jeudi 28 juin 2018

Intriguant, non ?
le mot
« MAINTENANT »



PAROLES DE NOTRE SEIGNEUR JÉSUS CHRIST
À SA FILLE BIEN AIMÉE LUZ DE MARÍA

Le 16 juin 2018

MON PEUPLE NE VIVRA PAS POUR TOUJOURS
DANS L’ESCLAVAGE DU PÉCHÉ,
C’EST POURQUOI MES ANGES SÉPARERONT
LE BLÉ DE L’IVRAIE,
MAINTENANT !


Quand j'ai eu à publier cette locution, j'ai vraiment accroché au mot « maintenant ». En effet, ça fait déjà plus de 2 000 ans que Matthieu a écrit la parabole du blé et de l'ivraie. Elle vous est présentée à la fin de ce texte.

Remarquez dans cette parabole quelque chose qui est vraiment différent par rapport à la locution présentée plus haut : en effet, dans la parabole, le propriétaire parle toujours au futur : « Laissez-les pousser ensemble jusqu'à la moisson et, à ce moment-là, je dirai aux moissonneurs : « Enlevez d'abord la mauvaise herbe et liez-la en bottes pour la brûler, puis vous rentrerez le blé dans mon grenier » ».

Jésus, dans la locution, ne parle plus au futur ! C'est maintenant ! 2 000 ans plus tard, la séparation doit enfin se faire... Hum ! Intriguant, non ? Qu'est-ce à dire alors ?

Un tsunami de questions me sont venues en tête.

  • Bien prêt à croire que cette séparation est probablement avant tout spirituelle, mais en verrons-nous des conséquences sur le plan physique et matériel ? Si oui, qu'observerons-nous avec nos sens ?

  • Si des âmes sont triées dans l'ivraie, est-ce irrémédiable ? Seront-elles les persécutrices du blé au temps de la Tribulation ?

  • La parabole nous indique que l'ivraie sera liée en bottes... Qu'est-ce à dire ? Est-ce que ça veut dire, à titre d'exemple, que tous ceux qui sont pour l'avortement seront bel et bien concentrés dans un groupe homogène et bien serré ?

  • On sait par la parabole que l'ivraie sera jetée au feu avant même que le bon blé soit apporté au grenier du propriétaire. C'est donc dire que les bons assisteront à la déconfiture totale des mauvais avant quelque récompense que ce soit. Mais assisterons-nous à cette déconfiture ou mise au feu en tant que spectateur ou comme persécutés des mauvais qui seront hargneux de leur sort ?

  • L'opération de séparation durera-t-elle longtemps ? Puisque ce sont les Anges qui l'opéreront, seront-ils ralentis par une résistance offerte par les anges des ténèbres ?

  • Comment saurons-nous que nous sommes dans le bon blé ?

  • S'il y a séparation, ça veut donc dire qu'il y a une distance entre l'ivraie et le bon blé... Et cette distance permettra-t-elle d'éviter les situations de péché au bon blé ?

Mais pauvre Nul que je suis sans Lui, comment répondre à ces questions par moi-même ? Pour tenter de trouver des réponses — quelques-unes du moins — j'ai recensé toutes les locutions de Jésus et de Marie qui parlaient de l'ivraie et du bon blé. Je vous les présente à la suite en partant de la plus récente à la plus ancienne. Je vous invite à remarquer que plus on s'éloigne du moment présent, plus les locutions utilisent des verbes au futur.

Avez-vous remarqué ? Il y a une relation entre la séparation de l'ivraie et du bon blé avec l'esclavage du péché. Le bon blé semble donc affranchi de cet esclavage. Cet esclavage ne sera pas « pour toujours ».

JÉSUS

Le 16 juin 2018


Mon peuple ne vivra pas pour toujours dans l’esclavage du péché, c’est pourquoi Mes Anges sépareront le blé de l’ivraie,
MAINTENANT !




Alors que la locution la plus récente de Jésus nous indique que la séparation de l'ivraie et du blé est maintenant, ici, au mois d'avril, Marie nous annonce qu'elle « arrive ».

Il semble que de l'ivraie soit encore « accrochée au blé ». Cette ivraie cherche à « perdre » le blé. L'ivraie est donc active et est probablement stimulée par les anges déchus qui sont actifs, eux aussi.

Par ailleurs, tant que l'opération de séparation ne sera pas complétée par les Anges, il est fort possible que l'on retrouve de l'ivraie accrochée au bon blé.

Marie

Le 12 avril 2018


VOUS DEVEZ ÊTRE FERMES, SOLIDES, INAMOVIBLES, CAR LE MOMENT DE LA RÉCOLTE ARRIVE OÙ LE BLÉ SERA SÉPARÉ DE L’IVRAIE, ( cf. Matthieu 13,30 ), mais il se pourrait que certaines mauvaises herbes se soient accrochées au blé pour que ce blé se perde, c’est pourquoi vous devez rester vigilants afin de ne pas être confondus. Vous ne pouvez pas vous endormir par ce qui est mondain.





