mardi 26 juin 2018

Persécution et propagande anti-Catholique

.

Toutes les fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de Mes frères,
c'est à Moi que vous l'avez fait.
— Matthieu 25 :40



Écrit par Theresa Marie Moreau

Theresa Marie Moreau est l'auteur de « Sang des martyrs : Les moines trappistes dans la Chine communiste », « Misery & Virtue » et « Une incroyable vie : 29 ans à Laogai, » qui se trouve en ligne et à TheresaMarieMoreau.com.


Le 8 mars 2018
SOURCE : The Remnant




NOTE DE L’AUTEUR

Depuis plusieurs années, alors que les attaques contre l'Église Catholique se sont accélérées dans un monde de plus en plus socialiste, des sources de nouvelles ont publié et diffusé des articles sensationnels sur des bébés morts enterrés dans des chambres souterraines dans des domaines Catholiques. à Tuam, en Irlande, et Smyllum Park Orphanage, à Lanark, en Écosse.

Avec du verbiage anti-catholique, les journalistes ont publié des articles — apparemment ne laissant jamais les faits entraver une bonne histoire — calomniant des prêtres et des nonnes avec des histoires vicieuses et des insinuations d'abus et de tortures, élaborées et hyperbolisées avec des mots tels que horreur, horrible, sinistre et brutal.

Mais dans les rapports, il y avait quelque chose d'étrangement familier. Des récits similaires peuvent être trouvés dans les œuvres historiques qui remplissent de vieux volumes aux pages jaunies tirées des étagères. Il y a plus de 60 ans, les mêmes fausses accusations ont été lancées contre les missionnaires Catholiques en République Populaire de Chine après la prise du pouvoir par les Communistes.

Voici ce qui est arrivé ... Theresa Marie Moreau




†††

Des bébés. Syphilitiques, illégitimes, déformés, indésirables, malades, aveugles.

Abandonnés. Jetés de côté dans les ruelles des villes chinoises, le long des chemins de terre des villages isolés, au sommet des dunes de poussière sur les étendues venteuses du désert, parmi les passages remplis de roches au sommet des montagnes, parmi des tombes vides de cimetières silencieux.

Assassinés. Jetés à la poubelle, disposés pour les chiens sauvages, jetés dans les rivières, lancés dans des puits, étouffés avec du papier imbibé de vinaigre, affamés, enterrés vivants.

Telle était la vie et la mort macabre qui ont accueilli les missionnaires Catholiques à leur arrivée en Chine continentale pendant la première moitié du XXe siècle, lorsque leurs appels ont mis en pratique le Deuxième Grand Commandement du Christ : Aimez votre prochain comme vous-même — une compassion supranationale et surnaturelle pour toutes les créatures de Dieu.

Dans les villes et les villages Orientaux, les femmes Occidentales dans leurs voiles et habits gracieux, ouvrirent des orphelinats et des dispensaires pour répondre à un besoin désespéré, pour réconforter, aider et protéger les plus petites et les plus faibles victimes de la négligence et de la cruauté humaines : les bébés abandonnés.

D'innombrables enfants, surtout des filles, sont arrivés aux missions. Certains trouvés vivants par des étrangers, parfois des policiers. Certains livrés dans le noir de la nuit à la porte ou dans un panier laissé à l'extérieur comme des paquets. Certains ont été secourus par des paroissiens âgés, qui ont reçu quelques centimes pour chaque bébé trouvé lors des fouilles quotidiennes des tas d'ordures, des bords de l'eau et des coins sombres.

Trop peu furent sauvés avant qu'il ne soit trop tard, la plupart n'ont jamais survécu aux débuts brutaux de leur vie innocente. Trop malades. Trop déchiquetés. Trop mal nourris. Trop au-delà de la vie. La plupart, plus de 70%, sont arrivés dans les maisons pour enfants abandonnés trouvés morts ou presque morts.

N’écoutant que la charité, les religieuses ont fait de leur mieux dans les pires circonstances possibles. Avec les petits corps impuissants dans leurs bras, croyant à l'immortalité de l'âme, les religieuses baptisèrent les mourants dans leur travail Angélique. Pour les morts, un ultime réconfort, un enterrement respectueux pour une âme mal respectée. Dans le cimetière Catholique privé de la mission, une tombe commune a été mise de côté pour les nombreux enterrements des nombreux bébés morts.

En plus des arrivées, jour après jour, les sœurs altruistes — sous le stress constant, avec des ressources et des nerfs étirés, psychologiquement abattues et cicatrisées émotionnellement — luttaient contre la menace omniprésente des maladies mortelles et des infections, comme la rougeole, la coqueluche, la petite vérole, la polio, la tuberculose, la grippe, la pneumonie et la pleurésie, entre autres, qui ont volé d'innombrables vies.

Heureusement, certains ont survécu et même prospéré. En 1949, 254 orphelinats Catholiques en Chine continentale ont pris soin de 15 698 enfants mis au rebut.

