mardi 12 juin 2018

Où sont passés tous les Catholiques ?


Où sont les enfants Catholiques ?

SOURCE : The Remnant
Le 11 juin 2018

L'auteur : Susan Claire Potts, MA, Ph.D., MFT

Les lettres de créances de l’auteur sont les suivantes :
(1) Bachelière en Littérature Française,
(2) Maître et Docteure en Psychologie,
(3) Licenciée en Counseling sur le mariage et la famille,
(4) Accréditée par l’American Psychotherapy Association.


Dans les jours avant les Changements, personne n'utilisait des mots comme « Liturgie », « Eucharistie » ou « Réconciliation ». C'était la Messe, la Sainte Communion et la Confession. Des mots simples et directs. Tout le monde savait ce qu'ils voulaient dire. Nous ne parlions pas de rubriques et la plupart des profanes ne connaissaient pas les ambons, les aspersoirs, les goupillons et les encensoirs. C'était l'affaire du prêtre. Comme un médecin, il avait son lexique professionnel et ce n'était vraiment pas notre affaire. Nous faisions juste suivre, confiants que nous étions conduits au Ciel.

C'est ce dont nous parlions alors, c’était du Ciel et du Purgatoire, et ce que nous devions faire pour atteindre le premier et raccourcir le deuxième. Nous frissonnions juste à penser à l'Enfer, et nous n'en avons pas beaucoup parlé non plus. Nous avons juste commencé à travailler notre salut avec la crainte et le tremblement, comme Saint Paul nous a dit de le faire. Tous pour l'Amour de Jésus, la Gloire de Dieu et le Salut des âmes, disions-nous.


... Où sont les soeurs ?

Mais vous n'entendez presque plus parler de salut. Le sujet ne vient tout simplement pas sur le tapis. Ne vous demandez-vous pas pourquoi ? Les Catholiques sont-ils sûrs du Ciel ou bien y a-t-il quelque chose d'autre qui se passe ?

Je pense que c'est d'autre chose. Il y a une réticence profondément ancrée en eux à aborder le sujet. Quelque chose les retient. Ce n'est pas qu'ils sont silencieux. Il y a plein de discussions insignifiantes. Mais si vous passez à travers les paroles vides et regardez sous la surface de la bouillie qui passe pour de la théologie, vous trouverez l'obstacle.

C'est un bloc mental à triple paroi.

Premièrement, les gens ne savent plus ce qu'est le Ciel. Deuxièmement, ils ne savent pas ce qu'est un péché et ce qui ne l'est pas. Et troisièmement, ils ne savent pas quoi faire de cette doctrine gênante, Extra Ecclesia Nulla Salus [ Hors de l’Église, Point de Salut ]. Ces trois choses rendent presque impossible de parler de salut.


... Les écoles Catholiques ?

Considérez le premier obstacle. Trop d'années de prêtres agnostiques et de professeurs qui nous disent que nous ne connaissons pas vraiment le Ciel, ont sapé la Foi et l'Espérance surnaturelles. Rien ne semble clair. Les questions ne sont pas répondues ; les doutes ne sont pas dissipés. Les retraites, les conférences sur l'éducation religieuse et les discussions de classe se déroulent souvent comme suit :

« Le Paradis est-il un endroit ? » demande un étudiant.

Le pédant en chef secoue la tête, mais ne dit rien. Il lui caresse le menton et baisse les paupières, réfléchissant à la question. Tout le monde attend.

« C'est un état d'être » dit-il enfin avec précaution, comme s'il donnait une profonde vérité.

L'étudiant persiste. « Mais qu'est ce que ça veut dire ? »

« Nous ne sommes pas vraiment sûrs ».

L'étudiant soupire. Il tourne la tête, regarde par la fenêtre et ne la ramène plus jamais.


... L’identité Catholique ?

J'ai entendu ce genre de chose trop souvent. Aussitôt dites, les paroles cependant s'évaporent prodigieusement comme une mince fumée. Rien n'adhère à l'esprit ; rien ne s'attache à l'âme.

