité de l'enfant et de la femme, et même à une appréciation appropriée de notre corps et du don d’être homme et femme ».

Les prêtres veulent donc « réaffirmer » la « noble vision » de l'amour procréatif enseigné par l'Église, et qu'une « écologie humaine propre » est essentielle pour l'avenir de tous les peuples. « Nous proposons à nouveau le message de Humanae Vitae » déclare le clergé, « non seulement dans la fidélité à l'Évangile, mais en tant que clé de la guérison et du développement véritable de notre société ».