vendredi 15 juin 2018

Journalisme d'enquête Autrichien

Un Évêque Autrichien a des compagnes
Et la direction de l'Église demeure silencieuse depuis 10 ans !




Rédigé par : Dr Maike Hickson

SOURCE : One Peter Five
Le 15 juin 2018


Aujourd'hui, le 15 juin, une histoire étonnante a éclaté en Autriche. Le magazine Autrichien NEWS a publié un article qui pourrait s'avérer dévastateur pour l'Église Catholique Autrichienne, en particulier pour son Président, le Cardinal Christoph Schönborn, ainsi que pour le Nonce Apostolique Autrichien, l'Archevêque Peter Stephan Zurbriggen. Mgr Alois Schwarz aurait eu des relations inappropriées avec deux femmes ; quelque chose que la direction de l'Église connaissait mais dont elle gardait le silence.

Comme le rapporte NEWS dans son numéro 24/2018, Mgr Alois Schwarz, Évêque de Gurk-Kagenfurt ( Kärnten / Carinthie ) et qui deviendra le 1er juillet prochain le nouvel Évêque de St. Pölten, entretient une relation inhabituelle avec deux femmes. L'une d'entre elles, Eva H., est sa femme de ménage de longue date qui travaillait déjà pour lui alors qu'il était encore Évêque Auxiliaire de Vienne. L'autre, Mme Andrea E. ( le nom est connu de One Peter Five ), travaille depuis des années à des postes de direction dans le Diocèse de l’Évêque Schwarz.

Le rapport de NEWS décrit la relation de l'Évêque avec sa gouvernante comme une « dépendance pathologique ». On dit que Mlle H. a non seulement géré toute la maisonnée, mais elle avait aussi des responsabilités vis-à-vis le personnel diocésain. Elle est décrite comme une sorte de « ministre des affaires intérieures ». Sur la base de nombreux récits de témoins oculaires et de lettres anonymes — dont certaines ont été envoyées aux médias ainsi qu'à Mgr Peter Stephan Zurbriggen, le Nonce Apostolique d'Autriche — le magazine raconte l’histoire de ce qui s'est passé quand Mgr Schwarz a permis à Andrea E. de gagner plus d'influence sur lui. Andrea E. était responsable de l'organisation des pèlerinages pour le Diocèse et elle gagnait de plus en plus de pouvoir, aliénant de nombreux employés, à tel point que cela a même été rapporté par les médias en 2017. « Aujourd'hui, il y a beaucoup de gens déçus » explique l'ancien Secrétaire personnel de l'Évêque Schwarz à propos de l'atmosphère dans le Diocèse. Les fidèles du Diocèse étaient de plus en plus « mal à l'aise » avec « l'affichage public de la proximité » entre l'Évêque et Andrea E., selon le rapport NEWS. Andrea E. est aussi appelée « Madame l’Évêque » parmi les employés dans le Diocèse, car elle est « clairement la patronne ». On dit que non seulement elle traite l'Évêque d'une manière rude, mais aussi d'autres employés « seulement plus brutalement ». En 2017, quand elle était la responsable du Centre d'Éducation Diocésain St. Georgen, presque toute l'équipe d'employés a quitté leur emploi.

Comme le décrit NEWS, il y a eu une relation jalouse entre ces deux femmes proches de l'Évêque ; cette tension a même conduit à des « engagements physiques » entre les deux femmes. Les gens qui travaillaient dans le Diocèse ont alors pensé que c'était « insupportable », selon une source qui a assisté à ce « ménage à trois ».

En attendant, Mgr Schwarz, selon NEWS, ferait occasionnellement des voyages avec Andrea E. à Vienne, afin de rester dans un appartement appartenant au Diocèse de Gurk-Klagenfurt et d'assister à un opéra. Mme E. aurait également rénové un pavillon de chasse appartenant au Diocèse pour des déplacements occasionnels avec l'Évêque.

Selon ces rapports, Mgr Schwarz permet aux femmes d'exercer une influence indue sur lui et, avec ça, sur les affaires diocésaines, ce qui à son tour a des effets néfastes sur l'atmosphère de travail et le personnel de tout le Diocèse. De tels scandales, d'ailleurs, ne restent pas sous la surface.

Selon NEWS, l'ancien Vicaire Général du Diocèse de Gurk-Klagenfurt, Gerhard Christoph Kalidz, a été renvoyé par Mgr Schwarz après avoir confronté l'Évêque avec deux lettres d'amour écrites par Andrea E.