Assez de cette absurdité. Bien sûr, le Ciel est un endroit, et ceux qui sont en autorité devraient le dire, fort et clair. Ce qu'est cet endroit surnaturel est au-delà de notre imagination, mais cela ne veut pas dire qu’il n'est pas réel. Il est au-dessus de la nature, incorruptible ; sa substance dure pour toujours.

Voyons donc ! Je veux dire si le Ciel n'est pas un lieu, alors où est Notre Seigneur ? Que voit-il à travers ses beaux yeux, et que touche-t-il de Ses Mains blessées ? Et où est Notre Dame, l'Immaculée Conception, celle qui a été élevée avec Son corps et Son âme au Ciel ?

Ils ne flottent pas dans une brume éthérée. Nous parlons de présence physique ici. Un jour, quand nous verrons notre Roi et notre Reine régner glorieusement dans le Ciel, nous verrons de vrais visages, entendrons de vraies voix.

Le déni de la réalité substantielle du Ciel brise une doctrine après l'autre. Si le Ciel n'est pas un lieu, qu'en est-il de la Résurrection du corps ? Ne sommes-nous pas supposés récupérer nos corps le Jour du Jugement ? Notre propre sang et nos os ? Nos propres doigts et nos orteils ? C'est ce que l'Église enseigne. C'est ce que nous croyons. Mais où iraient ces corps glorifiés ?

Ah, donc ce n'est pas si sûr non plus, alors.

L'Incarnation, l'Ascension et la Seconde Venue sont toutes remises en question. Nous nous retrouvons avec une sorte de bêtises ésotériques sur la vie prochaine. Ils nous disent que nous devons avoir la foi que la vie continue après la mort, nous ne savons pas comment. Peut-être est-ce une immortalité spirituelle, non encombrée de chair. Qui sait ?

Le deuxième obstacle à la discussion ouverte sur le salut est le problème du péché et de ses conséquences. Le Christ est mort pour nos péchés. Tout le monde répète la formule, mais les paroles nous pénètrent-elles vraiment ? Est-ce que quelqu'un réalise pourquoi ?

Pour nous sauver de l'Enfer. Voici pourquoi. C'est ce qu'est le Salut. Pour nous sauver de la damnation. Si nous ne sommes pas sauvés, nous sommes damnés. C'est aussi simple que ça.

J'ai peur que les gens ne craignent plus l'Enfer. Ils rejettent toute cette idée. C'est juste trop absurde pour l'esprit moderne ; l'image ne tient pas. Les flammes et les ténèbres et la puanteur du soufre — qui croit à cela ?

Mais l'Enfer existe. C'est réel. Et c'est éternel.

Imaginez la pire douleur, la pire des peines, le pire regret que vous ayez jamais éprouvé. Ressentez l'angoisse, l'amertume, la solitude la plus déchirante que vous ayez jamais ressentie. Ce n'est qu'une lueur de ce qu'est l'enfer et le péché consigne des gens là-bas.

Pourtant, nous ne pouvons pas parler de péché. Nous ne devons pas porter de jugement. Ne parlons pas des Commandements. C'est comme si le péché n'existait pas. On pourrait penser que les prêtres sont tous devenus des psychologues Rogériens [ disciple du psychologue humaniste Américain Carl Rogers ]. En pratiquant un regard positif inconditionnel, la négativité se dissout et une belle fleur pousse des profondeurs du cœur humain parfait, plutôt comme une version moderne du Noble Sauvage de Jean-Jacques Rousseau. Pas de souillure du péché originel pour eux. Tout est beau.

Et quel est l'effet de nier le mal ? La perdition, voilà ce que c’est.

Pensez à toutes les choses que les gens acceptent maintenant. Ce que nous appelions Péchés Mortels — mortels parce qu'ils nous tueraient. L'Église avait l’habitude de nous avertir à ce sujet afin que nous ne nous perdions pas, mais il y a beaucoup de silence maintenant.