Mais c'était avant que le régime du parti Communiste ne prenne le contrôle du pays.

Lorsque les Rouges s'emparèrent du pouvoir, en 1949, ils promirent la liberté de religion et la protection des biens des étrangers ; cependant, en tant que nouveaux maîtres, ils ont commencé méthodiquement un inventaire national, avec une mise à jour constante, dans toutes les sphères de la société sur laquelle ils ont régné. Ils voulaient une comptabilité complète, car sous le régime Communiste tout et vraiment tout le monde est contrôlé sinon détenu par le gouvernement populaire.

Au cours de la première année environ, les régimes visitèrent chaque maison, entreprise et institution, rédigèrent des notes détaillées et des listes détaillées de biens et de personnes : étrangers et nationaux, propriétaires fonciers et paysans, bourgeois et ouvriers, contre-révolutionnaires et révolutionnaires.

Une fois ce travail achevé, selon les zones, les autorités mettent en mouvement leur contrôle sur la population et les possessions. Après les purges de leurs ennemis politiques afin de semer la peur dans les masses, le régime a commencé à appliquer la redistribution des richesses dont beaucoup ont glissé dans les poches de leur propre parti.

Les Communistes voulaient que tous les biens immobiliers privés et tous les biens personnels de valeur soient rendus à l'État, le gouvernement populaire, qui était responsable de la production et de la distribution des biens.

Voici quelques-uns des décrets :

  • Toutes les institutions dirigées par des étrangers devaient nommer des directeurs Chinois avant le 17 décembre 1950 ;

  • Toutes les organisations recevant des fonds des États-Unis d'Amérique, considérées comme des diables impérialistes, devaient être reprises par l'Association Centrale Chinoise de Secours, tel que décrété par le Conseil National d'État de la Chine Communiste, le 29 décembre 1950 ;

  • Tous les propriétaires, Chinois ou étrangers devaient envoyer leurs titres et leurs actes au gouvernement populaire, au plus tard le 6 février 1951 ;

  • Toutes les entreprises et institutions contrôlées directement par des étrangers ont été chargées de taxes excessives et de réglementations excessives, afin d'assurer une insolvabilité rapide et inévitable ;

  • Et pour tous les autres, les autorités ont entrepris un autre type de coercition : dans une politique de peur et d'intimidation, elles ont accusé les propriétaires de crimes inventés de toutes pièces, elles ont déformé leurs situations pour les déposséder de leurs possessions. Les victimes se sont trouvées attaquées, avec de fausses accusations exagérées dans les médias appartenant à l'État et exploitées à des fins de propagande.

    Celles qui dirigeaient des orphelinats Catholiques se sont trouvées attaquées.

    †††

    Après que les Communistes se soient installés et aient pris le contrôle de Canton ( ancienne forme de Guangzhou ), capitale de la province de Kwangtung ( ancienne forme du Guangdong ), ils ont effectué une visite officielle, le 26 janvier 1951, à la Société des Sœurs Missionnaires de l'Immaculée Conception — pour leur servir un mandat de perquisition.

    Tout le monde reçut l'ordre de rester sur place et de ne pas bouger, et les soldats postaient des sentinelles à la sortie pour s'assurer que personne ne puisse s'échapper. Alors que certains des soldats ont passé en revue chaque centimètre de la mission, plus d'une douzaine d'autres ont interrogé des orphelins, essayant de les contraindre à accuser les Sœurs de cruauté.

    « Avouez que les Sœurs vous ont maltraité » a demandé un soldat.

    « Les sœurs sont nos mères. Elles nous aiment plus que nos propres parents qui nous ont abandonnés. Nous aimons les Sœurs de tout cœur » ont déclaré les enfants.

    « Honte à vous, les enfants ! Pourquoi aimez-vous ces malheureuses étrangères qui sont venues ici pour tuer les enfants et voler notre argent? Elles prétendent qu'elles sont venues en Chine pour faire du bien au peuple, mais ce sont des hypocrites qui se couvrent du masque de la charité ».

    « Les Sœurs nous ont sauvés quand nos parents n'avaient plus d'intérêt pour nous. Nous aimons les Soeurs. Elles sont gentilles et aimables. Nous ne voulons pas qu'elles nous soient enlevées ! »

    Dans l'après-midi, avec les soldats Communistes encore à la mission, une femme locale est arrivée pour venir porter son bébé, puis une autre est arrivée et une autre et une autre toute la journée : une fille de 5 jours convulsée par le tétanos ; une petite fille prématurée mutilée ; un enfant de 6 mois souffrant d'une pneumonie suivie des complications d'un accès de rougeole ; un nourrisson maladif et sous-développé ; et un nouveau-né avec du pus vert suintant des restes du cordon ombilical coupé dans des conditions insalubres.

    Les soldats en charge grimaçaient et grinçaient à la vue des bébés malades et mourants.