L'Archevêque Zurbgriggen, le Nonce Apostolique d'Autriche, n'a jusqu'à présent pas répondu aux demandes des médias, selon NEWS. Il avait été informé, selon les informations parues à l'époque, des lettres d'amour compromettantes adressées à Mgr Schwarz en 2008.

Il y a dix ans — Schwarz était alors l'Évêque de Gurk-Klagenfurt — le « secret » sur les prétendues relations amoureuses de l'Évêque Schwarz avait rejoint le public lorsque le célèbre journal Autrichien Der Standard questionna directement l'Évêque dans une interview à propos de ces rumeurs. Le journal a ensuite demandé à l'Évêque : « Avez-vous une femme confidente proche de vous ? » Monseigneur Schwarz a alors répondu en disant qu'il y a des femmes « qui traitent avec moi et mon style de vie de manière respectueuse, qui prient avec moi et qui célèbrent l’Eucharistie avec moi ». Mais il réalisa, comme il a ajouté, « qu'il y a des gens qui perçoivent des sensibilités possibles [ sic ] d'une autre manière que moi ». « Si j'ai donné des raisons de suspicion, je suis désolé » a dit Schwarz pour la forme.

Der Standard est allé encore plus loin et a demandé à Schwarz au sujet d'une femme en particulier : « Et que dites-vous de cette femme qui n'a pas complètement quitté son service pour le Diocèse et de laquelle il est dit qu’elle a eu une relation intime avec vous. Est-ce vrai ? » L'Évêque répondit par des paroles évasives : « Cette responsable de département a eu une manière correcte de traiter avec moi » ; il a ensuite affirmé que cette femme avait quitté son emploi pour des raisons procédurales ( apparemment, sa période de congé sans solde — « Karenz » — était terminée ). Selon un rapport de Der Standard de juin 2008, cette femme avait écrit à l'Évêque Schwarz quelques lettres révélatrices de romance qui étaient à l'époque partagées avec la Conférence des Évêques Autrichiens ainsi qu'avec le Nonce Apostolique d'Autriche ; ces deux autorités ont choisi jusqu’à maintenant de ne pas agir sur cette question de manière publique et palpable.

Cependant, ce genre de réponse n'était pas encore suffisant pour le journal Autrichien. Son journaliste a demandé à Mgr Schwarz : « Quelles mesures prendrez-vous afin de supprimer de telles spéculations pour de bon ? » Le Prélat a obscurément répondu par ces paroles : « Je souhaite continuer ma voie du service spirituel en tant qu'Évêque pour l'Église avec ma force intérieure ». Il a également remercié les personnes impliquées pour leurs prières et a demandé à ceux qui ont une « solidarité critique » avec lui de parler ouvertement avec lui. C'est-à-dire, il a donné une sorte de non-réponse évasive. Il n'a certainement pas donné une réponse qui aurait éteint les doutes.

Ce qui troublerait tout observateur Catholique, c'est la question de savoir pourquoi, après tout ce temps, l'Évêque n'a toujours pas résolu ces relations scandaleuses même après en avoir été confronté en public.

Maintenant, dix ans plus tard, cette rumeur est toujours bel et bien vivante. Même avant la publication de ce rapport de NEWS, des sources bien informées nous ont parlé du facteur féminin dans la vie de l'Évêque Schwarz. Ces sources nous disent que cette relation continue est un « secret de polichinelle » en Autriche. « Tout le monde le sait, mais personne n'en parle publiquement » nous dit une source. Une autre source dit : « Même les chiens de Klagenfurt le savent ! »

Les effets négatifs de cette situation sont déjà palpables. Lorsque la nouvelle a été annoncée le 16 mai que Mgr Schwarz sera transféré à St. Pölten, certains commentateurs ont écrit dans des encadrés pour commentaires sur des sites : « Est-ce ce Schwarz qui a une petite amie ? » « [ Si oui ], je serais presque soulagé. Au moins quelqu'un qui aime les femmes ! » Dans la boîte de commentaire d'un autre article concernant cette nouvelle nomination, un commentateur demande : « Je me demande si Mme X [ nom retiré par One Peter Five ] déménagera aussi à St. Pölten ? » Huit lecteurs ont « aimé » ce commentaire.