Le plus important est la contraception artificielle. Je n'oublierai jamais ce qui s'est passé le dimanche après la publication de Humanae Vitae. L'Encyclique était en première page dans le journal local. Un long article citait toute une série de théologiens qui affirmaient avec une autorité apparente que l'enseignement n'était pas infaillible. Les gens pouvaient se faire leur propre idée à ce sujet. Ils étaient des adultes responsables.

Curieuse, étais-je, alors que nous allions à la Messe, nous nous attendions à entendre le véritable enseignement de l'Église. Mais le prêtre n'a même pas mentionné l'Encyclique, et pas plus la semaine suivante, ni après. Plus tard, nous avons appris que même les Évêques l'avaient rejetée et Rome n'a rien fait. La dissidence était maintenue. Personne n'en a parlé. La planification familiale était une affaire privée, après tout. Qu'est-ce que les prêtres célibataires savent du mariage ? ont-ils demandé.

Alors les gens ont fait ce qui semblait juste à leurs yeux. Il n'y avait pas de répercussions. Pendant toutes ces années, je n'ai jamais entendu un prêtre dire de la chaire qu'une femme ne peut pas aller à la Communion si elle prend la pilule, ou entendre un prêtre parler du mal de la stérilisation, de ce coup de mort au corps, de l’infâme mutilation de la chair.

Ils sont réticents à parler de la perversion de l'homosexualité, même face à tous les scandales. Ils ne parlent pas d'adultère, de fornication, de convoitise ou de vol. Le mensonge ? Non, pas un mot.

Ils parlent rarement de la beauté du Ciel, de la souffrance du Purgatoire ou de la douleur brûlante de l'Enfer. Imaginez ça. Personne ne mentionne que nous ne pourrions pas tous se retrouver au même endroit. Il n'y a pas de signes avant-coureurs. Je suppose qu'il n'y a pas de quoi s'inquiéter.

Tout le monde est sauvé ? Peut-il y avoir quelqu’un de perdu ?

Le pédant parle encore :

« Jésus est si miséricordieux », dit-il d'un geste de la main. « Il ne pourrait pas supporter d'envoyer quelqu'un en Enfer ».

« Mais y a-t-il à faire quoi que ce soit pour aller au Ciel ? » Demande un étudiant innocent. « Ne doit-on pas en être digne ? »

Le pédant roule les yeux.

Le garçon persiste. « Vous devez être baptisé, n'est-ce pas ? Vous devez être Catholique ».

Un autre élève se lève. « Puisque l'Église est le Corps Mystique du Christ, les Sacrements ne nous changent-ils pas ? Ne nous ajustent-ils pas pour le Ciel ?

Le pédant lève son menton. Ses yeux gris sont distants, comme s'il voyait au-delà de la pièce, contemplant quelque chose que personne d'autre ne peut voir. Il inspire profondément par son nez.

« Il ne faut pas favoriser la division » dit-il, puis il expose longuement la nouvelle compréhension, la probabilité du salut universel. Il existe une ignorance invincible, après tout, et toute l'idée du Chrétien inconscient. Et puis il y a ces expériences de mort imminente qui semblent indiquer une vie après la mort agréable pour tout le monde. Il n'y a aucun sens à en parler, conclut-il.

Mais je dis que nous devons en parler.

Pourquoi le Magistère ne dissiperait-il pas le brouillard ? Pourquoi les prêtres et les Évêques ne disent-ils pas : « En dehors de l'Église Catholique, il n'y a pas de Salut ». Sont-ils effrayés ? Ont-ils peur d'offenser les infidèles ? Ou pire, ont-ils perdu la Foi ?

Indépendamment de cela, la Doctrine est vraie.

Laissez-moi vous dire ce que cet enseignement a signifié pour moi il y a longtemps quand j'étais une petite fille. Ce n'était rien de moins qu'une invitation du Ciel.

Je ne suis pas née Catholique même si je ne l'ai pas bien compris. Après tout, j'ai connu le Credo de Nicée par cœur et je l'ai récité consciencieusement à l'Église Épiscopale du Christ, proclamant fièrement ma Foi en l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique. Je n'étais pas Protestante, c'était sûr. Mais il a fallu que mes amis Catholiques de quatrième année me mettent fermement sur la Route du Salut.