    « Quand partez-vous? » demanda l'un des soldats.

    « Partir où ? » demanda l'une des religieuses, Sœur Saint-Victor.

    « Pour votre propre pays, bien sûr ».

    « Nous ne partons pas. Les orphelins sont nos enfants ; sans nous, ils seraient complètement impuissants, alors nous avons décidé de rester ».

    À six heures et demie du soir, les soldats ont fait signer à la Sœur Supérieure Saint-Alphonse-du-Rédempteur et à son assistante, Sœur Sainte-Marie-Germaine, des documents selon lesquels rien n'a été saccagé ou volé pendant la perquisition ; cependant, les hommes ont emporté avec eux les livres de compte, le registre des baptêmes et un registre des enfants susceptibles de survivre.

    Mais avant de partir, les autorités ont exigé et reçu un compte rendu du nombre de réceptions quotidiennes des bébés, de la manière dont ils ont été amenés à l'orphelinat, du nombre de décès quotidiens et du mode d'inhumation.

    Selon les notes des sœurs, entre le 14 octobre 1949 ( le jour où les Communistes ont repris Canton ) et le 10 janvier 1951, l'orphelinat a reçu 2 651 enfants, tous abandonnés et laissés à mourir, plusieurs abandonnés le long du chemin par des réfugiés fuyant le continent et son régime.

    Les bébés qui n'ont pas survécu ont été enterrés, ce qui était censé être leur dernier lieu de repos, dans une fosse commune dans le cimetière, parsemée de chaux vive, comme l'exige la loi, puis une énorme plaque de pierre a été glissée sur le dessus de la fosse.

    Bien que 2 116 soient morts, 535 ont survécu à la mission établie, en 1909, par la Société des Sœurs Missionnaires de l'Immaculée Conception, un Ordre religieux fondé le 3 juin 1902, à Notre-Dame-des-Neiges, Montréal, Canada.

    Les sœurs ont ensuite créé l'orphelinat du Sacré-Cœur, le Holy Infant Foundling Home [ le Foyer du Saint-Enfant pour abandonnés ], deux écoles et une léproserie, avec deux puits d'eau douce et de l'électricité.

    Situés à l'extérieur de la ville, les bâtiments de la mission, avec la crèche sur une petite colline, étaient spacieux et bien ventilés avec de grandes fenêtres, tous rendus possibles grâce aux dons philanthropiques de Boon-Haw Aw ( 1882-1954 ), connu sous le nom de Tiger Balm King. Tous les enfants avaient leurs propres lits, tous les bébés avaient leurs propres crèches et tous dormaient couverts de leur propre moustiquaire.

    Avec 60 bébés de moins de 1 an, 33 entre 2 et 5 ans et 34 entre 5 et 18 ans, pour s'assurer que tous les nourrissons soient bien soignés, les religieuses ont mis en place un système où huit adolescentes plus âgées ont été désignées comme des petites mères. Chacune prenait soin d'une couvée de cinq bébés.

    À la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque l'Administration des secours et de la réhabilitation des Nations Unies a distribué des secours, les médecins et les infirmières occidentaux ont minutieusement inspecté les lieux et félicité les religieuses pour leur efficacité et la propreté générale des installations. La cuisine était impeccable et toutes les préparations et bouteilles étaient stérilisées.

    Après que les Communistes eurent terminé leur enquête, les religieuses demandèrent si elles devaient continuer leur travail. Non seulement elles ont été félicitées pour leur service, mais elles ont été encouragées à continuer comme avant. Les religieuses ont donc repris leurs tâches quotidiennes, comme le permettaient et les exhortaient les autorités.

    Cependant, par la suite, chacun des orphelins a reçu l'ordre de se rendre au siège de la police, où ils ont été photographiés pour des dossiers officiels et interrogés à l'infini tandis que les autorités tentaient sans succès de contraindre les enfants à porter des accusations contre les sœurs.

    Et puis le 7 février 1951, les sœurs se sont retrouvées attaquées dans les journaux. Les Communistes ont accusé les femmes d'être responsables de tous les 2 116 décès des bébés, même ceux qui étaient arrivés à la porte déjà morts.

    La première attaque a été suivie d'une autre, le 28 février 1951, lorsque les journaux du régime ont publié un éditorial qui éviscérait les sœurs. En partie, on pouvait lire :

    « Cet orphelinat, ouvert en 1933 avec de l'argent provenant d'organisations Catholiques internationales, symbolise le masque hypocrite des Impérialistes dans leur complot systématique d'agression sous prétexte de travail de charité. Délivrons notre prochaine génération de la main de ces escrocs qui ont des visages charitables et des cœurs de serpents ! »

    L'éditorial de propagande anti-Catholique a agité les masses. Les journaux ont imprimé des lettres, supposément de lecteurs indignés qui ont exigé que les autorités enquêtent et punissent les Impérialistes. A côté des lettres, il y avait des histoires de journaux avec des récits exagérés qui étaient plus de la fiction que des faits : à savoir que les religieuses vivaient dans le luxe, que les orphelins étaient moins bien traités que des humains, que les Sœurs recueillaient les yeux des orphelins pour fabriquer la médecine traditionnelle chinoise et que les orphelinats étaient des abattoirs.

