samedi 23 juin 2018

L'utilisation de l’acronyme LGBT
dans les documents du Synode des Jeunes « est un gros problème »



Par : Doug Mainwaring

Vendredi 22 juin 2018 — 7:22 pm EST
-
SOURCE : Life Site News





ROME, Italie, 22 juin 2018 (Life Site News) — Pour la première fois dans l'histoire, les responsables du Vatican ont apparemment adopté l'idée que certaines personnes naissent gays, lesbiennes, bisexuelles et transgenres via l'inclusion du terme « LGBT » dans le document préparatoire pour le prochain Synode sur la Jeunesse du Saint-Siège.

Les organisations Catholiques pro-LGBT ont salué cela comme une étape importante. Le Père James Martin, SJ, le prêtre qui est à la pointe de la promotion de la normalisation de l'homosexualité et du transgenderisme au sein de l'Église, a observé avec justesse que pour les Catholiques orthodoxes « il sera plus difficile de protester maintenant ».

L'inclusion du terme par Rome a été accueillie avec une réaction immédiate et puissante.
Gros problème, grosse erreur.


« C'est un gros problème. Nous n'utilisons pas le langage politique des droits des homosexuels et du mouvement qui lui est associé quand nous analysons la nature de l'homme et la nature du péché » a déclaré le Père Gerald Murray, s'exprimant à l’émission The World Over de EWTN. « L'Église Catholique n'accepte pas qu'il existe une catégorie d'êtres humains créés par Dieu pour commettre des actes homosexuels ».

« Nous ne croyons pas que les personnes bisexuelles existent dans le sens de dire : « Dieu a fait certaines personnes qu'Il veut avoir des relations sexuelles avec des hommes et des femmes » ». Murray a continué. « Nous ne croyons pas au transgenderisme. L'Église Catholique n'enseigne pas que Dieu a fait certaines personnes des femmes mais leur a donné un corps masculin, et par conséquent elles doivent découvrir qu'elles sont des femmes en surmontant leurs corps masculins. Nous ne croyons en rien de tout cela ».

LGBT « est un terme de propagande politique » a-t-il ajouté. « L'utilisation de ce terme dans ce document signale un accord selon lequel toutes ces catégories existent en tant que catégories de personnes naturelles et données par Dieu. Grande erreur ».

Qui a inséré le terme LGBT dans le document Synode Jeunesse ?

Le Cardinal Lorenzo Baldisseri, Secrétaire Général du Synode des Évêques, a expliqué lors d'une conférence de presse que l'acronyme LGBT avait été tiré du document pré-synodal compilé par les jeunes lors de leur rencontre avec les organisateurs du Pape et du Synode les 19-24 mars. Les organisateurs du Synode ont été « très diligents pour prendre en compte le travail accompli par les Conférences Épiscopales, mais surtout les résultats de cette rencontre avec les jeunes, dont ils étaient les protagonistes ».

La véracité de sa déclaration a été vivement contestée.


« Juste pour mémoire, le document du Synode n'a pas utilisé l'acronyme « LBGT » a noté Jennifer Roback Morse, Ph.D., fondatrice et Présidente de l'Institut Ruth, qui s'efforce d'aider les « survivants » de la révolution sexuelle mondiale.

« Donc, non Cardinal Baldisseri, ce n’est pas juste de blâmer les jeunes » a déclaré Morse à Life Site News. « L'acronyme « LGBT » est dans le document de travail parce que certains adultes le mettent là pour des raisons qui leur sont propres. Si le Cardinal et les autres veulent dire qu'ils pensent que l'adoption d'une identité « gay » est une bonne et utile étape pour un jeune, il faut le dire clairement ».

Le Président de l'Institut Foi et Raison, Robert Royal, a reconnu que l'acronyme « LGBT » n'apparaissait pas dans les documents soumis au Vatican, mais qu'il a été ajouté au document de travail Instrumentum Laboris par quelqu'un travaillant au Vatican.