Dans cette locution, on apprend ce qui surviendra au terme de la séparation du blé de l'ivraie. Non seulement verrons-nous Marie mais nous serons blancs comme neige. On voit la relation et la cohérence avec la première locution de Jésus plus haut qui affirme que nous ne serons pas toujours esclaves du péché.

En somme, l'ivraie ne représente pas seulement les personnes mauvaises ou méchantes mais ça représente aussi le péché qui sera brûlé également au feu.

JÉSUS

Le 8 février 2018


Ma Mère, se faisant présente, vous verra et tous la verront. J’aurais séparé le blé de l’ivraie. Et tout sera renouvelé, Mon Peuple s’habillera de vêtements blancs comme la neige et l’Amour Divin renaitra dans les cœurs de Mes enfants.





Dans cette locution qui a été donnée avant que la séparation du blé de l'ivraie ne soit commencée ni même annoncée, nous avons ici une description en tous points identique à la parabole : à savoir l'ivraie est mélangée au blé.

Notre Maman nous indique qu'il peut y avoir une influence entre le blé et l'ivraie et réciproquement.

En somme, avant la séparation du blé de l'ivraie, tout est dynamique, rien n'est statique.

Marie

Le 8 novembre 2017


En cet instant de purification de l'Humanité, vous êtes toujours dans la réalité où le blé et l'ivraie coexistent. Étant donné la coexistence du blé et de l'ivraie, chacun reçoit à la fois le bien de certains et le mal que les autres commettent : la guerre n'est pas seulement pour ceux qui la provoquent, mais tous subissent ses conséquences et tout ce qui arrive. C'est pourquoi Je vous appelle à être ceux qui forgent le bien.





Eh bien, Jésus nous donne ici la recette pour être considéré comme du bon blé par Ses Anges.

JÉSUS

Le 26 juillet 2017


Chaque instant est un siècle de préparation, chaque instant est un diamant pour vous, chaque instant signifie faire partie du blé ou de l'ivraie, chaque instant est l'instant des instants, et LE DEVOIR DE MON PEUPLE EST DE CROÎTRE EN AMOUR, EN SAGESSE, EN CONNAISSANCE ET DANS LE RESPECT ET L’ACCOMPLISSEMENT DES DIX COMMANDEMENTS QUI DEVRAIENT ÊTRE VIE EN VOUS.



Donnons la parole à Jésus qui a interprété cette parabole pour le bénéfice de Ses Apôtres :

Matthieu 13, 36-43 : Ses disciples s'approchèrent de lui et dirent : « Explique-nous la parabole de la mauvaise herbe dans le champ ». Jésus répondit en ces termes : « Celui qui sème la bonne semence, c'est le Fils de l'homme ; le champ, c'est le monde ; la bonne semence représente ceux qui se soumettent au Royaume ; la mauvaise herbe représente ceux qui obéissent au Mauvais ; l'ennemi qui sème la mauvaise herbe, c'est le diable ; la moisson, c'est la fin du monde ; et les moissonneurs, ce sont les anges. Comme on enlève la mauvaise herbe pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde : le Fils de l'homme enverra ses anges, ils élimineront de son Royaume tous ceux qui détournent de la foi les autres et ceux qui commettent le mal, et ils les jetteront dans le feu de la fournaise ; c'est là que beaucoup pleureront et grinceront des dents. Mais alors, ceux qui sont fidèles à Dieu brilleront comme le soleil dans le Royaume de leur Père. Écoutez bien, si vous avez des oreilles ! »

Et c'est « MAINTENANT » que ça se passe !


Parabole du blé et de l'ivraie
Matthieu 13, 24-30

Jésus leur raconta une autre parabole : « Voici à quoi ressemble le Royaume des cieux : Un homme avait semé de la bonne semence dans son champ. Une nuit, pendant que tout le monde dormait, un ennemi de cet homme vint semer de la mauvaise herbe parmi le blé et s'en alla. Lorsque les plantes poussèrent et que les épis se formèrent, la mauvaise herbe apparut aussi. Les serviteurs du propriétaire vinrent lui dire : «Maître, tu avais semé de la bonne semence dans ton champ : d'où vient donc cette mauvaise herbe ?» Il leur répondit : « C'est un ennemi qui a fait cela ». Les serviteurs lui demandèrent alors : «Veux-tu que nous allions enlever la mauvaise herbe ?» — « Non, répondit-il, car en l'enlevant vous risqueriez d'arracher aussi le blé. Laissez-les pousser ensemble jusqu'à la moisson et, à ce moment-là, je dirai aux moissonneurs : Enlevez d'abord la mauvaise herbe et liez-la en bottes pour la brûler, puis vous rentrerez le blé dans mon grenier » ».