    Le 1er mars 1951, à 2 heures de l'après-midi, dans le cadre de la théâtralisation orchestrée de l'indignation, environ 30 officiers entrèrent en mission et convoquèrent Lo-Sail Chan, l'un des orphelins les plus âgés, à qui la direction de l’orphelinat avait été confiée après que le gouvernement populaire eut décrété que les institutions dirigées par des étrangers doivent nommer des directeurs chinois.

    « Je suis responsable de tout ici, pas des sœurs » a déclaré Lo-Sail.

    « Dans la mesure où la direction et l'administration de la maison vont bien, c’est beau et bien bon, mais quant au grand nombre d'enfants morts, les Sœurs sont seules responsables » a déclaré le soldat.

    L'un des officiers se tenait à l'orphelinat et lisait un décret officiel de confiscation : « Le gouvernement populaire, conscient de la mauvaise gestion de la Maison des Enfants Abandonnés opérée par les Sœurs, leur ordonne de remettre l'établissement au gouvernement, qui assumera immédiatement direction de ce travail ».

    En entendant que l'installation devait être prise en charge, les enfants, dont beaucoup n'avaient jamais connu de maison à l'extérieur de l'orphelinat, criaient et criaient si fort que la lecture devait être arrêtée deux fois.

    « Vous, les enfants, n'êtes pas reconnaissants envers le gouvernement populaire d'avoir pris le contrôle de vos soins ! » gronda la personne en autorité.

    Un médecin du Parti a examiné les orphelins. Dégoûté que certains des enfants étaient malades et couverts de lésions, il a exprimé qu'ils ne valaient pas l'effort de sauver leur vie, car ils mourraient sûrement.

    Une des filles les plus âgées a parlé.

    « Nous serions mortes aussi, quand nous sommes entrées comme ça, si ça n'avait pas été des soins des Sœurs ! » s'exclama-t-elle.

    Lo-Sail a demandé à l'officier en chef : « Si vous souhaitez assumer la direction du travail, nous ne pouvons pas vous résister. Il y a cependant une demande que nous voulons faire : laissez-nous les sœurs, qui nous ont élevés en vraies mères ».

    « Votre demande est assez raisonnable. Les sœurs resteront avec vous » a déclaré l'officier.

    Bien qu’accusées d'être responsables de la mort de bébés, les religieuses dévastées reçurent l'ordre de rester dans leur couvent et de continuer leurs fonctions jusqu'à ce que l'orphelinat soit officiellement pris en charge par les Communistes.

    Une des autorités a demandé à certaines des filles plus âgées ce qu'elles feraient quand le gouvernement du Peuple prendrait le contrôle.

    « Nous allons travailler dur et garder la Maison des Abandonnés opérationnelle jusqu'à ce que les Sœurs reviennent » ont-elles répondu.

    Le matin du 12 mars 1951, trois sœurs ont reçu la permission de quitter les lieux pour assister à la Messe, mais elles ont été rappelées dès leur sortie.

    « Quelque chose d'important va arriver aujourd'hui, alors il vaut mieux rester ici » leur a dit un garde.

    À 1 heure de l'après-midi, quatre policiers et une policière du Bureau central sont arrivés à la mission et ont ordonné aux enfants de se rassembler au réfectoire.

    Sentant la mort, Lo-Sail ordonna aux enfants de ne pas se réunir au réfectoire, mais de se retrouver dans la salle de couture, à côté des quartiers des sœurs, où ils entendirent les autorités ordonner à la Sœur Supérieure Saint-Alphonse-du-Rédempteur et à Sœur Sainte- Marie-Germaine de les suivre au quartier général.

    « Oh non ! Les sœurs nous sont enlevées ! » s'écrièrent les orphelins en courant vers les moniales et se cramponnant à elles tandis que les autorités les écartaient et les repoussaient jusqu'à ce que la groupe qui les arrêtait franchisse la porte de sortie et qu’il la ferme et la verrouille derrière eux.

    Mais les lamentations des orphelins continuèrent pendant que les religieuses s'éloignaient. Au loin, la Sœur Supérieure Saint-Alphonse-du-Rédempteur se retourna et leva en signe de défi son chapelet avant qu'une de ses escortes ne la pousse violemment.

    Les deux femmes avaient laissé sur leur lit des scapulaires, des médailles, des passeports et de l'argent que leurs consoeurs ont trouvés et rangés alors qu'elles emballaient des couvertures, des serviettes, du savon et d'autres articles de toilette à apporter à leurs sœurs emprisonnées.