« Tout comme avec le Synode sur la Famille, beaucoup d'entre nous ont regardé les documents préparatoires pour cette raison aussi, et il y a une sorte de sociologie de qualité B-moins qui continue » a dit Royal, « où vous commencez avec la terminologie et la compréhension qui est là dans la culture, et bien sûr il est très difficile quand vous commencez sur le terrain de l'autre gars à revenir au Catholicisme. Vous savez, vous jouez leur jeu. C'est un jeu à l'extérieur de vos plates-bandes que vous jouez ».

« Donc, je détecte le même genre de chose qui se passe ici » a poursuivi Royal. « Peut-être que les gens ont de bonnes intentions en incluant cela ( LGBT ). C'est quelque chose qui doit être confronté ... Mais commencer à utiliser le langage de la culture ne présage pas bien quelles seront les conséquences ».

L'utilisation par le Vatican du terme « LGBT » est « naïvement stupide et / ou malveillant »


« Si le document du Vatican utilise l'abominable acronyme LGBT pour « les personnes ayant des attirances envers le même sexe », ce serait involontaire, stupide et irresponsable » a déclaré le Dr Gerard van den Aardweg dans une déclaration à Life Site News. « Considérant les tentatives apparentes au sein de l'Église de vendre les mensonges de l'idéologie gay, cependant, il se pourrait bien que ce soit un mouvement intentionnel. Dans ce cas, c'est sournois et immoral ».

Van den Aardweg est un psychologue et psychanalyste Hollandais qui a sonné l'alarme au sujet de la normalisation de l'homosexualité pendant la plus grande partie de sa brillante carrière de 50 ans.

Dans les deux cas, le document trompe silencieusement mais efficacement les jeunes ignorants et naïfs, suggérant (1) que les personnes « sont simplement » homosexuelles, lesbiennes, bisexuelles ou transsexuelles par nature, comme des variantes naturelles de la sexualité, et (2) qu'elles doivent être « acceptées » en tant que telles, au sens donné à ce mot dans la société laïque.

Que ce soit intentionnellement ou non, l'adoption du terme de propagande homosexuelle LGBT renforce l'acceptation existante et alarmante de l'idéologie gay par la jeune génération Catholique. Exceptions faites, cette jeune génération n'a pas été éduquée sinon superficiellement dans les vérités fondamentales doctrinales et morales Catholiques, elle est donc très vulnérable aux séductions d'idéologies attrayantes. Plus lourd encore est l'irresponsabilité au sein du Vatican.

Les jeunes ayant des problèmes de même sexe reçoivent le feu vert pour s'abandonner au mode de vie homosexuel auto-dégradant, ce qui est la voie de leur défaite émotionnelle et morale ; et on apprend aux jeunes qui sont sans ces problèmes à voir la moralité sexuelle comme relative. Vos sentiments peuvent décider de ce qui est bien ou mal. La normalisation gaie creuse inévitablement la moralité sexuelle de la vaste majorité hétérosexuelle.

Dr. van den Aardweg a ajouté :

Je veux souligner une autre implication de cette utilisation naïvement stupide ou malveillante du mot gay LGBT. 40% des hommes ayant des désirs homosexuels sont plus ou moins dirigés vers des adolescents, ils ont des tendances « pédérastes ». Dans les médias, ils sont appelés « pédophiles » lorsqu'il s'agit de molestation de juvéniles. Et les pédophiles homosexuels qui sont attirés par les garçons pré-pubertaires, peut-être 5% des hommes attirés par le même sexe, peuvent occasionnellement contacter des garçons adolescents. Donc, si « le Vatican » veut normaliser les LGBT, il normalise aussi les pédérastes et les pédophiles, à savoir une grande partie des personnes de même sexe qui est maintenant cachée dans les lettres G et B. Si le Vatican veut utiliser les lettres gay, laissez-le ensuite ajouter deux P : le P des pédérastes, et le P des pédophiles. Et que ce soit LGBTPP.