Dans des commentaires qui se trouvent en bas d’un autre article sur cette décision en matière de ressources humaines de la part du Vatican, il y a plusieurs commentateurs qui discutent de la question de la « compagne de l'Évêque Schwarz » et de savoir si un prêtre devrait ou non avoir une femme. Une personne déclare « qu’elle peut comprendre les décisions en matière de ressources humaines de la part du Vatican ? »

Une autre personne commente : « La question est maintenant de savoir qui d'autre emménagera avec lui à Saint-Pölten ? » Ce commentaire est suivi d'une discussion pour savoir si Mgr Schwarz n'avait pas emmené quelqu'un à Klagenfurt en premier lieu quand il est arrivé de Vienne ( où il occupait la position de l’Évêque Auxiliaire de l'Archidiocèse de Vienne, Autriche ). L'échange se déroule comme suit :

Ce ... n'est pas entièrement vrai. On lui a demandé d'aller à Kärnten [ Carinthie ]. Le « problème Viennois » [ Eva H. ] l'a suivi, non pas selon un plan, comme ça peut être entendu selon des sources bien informées. Dans la joyeuse ville de Klagenfurt, on a alors doublé ( au moins ) cette confusion.

Revenons au rapport NEWS sur cette affaire Schwarz : le magazine écrit aussi que Mgr Schwarz avait récemment employé un ancien agent des renseignements, Gert-René Polli, pour « trouver des points faibles dans le diocèse », selon l'explication officielle. Cependant, selon NEWS, cet homme était plus impliqué dans la recherche de qui dans le diocèse était critique de l'Évêque et de ses actes — c'est-à-dire, il était plus impliqué dans l’« espionnage des employés » et, selon les paroles d'une source, dans la découverte des « taupes » dans le Diocèse. Un pasteur du diocèse a même publié le 23 avril de cette année sur son Facebook le commentaire suivant : « Moi et ma famille avons été espionnés par mon propre patron avec l'aide d'un ancien agent des renseignements ! »

Une autre partie de l'histoire, comme le rapporte le site Autrichien Kath.net, est liée au fait que Mgr Schwarz ait caché un diacre dans son diocèse qui est maintenant accusé d'avoir abusé sexuellement d'un jeune homme.

L'installation officielle de l'Évêque Schwarz à St. Pölten est fixée au 1er juillet. Le Cardinal Schönborn, qui est le Président de la Conférence des Évêques Autrichiens, doit ensuite également venir à St. Pölten. Il pourrait avoir à répondre à ce moment-là à quelques questions pointues. Certains des futurs collaborateurs du Diocèse de St. Pölten, qui ne sont pas habitués à une telle situation nouvelle, pourraient aussi poser eux-mêmes des questions pertinentes et honorables.

One Peter Five a également contacté les Bureaux de Presse du Pape François et du Cardinal Schönborn il y a quelques semaines pour leur demander leurs commentaires. Nous n'avons reçu aucune réponse ni de l'un ni l'autre.

Jusqu'au 1er juillet, il y aura assez de temps pour que le Pape François apprenne la vérité et dissipe ensuite ces rumeurs — soit par la destitution de cet Évêque, soit par une enquête approfondie sur ces allégations. Ou, autrement, il pourrait avoir encore un autre fardeau lourd sur ses épaules.

Pourquoi le Pape — et avec lui le Cardinal Christoph Schönborn, Président des Évêques Autrichiens — ignorent-t-il effectivement un tel scandale moral au lieu de le traiter franchement et avec virilité ? Est-ce ainsi que la Foi Catholique retrouvera sa force ?

Dernièrement, le Pape François a été confronté à un certain nombre d'embarras, dont il ne semble même pas vouloir parler ( par exemple, le scandale du Cardinal Maradiaga ). Comme vient de le souligner Sandro Magister, le plus respecté spécialiste du Vatican d'Italie, trois membres du Conseil Papal des Neuf Cardinaux semblent dans l’eau chaude. La plupart de ces Cardinaux compromis sont impliqués, d'une manière ou d'une autre, directement ou indirectement, dans des cas de violence sexuelle. Jusqu'à présent, le Pape n'a pris aucune mesure pour les expulser de leur fonction dans un acte punitif. Le Cardinal Francisco Errázuriz, par exemple, qui a été accusé de camoufler le prêtre Chilien abuseur, le Père Fernando Karadima, vient d'assister à la réunion de juin du Conseil des Neuf Cardinaux à Rome. Ensemble avec le Pape François.

Ça demeure une question ouverte à savoir si le Cardinal Schönborn — ou le Vatican — a tout intérêt à prendre des mesures pour minimiser ces scandales — ou leur apparence — et à nommer des hommes qualifiés et capables à l'épiscopat.