    Le directeur Communiste nouvellement nommé de l'orphelinat est resté derrière et a été confronté par les orphelins.

    « Vous nous dites toujours que vous représentez le Peuple. Nous sommes le Peuple ! Nous sommes les victimes de vos projets sournois » criaient les enfants.« Si vous ne croyez pas les Sœurs, croyez-nous. Vous nous méprisez, parce que nous sommes des orphelins, mais les Sœurs nous ont aimés et ont pris soin de nous. Nous voulons les Soeurs ! Donnez-nous les Sœurs ! »

    Le directeur essaya de les rassurer que les religieuses reviendraient bientôt, qu'elles partaient simplement pour être interrogées.

    « Mensonges ! Mensonges ! Vous avez emmené les Sœurs en prison, et nous savons tout à ce sujet. N'essayez pas de nous tromper en nous faisant croire vos paroles trompeuses. Les sœurs n'ont pas de literie en prison et elles seront malades ».

    « Les prisonniers ont tout ce dont ils ont besoin. Retournez dans vos quartiers ».

    Le lendemain 13 mars, à midi, quatre policiers et une policière sont arrivés, ont enfermé les orphelins dans une salle commune et ont barré la porte.

    Dans une autre pièce, la policière a ordonné à trois religieuses de retirer leurs perles de chapelet et leurs crucifix tandis qu'un des policiers hurlait à travers la porte fermée pour qu'ils se dépêchent. Poussés hors de leur chambre, les religieuses ont été escortées à travers le bâtiment alors que les enfants criaient et pleuraient, réduits au silence seulement quand un des policiers a pilonné la porte en les menaçant.

    Et puis elles étaient parties, en descendant Wai San Road en prison.

    Les cinq religieuses arrêtées au cours des deux jours étaient :

    La Soeur Supérieure Saint-Alphonse-du-Rédempteur ( née Antoinette Couvrette, 1912-98, Sainte-Dorothée, comté de Laval, Québec ) avait été nommée Supérieure de l'orphelinat quatre ans plus tôt après être arrivée directement du Canada ;

    Sœur Sainte-Marie-Germaine ( née Germaine Gravel, 1907-1998, Saint-Prosper, comté de Champlain, Québec ), l'assistante Supérieure, était arrivée quelques mois avant les armées Communistes. Auparavant, elle a passé 14 ans dans un dispensaire missionnaire en Mandchourie, suivi d'une année à Shanghai, où elle a suivi une formation en pédiatrie ;

    Sœur Sainte-Foy ( née Élisabeth Lemire, 1909-87, Baie-du-Febvre, comté de Yamaska, Québec ) était à Canton depuis avant l'acheminement des troupes nationalistes qui avaient abandonné la ville en prévision de l'attaque et de l'invasion par l’Armée Japonaise, en octobre 1939. Sa première mission fut d'aider à prendre soin des 730 détenus abandonnés de l'asile psychiatrique municipal ;

    Sœur Saint-Germain ( née Imelda Laperrière, 1907-98, Pont-Rouge, comté de Portneuf, Québec ) était arrivée à Canton trois mois avant que les Communistes « libèrent » la ville. Auparavant, elle a passé 12 ans à s'occuper de bébés non désirés sur l'île de Chung Ming ( ancienne forme de Chongming ), près de Shanghai ;

    Et Sœur Saint-Victor ( née Germaine Tanguay, 1907-1977, Acton-Vale, comté de Bagot, Québec ), était arrivée à Canton en 1948 et était chargée de la gestion matérielle de l'orphelinat. Auparavant, elle a passé 14 ans dans le travail missionnaire à Soochow, province de Kiangsu ( anciennes formes de Suzhou, Jiangsu ).

    Après les arrestations, le Comité de Secours du Peuple Chinois a pris le contrôle physique complet des installations et, le 26 mars, les enfants ont été forcés de quitter l'orphelinat pour faire place aux autorités qui était apparemment le plan depuis le début.


    Sœur Sainte-Victor, Sœur Sainte-Germaine et Sœur Sainte-Foy

    La mission de Canton des Soeurs de l'Immaculée Conception n'était pas la seule à être victime des Communistes. Cette année-là, en 1951, les autorités ont confisqué 37 orphelinats Catholiques dans tout le continent, après avoir persécuté les prêtres et les religieuses qui dirigeaient les installations.

    Dans le cadre du programme visant à retourner les masses contre les Sœurs et l'Église, les autorités ont entrepris des tours guidés de la mission autrefois Catholique, guidant les touristes, pour montrer les « horreurs » de l'orphelinat, avec ses murs tapissés de dessins représentant les sœurs avec des bébés morts, comme des meneuses d'esclaves et battant des enfants.

    Le summum de l'exposition était l'affichage des os. Ils avaient enlevé la dalle du sommet de la fosse commune — étiquetée « la fosse de la mort » — ils avaient exhumé les restes des bébés et utilisé les accessoires morbides, sacrilèges, à des fins de propagande.

