vendredi 1 juin 2018

50 ans après Vatican II, êtes-vous toujours Catholique ?
( Faites le quiz )


SOURCE : The Remnant
Le 1er juin 2018

L'auteur : Susan Claire Potts, MA, Ph.D., MFT

Les lettres de créances de l’auteur sont les suivantes :
(1) Bachelière en Littérature Française,
(2) Maître et Docteure en Psychologie,
(3) Licenciée en Counseling sur le mariage et la famille,
(4) Accréditée par l’American Psychotherapy Association.


Regardez autour de notre monde Catholique. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la Tradition ne ne se met pas en place ? Pourquoi la puissance et la beauté de la Messe des Âges n'enflamme-t-elle pas les cœurs partout ? Pourquoi les gens ne parlent-ils pas le langage de la Foi ? Avez-vous remarqué que, même parmi ceux qui adhèrent à la Tradition Sacrée, il y a une réticence à parler comme un Catholique ? Avez-vous même remarqué une certaine superficialité en matière de religion ? Vous êtes-vous demandés pourquoi ?

En tant que psychologue, je propose une raison. Je pense qu'à un niveau profond — peut-être de leur propre conscience — les convictions religieuses de plusieurs ont été diminuées, sinon perdues. Leur pensée a été altérée par un faux enseignement et l'agitation constante de leur foi.

Tout le monde a dans son esprit un cadre intellectuel — un peu comme les murs d'une maison. Cette structure fondamentale fournit la cohérence et la signification aux idées qui rebondissent dans nos têtes. Sans cela, rien n'a de sens. Mais à la lumière de cette structure, les expériences, les croyances et les sentiments peuvent être évalués et jugés. Les pensées peuvent être mises en ordre. La plupart des gens ne remarquent pas qu'ils procèdent ainsi, bien sûr. Ça fait partie d'eux. C'est qui ils sont, comment ils pensent. C'est juste comme ça. Quand la structure est saine, une personne peut trouver la paix de l'âme, même au milieu du chagrin et de la perte. Mais quand le cadre n'est pas sain, quand les poutres sont tordues et que le toit fuit, la personne piétine. Il n'y a pas de logique interne ou de stabilité ; toutes sortes de troubles émotionnels s’ensuivent.

Cela ne doit pas être comme ça, pas pour nous. En dehors des Sacrements, une des plus belles choses que l'Église ait toujours donnée à ses enfants était l'enseignement systématique des Articles de Foi. Que ce soit les Credo inspirés ou les simples questions et réponses d'un Catéchisme, la Vérité était présentée en parfaite harmonie. Assez simple pour un enfant à apprendre et assez profond pour le théologien le plus érudit, la Foi était le fondement de la vraie science et de l'art.

Les gens pouvaient savoir qui ils étaient et où ils se dirigeaient. Personne n'avait besoin de se débattre pour essayer de comprendre pourquoi il était né. Tout ce qu'on avait à faire était de donner son assentiment intellectuel à l'enseignement de l'Église Catholique — par lequel Dieu parle à chaque personne, à tous les âges. Chaque personne pouvait avoir des réponses avant de savoir comment formuler ses questions. Il y avait quelque chose sur lequel construire une vie. Une fois vu à la lumière de la Foi, tout pouvait être compris — la naissance, la mort, la souffrance, la joie et l'amour.

Une personne pouvait bêtement rejeter cet enseignement, bien sûr, mais au moins il y avait quelque chose à rejeter. Et puis la pauvre âme pouvait se précipiter pour essayer de comprendre ce que c'était que la vie. Je crains que c'est exactement ce qui se passe maintenant — et cela depuis que le Pape Jean XXIII a refusé de révéler le Troisième Secret de Fatima. Pour moi en regardant en arrière, ce jour en 1960 a marqué le début du transfert. Notre-Dame a été ignorée ; un nouvel esprit s'est déchaîné. La fumée toxique a soufflé des Sept Collines ; et une belle chose après l'autre a commencé à s'effondrer ou être détruit.

Qui peut se sentir en sécurité maintenant ?

Les gens ne connaissent pas leur Foi et ils ne savent pas pourquoi ils ne la connaissent pas. Sans même s'en rendre compte, ils ont reçu une nouvelle identité, née du Siècle des Lumières, dans laquelle « l'érudition moderne » a la primauté. Les systèmes philosophiques sans Dieu ont gagné l'ascendant au XIXe et au début du XXe siècle ; et malgré les vaillants efforts du Pape Léon XIII et du Pape Saint Pie X, ces systèmes ont écarté la clarté de la pensée. Vous pouvez voir leur travail se dérouler dans la réécriture des Saintes Écritures. Et vous pouvez le voir dans la superficialité de la Catéchèse moderne. Les serpents ont rampé à travers le Jardin de la Foi.