Les Catholiques séduits par le même sexe réagissent


« Les dirigeants de l'Église Catholique Romaine ont-ils cédé au zeitgeist réductionniste de notre époque, c'est-à-dire que les êtres humains ne sont rien de plus que la somme de nos préférences sexuelles ? » a demandé Thomas Berryman dans une déclaration à Life Site News.

« L'Église s'est toujours abstenue d'utiliser un tel langage, voyant la personne humaine, comme le disait le Père John Harvey ( le fondateur de l’Apostolat Courage ), comme « une créature faite à la ressemblance et à l'image de Dieu, avec une intelligence et un libre arbitre destinés à la vie éternelle et, lorsque baptisé, être un frère ou une soeur du Christ » a déclaré Berryman. « Utiliser le terme LGBT représente une autre étape, intentionnelle ou non, dans le processus en cours, accélérant rapidement de normaliser ce qui n'est pas normal, c'est-à-dire l'homosexualité, la bisexualité et le transgendérisme.

Berryman a continué :

Je ne sais pas si cette dégradation provient du fait d’accepter une vision dégradée de la condition humaine ou un désir de gagner l'approbation du monde. Personnellement, je ne me vois pas comme un adjectif. Je ne suis pas gay. Je suis un enfant de Dieu qui souffre d'attirance envers le même sexe. Je considère cela comme une croix à porter, un exercice de « souffrance rédemptrice », me liant à la moindre indication à la souffrance que Notre Seigneur a éprouvée.

L'Instrumentum Laboris pour le prochain Synode des Jeunes, comme les documents de travail pour les deux rencontres des Synodes sur la Famille, est un exemple des leaders de l'Église qui habilitent les mœurs de la révolution sexuelle. Dire que je suis déçu est un euphémisme massif. Il est déjà assez difficile de défendre les enseignements de l'Église contre le monde. Il est encore plus difficile de défendre les enseignements de l'Église contre certains des dirigeants les plus éminents de l'Église.


« « Les jeunes LGBT » est une étiquette au sein d'une étiquette », a observé Paul Darrow, l'un des trois Catholiques chastes attirés par le même sexe, dans le film « Desire of the Everlasting Hills » [ Désir des Collines Éternelles ], produit par l'Apostolat du Courage. « Ces étiquettes sont comme peinturer au pistolet pour un photographe. Entre de mauvaises mains, ils peuvent retoucher la belle essence de l'image originale du créateur ».

« Quand nous adoptons des étiquettes qui décrivent nos intérêts sexuels, nous permettons que notre véritable identité soit déformée » a poursuivi Darrow. « L'Église Catholique nous enseigne que l'identité de l'homme se trouve dans le Christ et non dans nos désirs mondains. Commémorer le label « Jeunesse LGBT » dans un document du Vatican semble dangereusement contre-productif. Il rend les athées et les activistes homosexuels étourdis de joie, sape les enseignements de l'Église et décourage ceux d'entre nous qui s'efforcent de dépasser notre identité homosexuelle pour devenir plus complète en Christ ».



« Écouter respectueusement les autres ne signifie pas que nous suspendons notre propre jugement et que nous nous substituons aux leurs » a déclaré Roback Morse. « L'Église Catholique a toujours insisté sur le fait que chaque personne, indépendamment de ses inclinations sexuelles ou de son comportement, trouve son identité ultime en tant que fils ou fille bien-aimée, rachetée par Jésus-Christ ».

« Rien de nouveau n'est arrivé au Synode sur la Jeunesse pour changer cette réalité, ou la philosophie, la métaphysique ou la théologie qui la sous-tend et l'interprète » a-t-elle ajouté. « Au cours des dernières semaines, j'ai rencontré deux jeunes hommes qui recherchent la clarté de l'Église, pas sa capitulation culturelle ».