    Toujours à des fins de propagande, les Soeurs ont été photographiées à la prison, le jeudi 22 mars, le Jeudi Saint, avec des cheveux sales et dans leur sale vêtement de prison éclaboussé de caractères chinois et de leur numéro de prisonniers.

    Pour condamner publiquement les religieuses, une réunion d'accusation a eu lieu le 30 mars au Hall Culturel de la Jeunesse. Plus de 1700 personnes y ont assisté, y compris des écoliers, des militaires, des femmes au foyer, des travailleurs, des professionnels de la santé et autres, s’attendant que tous attaquent les femmes, dans une agression psychologique émotionnellement choquante.

    Accusés d'être responsables de la mort de 2 116 bébés au cours des 15 mois qui ont suivi la « libération » de Canton, les femmes se tenaient, impuissantes, la tête baissée, sans casquette ni voile pour couvrir leurs cheveux courts.

    Les accusateurs ont prétendu que les Sœurs avaient arraché les yeux des bébés de leurs orbites pour fabriquer de la médecine traditionnelle chinoise, ce qui est pratiqué avec la croyance qu'un organe ou une partie du corps malade s'améliorera si l'organe ou la partie du corps correspondant est mangé.

    D'autres prétendaient que certains des orphelins avaient été mâchés à mort par des rats et que des nuées de moustiques avaient mordu des bébés parce que les filets de moustiques n'avaient pas été correctement fermés par les deux anciens amahs aveugles, ces nounous locales qui aidaient à nourrir les bébés la nuit.

    Mais jamais personne n'a mentionné quoi que ce soit au sujet des mères biologiques, celles qui avaient initialement abandonné leurs bébés qui se sont retrouvées à l'orphelinat, soit dans la tombe, soit à la crèche.

    Retournés dans leurs cellules, les Sœurs ont secrètement remarqué, vers la fin d'avril, quand elles ont été sorties de leurs cellules pour aller aux toilettes, qu'une des plus vieille orpheline, Lick-Si Wong, se lavait le visage alors qu’un policier la gardait .

    Un soir, les gardes voulaient que Lick-Si Wong sorte pour prendre un bain.

    « Les She-Devils (les religieuses « démones » ) vont prendre leur bain. Cela vous dérangerait-il de les accompagner ? » demanda un garde.

    « Si les She-Devils vont, cela ne me dérange pas d'y aller », a déclaré Lick-Si Wong, cachant son bonheur à la demande.

    Pendant 10 minutes, Lick-Si Wong et la Sœur Supérieure Saint-Alphonse-du-Rédempteur et Sœur Sainte-Marie-Germaine ont pu communiquer entre elles.

    Les sœurs ont appris que les autorités avaient tenté de contraindre Lick-Si Wong à accuser les religieuses en lui mentant qu'elles avaient déjà avoué, et qu'en raison de son refus de porter un faux témoignage contre les religieuses, elle avait été arrêtée, le 24 avril 1951.

    Elles ont également appris que les orphelins les plus âgés étaient envoyés dans des workhouses [ camps de travail ] ; que les bébés étaient encore emmenés à la mission, mais ils sont tous morts ; que les orphelins s'assuraient que les bébés mourants étaient baptisés ; que les Communistes ont brisé les statues de la chapelle et du jardin ; et que les petits enterrèrent respectueusement les fragments.

    Avant de se séparer, Sœur Supérieure Saint-Alphonse-du-Rédempteur l'a encouragée à être fidèle et à être forte pour faire triompher la vérité.

    Du 30 juin au 24 septembre, les religieuses étaient enfermées dans des donjons de 8 pieds carrés. Le seul moyen d'entrer ou de sortir était par une lourde porte avec un cadenas et un petit judas circulaire à travers lequel les gardes jetaient un coup d'œil toutes les 15 minutes. Le matin, il était permis aux femmes de sortir pour aller aux toilettes. Leurs deux repas par jour, à 11 heures et 15 heures 30, consistaient en riz ordinaire avec seulement de l'eau chaude à boire.

    Un jour que le riz a été servi avec des oignons, la Sœur Supérieure Saint-Alphonse-du-Rédempteur a tapé sur le mur et scandait : « Riz et oignons ! Riz et oignons ! Cela a vraiment un goût de jambon de première classe ! »

    Mais même dans les temps de désolation, elles cherchaient une consolation. Chaque dimanche matin, elles chantaient la Grand-Messe, et dans l'après-midi, elles chantaient les hymnes et « l'Oremus » de la Bénédiction du Saint-Sacrement.

    Soudain, sans prévenir, le 17 octobre, les femmes ont été transférées, par l'intermédiaire d'une Black Maria, de Lam Sek Taou à la prison de Sail Chuen, où un intense lavage de cerveau a commencé. Il leur était strictement interdit de prier ou même de mentionner le nom de Dieu.