Il y a une nouvelle attitude, plus ou moins consciente, concernant notre religion. Pour le « Catholique mature », seules les choses qui peuvent être comprises, démontrées ou prouvées peuvent être crues. Le Catholique de jadis se dit stupidement qu'il « cherche la vérité ». Mais par ces paroles mêmes, il nie que la vérité a été révélée, et nous sommes obligés de le croire.

Son attention est braquée sur ce monde, sur les relations et la conscience de soi. C’est le locus de sa croyance, l'arbitre de la réalité, la seule chose réelle qu'il connaisse. Il a des idées vagues sur tout ce qui concerne la croyance ou le culte Catholique. Il n'est pas sûr que Jésus soit Dieu. Peut-être, raisonne-t-il à un moment donné, qu’il est devenu Dieu, tout comme tout le cosmos se divinise. Il ne peut pas accepter tout ce qui semble impossible — des choses comme Notre-Dame qui vient réellement sur terre et qui apparaît réellement en chair à Lourdes, à Fatima et à Quito. Ces choses ne sont pas vraiment réelles. Il ne peut pas les accepter, mais il ne les rejettera pas — il est Catholique après tout. Mais il n’y pensera pas et il ne souffrira pas que personne d'autre n’y croient pas non plus. D'ailleurs, Dieu ne se soucie pas vraiment de ce que nous pensons.

Comment le sait-il ? Eh bien, les théologiens modernes le lui disent.

La religion a été dépouillée par ceux qui ont été chargés de la préserver. Peut-être que si vous avez moins de cinquante ans, vous ne réaliserez même pas ce qui s'est passé. Mais au début des années post-Vatican II, le démantèlement était délibéré, ouvert et imparable. Et maintenant nous en subissons les conséquences. Deux générations ont passé. Les gens assez vieux pour être grands-parents n'ont pas appris le Catéchisme. Les responsables voulaient que la religion change. Pourquoi ? Je pense que c'est parce qu'ils ne croyaient plus. Ils avaient perdu tout sens du surnaturel.

Revenez avec moi maintenant aux années soixante-dix. J'ai trois histoires à raconter.

***

Mon fils se préparait à faire sa Première Communion. Mon mari et moi, nous nous étions portés volontaires pour enseigner le Catéchisme — du moins nous l'appelions encore ainsi. Mais il n'y avait pas de Catéchisme. Il n'y avait pas de Doctrine. Expérimentez ce qui a remplacé le dogme. Les responsables de l'enseignement aux enfants ont changé de cap. Ils ont remplacé l’approche didactique du Catéchisme avec le livre We Celebrate the Eucharist. [ Nous célébrons l'Eucharistie ] [1]

C'était le « livre d'or » de Christiane Brusselmans, Ph.D., une étudiante Belge du Dominicain radical, le Père Edward Schillebeeckx O.P. Non seulement lui, mais beaucoup des « grandes figures de la théologie et du mouvement liturgique en France étaient ses professeurs : Jean Danielou pour les études patristiques, Dom Bernard Botte pour la liturgie, Yves Congar pour la théologie des laïcs et Louis Bouyer pour la théologie Protestante ». [2] Cette femme qui allait façonner l'éducation religieuse pendant des décennies était une innovatrice par excellence [ en français dans le texte ].

Nous avons protesté lors d'une réunion des enseignants, en disant au prêtre en charge et aux autres enseignants qu’il y avait peu de substance dans le livre. L'enseignement n'était pas clair. La Messe a été présentée comme un repas. Il n'y avait aucune mention du sacrifice, aucun enseignement que lorsque quelqu'un reçoit la Communion, on reçoit le Corps, le Sang, l'Âme et la Divinité de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. C'était un texte sérieusement déficient.

Nous avons été réduits au silence, on nous a dit : « Tout est là ».

Mais ce n'était pas le cas. Même le titre était problématique. Les enfants devaient recevoir la Sainte Communion et non pas célébrer l'Eucharistie. Le mot célébrer a une signification différente dans un contexte liturgique. Cela ne signifie pas marquer une occasion avec des festivités, comme une fête d'anniversaire, ou même Noël. Cela signifie accomplir un Sacrement ou une cérémonie solennelle avec des rites appropriés. En d'autres termes, pour les Catholiques, cela signifie offrir la Messe. Et c'est le rôle du prêtre, pas des enfants.

Ainsi, avec un seul titre, dans les années où un enfant est le plus réceptif à recevoir la Foi pleine et entière, il est induit en erreur. La distinction entre prêtre et peuple est dissoute. Tout le monde participe. Toute la communauté accomplit l'action sacrée.

