dimanche 17 juin 2018

Un responsable du Vatican explique pourquoi
le Cardinal Parolin a assisté à la rencontre de Bilderberg


Le Cardinal Pietro Parolin célèbre la Messe à la Basilique Saint-Pierre
Le 27 avril 2017

Sommaire

Après beaucoup de délibérations, le Secrétaire d'État du Vatican a décidé de participer à la transmission de l'enseignement social Catholique à ceux qui ne l'entendraient pas autrement.



Par : Edward Pentin
Le 15 juin 2018

SOURCE : National Catholic Register





Le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Vatican, a accepté une invitation à la rencontre controversée et secrète de Bilderberg au début du mois afin de transmettre l'enseignement de l'Église à un groupe qui ne l'aurait pas entendu autrement, a déclaré un fonctionnaire du Vatican .

Le responsable du Vatican, sous le couvert de l'anonymat, a déclaré que les organisateurs Italiens ont été insistants à offrir une invitation au plus haut responsable du Vatican après le Pape François lors de l'événement de cette année, qui s'est déroulé du 7 au 10 juin à Turin.

« Le Cardinal a décidé de prendre part après que les organisateurs Italiens l'eurent invité avec insistance à la réunion il y a six mois » a expliqué le responsable. « Il y a longtemps réfléchi et, après avoir consulté les personnes nécessaires, il a décidé d’y participer ».

Parmi les principaux sujets de discussion à la 66e réunion figuraient le « populisme en Europe » « le défi de l'inégalité » et « le monde « post-vérité » ».

Fondée en 1954 à l'Hôtel de Bilderberg à Oosterbeek, aux Pays-Bas, la réunion Bilderberg a suscité la controverse pour sa nature secrète et au prétendu agenda mondialiste, un tel programme que les critiques disent qu’il pousse pour des frontières ouvertes et un gouvernement mondial.

Mais les organisateurs véhiculent une organisation plus bénigne dans laquelle les politiciens, les hommes d'affaires, les universitaires et les médias peuvent se réunir pour « favoriser le dialogue entre l'Europe et l'Amérique du Nord » sur les grands problèmes auxquels le monde est confronté.

Les réunions sont tenues en vertu de la règle de Chatham House qui stipule que les participants sont libres d'utiliser les informations reçues, mais ni l'identité ni l'affiliation à un participant peuvent être révélées.

L'organisation, actuellement présidée par l'homme d'affaires Français Henri de Castries, soutient que le caractère privé de la rencontre signifie que les participants « ne sont pas liés par les conventions de leur charge ou par des positions pré-convenues ». Cela leur donne l’occasion d’écouter, de réfléchir et de recueillir des idées » dit-il, et il n'y a donc « aucun résultat souhaité ».

Dans ses commentaires du 15 juin au National Catholic Register, le responsable du Vatican a souligné que Parolin « n'a pas demandé d'aller à l'événement, mais a décidé d'y assister après un « long processus de consultation ». Il a dit qu'il ne savait pas pourquoi les organisateurs insistaient, sauf que c'était probablement parce que le Pape François est une « voix importante » sur la scène mondiale.

Le Secrétaire d'État du Vatican y a participé « pendant une courte période — environ une heure et trois quarts » a-t-il révélé, au cours de laquelle le Cardinal a prononcé une allocution sur la « Doctrine sociale de l'Église » suivie d'une séance de questions.

Le Pape était certainement au courant de la participation du Cardinal, a déclaré le responsable, et le Cardinal était « pleinement conscient de la nature controversée » de l'événement, mais qu'il était encouragé d'avoir déjà rencontré de nombreux participants dans « d'autres contextes ».

« Il connaissait déjà certains des gens, des premiers ministres et ainsi de suite » a déclaré le responsable.

L'existence de l'événement Bilderberg est devenue plus connue en 2010 quand on a créé un site web. Jusque-là, les supposés participants niaient l'existence de l'événement annuel bien que l'organisation tenait des conférences de presse à la veille de chaque réunion annuelle « pendant plusieurs décennies jusqu'aux années 90 » mais les a abandonnées après un « manque d'intérêt ».

La couverture médiatique continue d'être interdite afin d'encourager le dialogue bien que des personnalités des médias aient été invitées à y participer.

De nombreuses personnalités ont participé à la réunion au fil des ans. Les anciens délégués comprenaient Henry Kissinger, George H. W. Bush, Bill et Hillary Clinton, la Chancelière Allemande Angela Merkel, l'ancien Premier Ministre britannique Tony Blair et l'ancien Président exécutif de Google, Eric Schmidt. Parmi les personnalités médiatiques participantes cette année ( et les années précédentes) figuraient la chroniqueuse du Wall Street Journal Peggy Noonan et John Micklethwait, rédacteur en chef de la télévision Bloomberg.

Le responsable officiel du Vatican a écarté les inquiétudes concernant le caractère secret de l'événement affirmant que la règle de Chatham House est bien connue et largement utilisée. « Diverses autres réunions ont les mêmes règles » a-t-il déclaré. La réunion de Bilderberg indique que les participants sont libres de discuter de la réunion et de le faire chaque année, mais ils sont invités à ne pas se citer mutuellement.

Certains ont spéculé que l'événement de cette année avait pour but de discuter de la façon de contrecarrer les mouvements nationalistes et populistes croissants, vus le plus clairement dans l'élection du Président Donald Trump, le Brexit et les récentes élections en Italie qui ont vu deux partis populistes prendre le pouvoir.

Le responsable du Vatican a déclaré qu'il « ne pouvait pas en dire plus » sur le sujet, réitérant que le Cardinal était là « pour transmettre simplement l'enseignement social Catholique » et pour « porter la voix de l'Église à des gens qui ne l'entendraient pas autrement ».
Bien que le fonctionnaire n'ait pas été présent avec le Cardinal, il a dit qu'il croyait que son discours et ses remarques ont été « très bien reçus ».

Le National Catholic Register a contacté les responsables de la rencontre Bilderberg pour demander pourquoi les organisateurs étaient si insistants à ce que le Cardinal participe et si ce dernier cherche à promouvoir un agenda mondialiste, mais ils n'ont pas encore répondu.