    Dans la cellule de Sœur Saint-Victor, elle devait mémoriser la phrase suivante avec ses compagnons de cellule : « Il était une fois un germe. Tout organisme vivant ne peut être expliqué que par l'évolution ».

    Quand ce fut à son tour de répéter la phrase, elle dit : « Vous savez que je ne suis pas seulement Catholique, mais une sœur missionnaire. Il y a dix-huit ans, je suis venu en Chine pour enseigner à ceux qui ignoraient encore que Dieu, le seul vrai Dieu, a créé le Ciel et la Terre et toutes choses. Vous dites que l'homme a évolué à partir d'un singe, mais d'où vient le premier singe?

    « Le singe est venu du premier germe » s’est exclamée la professeure.

    « Mais d'où vient le premier germe ? »

    L'enseignante est restée silencieuse.

    « Ce premier germe est venu de Dieu » a déclaré Sœur Saint-Victor, répondant à sa propre question.

    Vite, près du nom de la religieuse, l’enseignante a écrit : « Elle dit qu'il y a un Dieu qui a créé toutes choses. Nous avons essayé de la convaincre du contraire, mais elle reste ingouvernable ».

    Plus tard, l'un des gardes est entré et a réprimandé la religieuse : « Vous devez absolument croire que l'évolution explique tout et que l'homme vient d'un singe ».

    « Crois tout ce que tu veux. Pour ma part, je ne favorise aucune ascendance du singe » a répondu la religieuse.

    Pendant deux semaines en novembre, les autorités ont interrogé les femmes, les harcelant sans succès, leur ordonnant d'admettre que Dieu n'existait pas et tentant de les effrayer par des récits de tortures infligées à d'autres qui avaient refusé de nier l'existence de Dieu.

    Puis, le dimanche 2 décembre 1951, les sœurs ont été brusquement ordonnées de sortir de leurs cellules. Elles devaient être jugées devant la Cour Populaire, à l'intérieur du Hall Mémorial Yat-Sen Sun aux murs rouges, devant une foule de 24 000 « juges » forcés à y assister.

    En attendant le début du procès, le traducteur a tenté de calmer les religieuses.

    « N'ayez pas peur. Vous ne serez pas tuées. Le gouvernement veut seulement vous donner une leçon » a-t-il dit, essayant de les rassurer, car tout le monde était au courant des exécutions sans fin qui avaient eu lieu depuis la prise du pouvoir par les Communistes.

    Avant le début du procès, la foule a chanté des chansons de rassemblement, y compris « You Are the Lighthouse » [ Vous êtes le phare ], également connu sous le nom de « Follow the Communist Party » [ Suivez le Parti Communiste ] :

    Vous êtes le phare,
    Qui fait briller l'océan avant l'aube ;
    Vous êtes le barreur,
    Tenant la direction de la voile ;
    Grand Parti Communiste de Chine,
    Vous êtes le noyau, la direction ;
    Nous vous suivrons pour toujours,
    L'humanité doit être libérée.

    Un signal a été donné. Au fur et à mesure que les dernières notes diminuaient, la foule se taisait et les démarches commençaient. Le procureur Pai-Chen Hsih a crié l'acte d'accusation de leurs crimes : meurtre, négligence, traitement inhumain des enfants chinois et vente illégale d'enfants chinois.

    Avec des signes attachés autour de leur cou, les religieuses étaient rassemblées dans la salle circulaire, leurs noms et leurs âges étant diffusés sur le système de sonorisation. Les cinq avaient l'air minces et maladives. Depuis leur incarcération, trois avaient contracté la tuberculose, et deux ont souffert de problèmes cardiaques, tous confirmées par une infirmière Communiste qui a examiné les femmes après qu'elles se soient plaintes qu'ils ne pouvaient plus survivre sur les portions maigres du riz.

    Plusieurs témoins de l'accusation se sont approchés des microphones mis en place pour lancer le procès public du Peuple à travers les haut-parleurs de la ville et aussi pour diffuser en direct aux masses via Radio Canton.

    « Les Occidentaux sont venus en Chine pour nous intimider, nous, les Chinois ! À bas les Occidentaux ! Longue vie aux Chinois ! » a crié quelqu'un au micro.

    Un des orphelins se tenait devant les micros. C'était Tak-Po Leung.

    C’était une faible d’esprit dont Sœur Sainte-Foy s'était occupée personnellement pendant huit ans et qu’elle soulevait de son lit à chaque matin alors qu’elle s’était couverte de sa propre saleté après l'avoir éliminée pendant la nuit. Essayant de ne pas avoir de haut-le-coeur due à l'odeur nauséabonde, la religieuse lavait et habillait la fille.

    « Je le fais pour Dieu » a dit Sœur Sainte-Foy aux enfants, qui l'ont taquinée au sujet de son affection particulière pour Tak-Po Leung.