Et du solvant est versé sur la Foi.

Cette année-là fut remplie d'une attaque contre la Foi l'une après l'autre, comme s'il y avait un archer de l'Enfer tirant des flèches dans un champ ouvert. La directive de Rome exigeant une Première Confession avant la Première Communion a été rejetée. ( J'ai dû assister à une réunion archidiocésaine, remplie de moqueurs et de dissidents, qui a exposé la façon d'ignorer Rome ). Nous n'avons pas été autorisés à mentionner le mot péché. Ça favorisait la division. Nous n'avions pas le droit de distribuer les Médailles Miraculeuses que nous avions données. Les enfants pratiquaient la Communion avec des hosties non consacrées et du jus de raisin. Juste une heureuse petite collation.

La hauteur du non-sens a été atteinte lorsque les enfants ont participé à faire bouillir des pâtes pour un repas commun. Je ne plaisante pas. Dans le cadre de leur éducation religieuse, chaque enfant a reçu une nouille à spaghetti à verser dans un pot d'eau bouillante. Pour montrer quoi ? Je ne suis pas sûre. Le sens de la communauté, je suppose, ou peut-être, de manière plus alarmante — pour démontrer l'idée Orientale que tous sont un — un thème qui a couru comme un courant insidieux tout au long de l'année.

Nous avons fait du mieux que nous pouvions, en comblant les lacunes, mais — à l'exception de notre fils qui a appris son Catéchisme et s'est confessé ( seul ) avant sa Première Communion — c'était une bataille perdue. Nous sommes partis après la deuxième année. Le pire, c'est que des millions d'enfants, année après année, n'ont jamais vu un livre de Catéchisme ou appris les réponses aux questions les plus essentielles de la Foi. Et ces enfants ont maintenant près de cinquante ans. Comment, alors, peuvent-ils posséder ce qu'ils n'ont jamais reçu ? Est-il étonnant que chaque génération en sache encore moins ?

***

La deuxième histoire a eu lieu à la même église, la même année. Nous étions tous « novus ordo » alors. Il n'y avait pas de Messe Tridentine. Autant que nous le sachions, elle était partie pour toujours. Nous n'avions jamais entendu parler de Mgr Lefebvre ou de sa toute nouvelle société à Écone. Notre église était conservatrice — pas de clowns ni de danseuses. Même s'il y avait l’autel obligatoire, il y avait des confessionnaux et des rails de Communion.

Mais le renouvellement était en cours.

L'église avait une magnifique bibliothèque. J'avais l'habitude d'aller à la Messe quotidienne, puis j’allais faire un petit tour à la bibliothèque. Les livres étaient des trésors. Les Livres des Saints, des livres en théologie, en histoire de l'église, des histoires de convertis — un banquet pour l'esprit. Je prenais un livre, le lisais et le rapportais, semaine après semaine. Mais un jour, à mon horreur, je suis entré dans une pièce d'étagères vides. Debout près des étagères, il y avait la directrice de l'éducation religieuse.

« Où sont les livres ? » ai-je demandé.

Elle m'a jeté un regard dédaigneux de la Catholique renouvelée. « Ils sont partis » a-t-elle dit.

« Partis ? » ai-je balbutié.

« Ils étaient tous pré-Vatican II. Ils devaient partir ».

Et c'était la fin de la bibliothèque. J'imagine qu'ils ont réapprovisionné les étagères avec la nouvelle théologie, la nouvelle psychologie, et qui sait quoi d'autre ?

Nous avons trouvé une autre église.

***

Des années plus tard, le même genre de chose s'est passé. Il n'y avait toujours pas de Messe Tridentine approuvée à Detroit, mais nous avons eu la Messe en Latin, si bien faite que peu savaient que c'était une Messe Novus Ordo. Comme notre église de banlieue du temps, il y avait une bibliothèque merveilleuse. Comme je l'avais fait auparavant, je suis allée à la Messe tous les jours et je suis souvent allée voir un livre avant de rentrer à la maison.

Un jour, le téléphone a sonné. « Susan ! » C'était le gardien Sicilien. « Vous devez venir ici tout de suite ! Ils jettent les livres ! »

« Qui fait ça ? » ai-je demandé.

Il m'a dit les noms des femmes.

« Pourquoi ? »

Il y avait une fête prévue. La salle paroissiale a dû être nettoyée. « Ils ont dit que les livres étaient des collecteurs de poussière ».

« Où est le Père ? » ai-je demandé.

« Je ne sais pas. Parti quelque part. Venez juste vite ici.