Nous avions l'habitude de se tenir en cercle à la récréation à la Southwestern School, espérant que le professeur ne nous remarquerait pas et ne nous obligerait pas à jouer au kickball ou à un autre jeu ennuyeux. Nous avions des choses importantes à discuter. Nous étions cinq : Dolores, Mary Kay, Anne, Barbara et moi.

Parfois, il faisait vraiment froid. La neige a déferlé sur nos chaussures plates noires et blanches et nous nous sommes serrées les unes contre les autres, serrant nos manteaux et frissonnant comme des folles. Mais j'ai à peine remarqué. Ces filles m'ont raconté les choses les plus étonnantes. Des choses que je n'avais jamais entendues auparavant. Des choses à propos de l'autre monde. J'aurais pu les écouter pour toujours. Elles avaient des paroles drôles comme le Purgatoire, les Limbes et les Indulgences. Elles croyaient à l'Enfer. Le diable était réel, ont-elles dit.

Mes amies connaissaient toutes sortes de choses sur le Ciel. C'était incroyable. C'était comme si elles partageaient des connaissances secrètes. Il n'y avait aucun doute dans leur esprit que le Ciel était un endroit et elles en parlaient comme si elles avaient été là. J'ai demandé à en savoir plus.

Elles se regardèrent, secouèrent la tête, puis me regardèrent tristement.

« Mais tu ne peux pas aller au Ciel » ont-elles dit.

« Pourquoi pas ? »

« Parce que tu n'es pas Catholique ».

« Que dois-je faire pour être Catholique ? »

« Tu dois aller au Catéchisme ».

Ces paroles m’ont frappé au coeur comme une flèche. Même si je n'étais pas capable d'aller au Catéchisme jusqu'à ce que je sois une étudiante de deuxième année à l'université, j'ai pris ma décision à ce moment-là. Je serais Catholique. Une vraie, pas une seulement qui dit le Credo de Nicée dans l'Église Épiscopale blanchie à la chaux, se demandant comment je pourrais croire en l'Église Sainte et ne pas en faire partie.

Ces filles de neuf ans possédaient la Vérité et n'ont pas hésité à me la faire savoir. Elles m'ont dit ce qui était nécessaire pour le salut parce que j'étais leur amie. Elles n'ont pas dilué la doctrine. Je n'avais pas besoin de connaître les exceptions. J'avais juste besoin d'être Catholique.

S'il vous plaît, épargnez-moi les nuances. Elles existent, je le comprends. Il peut y avoir des gens au Paradis que nous ne pensions pas être là. Bien tant mieux. Je n'ai aucune idée de la manière dont le Seigneur va secourir les gens à la dernière minute, ces gens qui ne sont pas entrés dans l'Église durant leur vie. Je ne prétends pas savoir comment la Grâce brûle l'incrédulité de leurs esprits avant que leurs âmes quittent ce monde, mais je n'ai pas besoin de connaître ces choses extraordinaires. C'est l'affaire de Dieu.

Tout ce que je sais, c'est que chaque être humain sur cette terre a besoin d'être sauvé de l'Enfer. Notre Seigneur est mort pour nous assurer une place au Ciel. Il a fondé une Église, la seule Vraie Église nécessaire au Salut des âmes.

Si ce n'est pas vrai, tout ce que nous faisons est une perte de temps. Pourquoi devrions-nous nous battre si fort ? Pourquoi devrions-nous nous en tenir si étroitement à la Tradition ? Pourquoi devrions-nous lutter pour résister au flot d'immoralité et de désespoir qui engloutit le monde ? Est-ce que ça importerait alors ? À quoi ça servirait ? S'il y a un salut en dehors de l'Église Catholique, alors nous n'avons rien à faire. Il suffit de sauter tout de suite dans la Mer de l'Ignorance.

Pour ma part, je préférerais être comme mes vieilles amies, ces vaillantes filles qui m'ont d'abord dit ce que je devais faire pour sauver mon âme.