vendredi 1 juin 2018

Sermon du Révérend Dom Jean Pateau

L'Eucharistie n'est pas un droit




Sermon du Très Révérend Dom Jean Pateau
Abbé de Notre-Dame de Fontgombault
Fontgombault,


Le 31 mai 2015
SOURCE : Rorate Caeli

Hoc est corpus meum ... Ceci Mon Corps ...


Chers frères et sœurs,
Mes Fils bien-aimés,

Après la Fête de la Pentecôte, quand la venue de l'Esprit a accompli la promesse du Père, selon laquelle les Apôtres ne resteraient pas orphelins, après avoir médité dimanche dernier le Mystère de la Sainte Trinité, la Fête du Corpus Christi contemple à nouveau le Mystère de la Sainte Eucharistie. Nous avons déjà commémoré l'Institution de ce Sacrement lors de la Messe à Cœna Domini [ Cène du Seigneur ], le Jeudi Saint, au début du Triduum.

L'Église nous replace devant ce Mystère, Elle présente le Sacrement en soi et non plus dans son institution. Quelles lumières pourrions-nous espérer obtenir d’un si grand mystère ? Devant les mystères de Dieu, il y a deux tentations dont aucune ne respecte les mystères. Ce mot, « mystère », indique qu'au-delà de ce qui est visible, la réalité de l'Eucharistie contient une dimension invisible et impossible à comprendre.

Une caractéristique naturelle de l'intelligence humaine est de s'efforcer de comprendre et même de tout comprendre. Pourtant, si nous considérons que nous pouvons tout expliquer à travers une réflexion théologique et que nous sommes satisfaits du sentiment que notre intelligence est comblée, cela signifie à la fois que nous ne respectons pas le mystère et que nous passons à côté de sa réalité. C'est la tentation maximaliste qui hisserait l'esprit au point qu'il comprend Dieu. Cependant, pouvons-nous jamais espérer enfermer Dieu dans les limites de notre esprit et concevoir comme nous le souhaitons Son mystère ?

L'autre tentation, celle qui est minimaliste, consiste pour l'intelligence à abandonner tout effort, en réduisant le mystère aux catégories ordinaires de l'esprit. Par conséquent, nous consentirions à concevoir que, dans le Sacrement de l'Eucharistie, le pain et le vin représentent le Corps et le Sang du Christ, mais nous n'accepterions pas que le Corps et le Sang du Christ soient réellement présents dans le Sacrement.

Qui peut parler de ce mystère ?

Saint Jean a gardé les paroles fortes de Jésus dans ce qu'on appelle communément le Discours sur le Pain de Vie :

« Car Ma Chair est une vraie nourriture et Mon Sang est une vraie boisson. Celui qui mange Ma Chair et boit Mon Sang demeure uni à moi et moi à lui [...] Voici donc le pain qui est descendu du ciel. Il n'est pas comme celui qu'ont mangé vos ancêtres, qui sont morts. Mais celui qui mange ce pain vivra pour toujours ». (Jean 6 : 56-59)

Mais qui pourrait nous offrir de manger la Chair et de boire le Sang du Seigneur ?

Saint Paul a dit aux Corinthiens les Paroles du Seigneur, telles que lui-même les avait reçues, quand le Seigneur a institué le Sacrement de l'Eucharistie :

Le Seigneur Jésus [...] prit du pain et, après avoir remercié Dieu, il le rompit et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites ceci en mémoire de moi. » De même, il prit la coupe après le repas et dit : « Cette coupe est la nouvelle alliance de Dieu, garantie par mon sang. Toutes les fois que vous en boirez, faites-le en mémoire de moi ». (1 Co 11 : 24-25)

Selon les paroles mêmes du Seigneur, après la Consécration, il y a, sous les signes du pain et du vin, Son Corps et Son Sang, pas ceux d'un cadavre, mais d'une créature vivante, le Vivant, le Christ qui demeure dans son humanité glorifiée auprès de Dieu, Lui-Même Dieu. Cette présence n'est pas liée à la croyance subjective de celui qui regarde ou adore le Sacrement, mais à l'existence objective du Seigneur, et au Commandement qu'Il a donné aux Apôtres de le faire à nouveau.

Les hérésies concernant l'Eucharistie n'ont pas manqué dans l'histoire de l'Église. Le résultat du discours sur le Pain de Vie montre que les Paroles de Jésus, loin d'être comprises comme une invitation ouverte à prendre part à ce nouveau genre de repas, ont conduit beaucoup de disciples à abandonner le Seigneur, comme ils le disaient : « Cette parole est dure ; et qui peut l'écouter ? » ( Jean 6, 60 ). Ces disciples avaient en effet compris que les Paroles du Seigneur étaient vraies, sans aucune métaphore. Pourtant, ces hommes et ces femmes manquaient de foi et d'humilité pour accepter le plan de Dieu.

C'est aussi la conscience de la vérité de ces paroles qui a conduit l'Église à énoncer des conditions précises concernant l'admission d'autres Chrétiens non Catholiques à ce Sacrement : une nécessité grave, « à condition de témoigner de la Foi Catholique en ce qui concerne ces Sacrements et posséder les dispositions requises » (CEC, n ° 1401, cf CIC, can 844, § 4)

Comme saint Paul a rappelé aux Corinthiens :

« Car si quelqu'un mange du pain et boit de la coupe sans reconnaître leur relation avec le Corps du Seigneur, il attire ainsi le jugement sur lui-même. (1 Co 11 :29)

L'Eucharistie n'est pas un droit à être justifié. C'est un Sacrement pour ceux qui sont humbles, qui acceptent le grand mystère dévoilé par le discours sur le Pain de Vie, pour ceux qui acceptent d'être nourris comme le Seigneur voulait les nourrir. C'est le viatique pour ceux qui peinent sur la route, qui implorent une augmentation de la vie de Dieu en eux-mêmes. Recevoir l'Eucharistie signifie que nous devrions vouloir vivre et être capables de vivre conformément aux Commandements de Dieu.

Mercredi le 4 avril, le Saint-Père a donné la conclusion suivante au cycle des catéchèses consacrées à la Messe, qu'il avait entamées l'année dernière le 8 novembre :

[...] Nous célébrons l'Eucharistie pour devenir des hommes et des femmes Eucharistiques. Qu'est-ce que ça veut dire ? Cela signifie permettre au Christ d'agir dans nos actes : que ses pensées puissent être nos pensées, ses sentiments les nôtres, ses choix nos choix aussi. Et c'est la sainteté : faire comme le Christ a fait, c’est la sainteté Chrétienne. Saint Paul l'exprime clairement, en parlant de sa propre assimilation à Jésus, et il dit ceci : « J'ai été mis à mort avec le Christ sur la croix, de sorte que ce n'est plus moi qui vis, mais c'est le Christ qui vit en moi ; car ma vie humaine, actuelle, je la vis dans la Foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et a donné sa vie pour moi ». (Gal 2 :20). C'est un témoignage Chrétien. [...] Les Chrétiens sont des hommes et des femmes qui, après avoir reçu le Corps et le Sang du Christ, permettent à leurs âmes de se dilater avec la puissance du Saint-Esprit ».

Que Marie, la Femme Eucharistique et la Mère de l'Église, guident ses enfants et les conduisent à recevoir avec humilité ce Mystère.

Amen, Alléluia.