Je suis arrivée à l'église avant que les livres ne pénètrent dans l'incinérateur. Leur travail terminé, les femmes étaient parties. Les livres étaient empilés dans des boîtes et des sacs dans la salle du four. Des centaines d'entre eux. Pour les prochaines heures, le gardien et moi les avons replacés.

Le Pasteur les a laissés en place sur les étagères, Dieu merci.

***

C'est super ... mais est-ce Catholique ?

Ce sont mes trois vignettes. Ce sont des temps périlleux, et les âmes sont en danger. Nous devons y remédier. Au lieu de faire tut-tut sur le désordre dans lequel nous sommes, nous devons sauvegarder notre cadre Catholique. S'il est cassé ou n'a jamais été là, il doit être reconstruit. Ce n'est pas si difficile et c'est quelque chose que tout le monde peut faire pour lui-même — peu importe tout ce qui peut être étrange qui se passe autour de lui.

Pensez-y. Assurez-vous que votre Foi n'a pas été déformée ou minimisée. Testez-vous et déterminez si votre connaissance est forte et votre compréhension est vraie. Comme celle qui a enseigné dans les écoles paroissiales il y a plusieurs années, je connais l'importance des tests périodiques du matériel ancien. C'est un bon moyen de s'assurer que rien n'a été oublié.

Répondez à ce quiz et voyez si vous pouvez dire sans équivoque que :

— Dieu a tout créé à partir de rien.

— Adam et Eve sont ( pas étaient ) de vraies personnes.

— Le péché originel est réel. C'est hérité. À cause de cela, il y a un défaut dans la nature humaine. Il souille nos âmes et détruit leur beauté. Il nous barre du Ciel. Cette tache de mort ne peut pas être éliminée par le nettoyage humain — pas par l'éducation ou d'être gentil ou de mener une bonne vie. Seul le Baptême peut l'enlever de nos âmes. Ainsi, le Baptême est nécessaire pour le salut.

— L'Église Catholique est la seule et unique Église. Toutes les autres religions sont fausses, chacune tombant quelque part sur un continuum d'erreur.

— Les Sacrements nous ont été donnés par le Christ Lui-même pour nous sauver. Aucun être humain ne les a inventés ; aucun être humain ne peut les changer.

— Le Sacrifice de la Messe est un vrai Sacrifice. C'est l'offrande d'une Victime à Dieu en réparation du péché. La Messe est la mort du Christ mystiquement, miraculeusement, amenée dans le temps dans une re-présentation non sanglante du Calvaire devant nos yeux. C'est le Mystère de la Foi.

— Le prêtre offre le Sacrifice. Lui seul a reçu un pouvoir au-delà de notre compréhension. Lui seul appelle Jésus à descendre à l'autel. Quand le prêtre murmure les paroles mystiques, Notre-Seigneur vient nous sauver. Les laïcs ne sont pas une partie nécessaire de cette Action Sacrée.

— Le paradis est réel. C'est un Royaume, un lieu — palpable, visible au-delà du voile, tangible. Notre Seigneur et Notre Dame y règnent physiquement dans leurs corps glorifiés. L'Enfer, le Purgatoire et les Limbes sont aussi réels. Des gens vont là-bas.

— Le diable n'est pas un mythe ou une métaphore. Lucifer et son armée d'anges déchus sont réels et ils vous haïssent.

— Vous serez jugé quand vous mourrez. À ce moment-là, le Temps de la Miséricorde sera terminé. C'est le Temps du Jugement. Jésus-Christ, Roi du Ciel et de la Terre, prononcera le verdict. Paradis ? Purgatoire ? Enfer ? Vous n'avez pas à décider où vous allez. Le Seigneur vous y envoie. Vous n'aurez pas le choix en la matière.

— Le Christ reviendra sur Terre au Dernier Jour. Vous le verrez venir sur des nuages du Ciel. Ce sera le Jugement Général. Chaque âme qui a déjà vécu sera là. Chaque personne connaîtra qui est aimée de Dieu et qui est damnée par sa propre faute.

— À ce moment-là, votre corps sortira de la tombe et sera réuni à votre âme. Tout le monde verra à quoi vous ressemblez — si vous êtes beau au-delà des mots ou hideux et déformé. Vous allez ensuite à votre lieu désigné. Être aimé ou haï pour toujours.



C'est le petit test pour aujourd'hui. Dîtes-moi. Comment ça s’est passé ? Êtes-vous toujours Catholique ? Ou avez-vous été mordu par le serpent ?



Remarques :

[1] Brusselmans, Christiane, Ph.D., et Haggerty, Brian, We Celebrate the Eucharist Silver Burdett Company, Morristown, NJ.

[2] Dooley, Catherine et Golino, Lisa, Christine Brusselmans, École de théologie Talbot, Université Biola.