    Aux micros, Tak-Po Leung se leva, sanglotant et pointant du doigt, mais ne disant rien.

    La foule a rugi. Après chaque intervenant, chaque accusateur, le public devenait plus agité, plus furieux. Le but du procès n'était pas seulement d'éprouver les religieuses. C'était aussi discréditer l'Église en calomniant les fidèles par la diffamation et le ridicule, en suscitant la peur chez les Catholiques, en les effrayant de rejoindre le Mouvement de Réforme des Trois Autonomes, l'Église Catholique Communiste officielle.

    Les femmes ayant été déclarées coupables, le juge Ze-Hsien Wen a annoncé que la condamnation revenait au Peuple qui, selon lui, était son propre maître et n'était plus opprimé par les étrangers.

    Pendant une heure, la foule a crié à la cour alors que des individus se tenaient devant les microphones pour ordonner le sort qui devait leur être réservé.

    « Hachez-les en morceaux ! »

    « Enterrez-les vivantes ! »

    « Enfermez-les ! »

    « Tuez-les ! »

    « Jetez-les ! »

    Alors que la colère augmentait de façon incontrôlable, le juge frappa son marteau et intervint : « Non ! Ne les frappez pas encore ! »

    Avec les délibérations frénétiques de la foule calmées, les phrases ont été lues à haute voix :

    « Pour la Supérieure, Sœur Supérieure Saint-Alphonse-du-Rédempteur, et son assistante, Sœur Sainte-Marie-Germaine : cinq ans d'emprisonnement et expulsion subséquente ;

    Pour Sœur Saint-Germain et Sœur Saint-Victor : expulsion à vie ;

    Et pour Sœur Sainte-Foy : une simple expulsion.

    Après le procès de quatre heures, au cours duquel les religieuses n'ont pas pu parler pour se défendre, les femmes ont marché autour de la salle circulaire, forcées de s'incliner et de demander pardon de leurs « crimes » et de remercier le Peuple pour leurs verdicts bienveillants alors que la foule rugissait.

    Alors que le soleil commençait à se coucher, les cinq, avec les signes encore attachés autour de leur cou, furent chargées à l'arrière d'un camion à plate-forme qui tourna lentement dans un cortège sadique devant le Mémorial et sinua dans les rues bondées avec des hommes, des femmes et des enfants, qui crachaient, criaient et jetaient des pierres sur les religieuses alors qu'elles se dirigeaient vers la prison. Frappée au front, une des Sœurs a subi une grosse entaille qui saigna sur son visage alors qu'elle se tenait droite, la tête haute, les yeux fermés.

    Le 4 décembre, la Sœur Supérieure Saint-Alphonse-du-Rédempteur et Sœur Sainte-Marie-Germaine sont transférées dans une autre prison. Leurs consoeurs regardaient les deux, à peine capables de marcher, sortir de leurs cellules, tirant avec difficulté leurs paquets de couverture.

    Près de trois mois plus tard, le matin du 25 février 1952, Soeur Sainte-Foy, Soeur Saint-Germain et Soeur Saint-Victor ont été brusquement informées qu'elles devaient quitter la Chine, on leur remit leurs habits religieux et ont été escortées sous garde militaire jusqu'à la frontière .

    Les deux religieuses restantes, la Sœur Supérieure Saint-Alphonse-du-Rédempteur et Sœur Sainte-Marie-Germaine, restèrent encore 10 mois, mangeant des rations de quasi-famine tout en cousant, blanchissant et fabriquant des chaussures pour l'Armée rouge 14 heures par jour.

    Puis, le jour de la Fête de la Nativité, dans l'après-midi du 25 décembre 1952, jour où la lumière dépasse les ténèbres, les autorités dirent aux deux femmes que le gouvernement populaire avait gracié leurs peines avec bienveillance et qu'elles seront expulsées le lendemain.

    Transférés à un hôtel de l'autre côté de la rue de la gare, les deux attendaient la délivrance. Le matin suivant, avec leurs habits religieux qui leur furent retournés, elles ont enlevé leurs chiffons de prisonnières et ont été escortées à la plate-forme de train, où elles ont remarqué une religieuse clandestine Chinoise de leur Congrégation, qui avait appris leur libération. Habillée de vêtements de ville ordinaires, elle a discrètement fait une salutation.

    Dans l'après-midi du 26 décembre 1952, Fête du Martyr Saint Etienne, les moniales ont finalement franchi le pont Lo Wu, d'une terre d'asservissement vers une terre de liberté.

    Mais elles ont embrassé leur libération avec tristesse car qui s'occuperait désormais des bébés abandonnés et des enfants de la Chine.

    †††

    NOTES : Je tiens à remercier la Société des Sœurs Missionnaires de l'Immaculée Conception, à Québec, particulièrement Sœur Suzanne Labelle, pour leur aide caritative. Merci également à Wen-Li « Philip » Chen, pour ses talents dans la traduction du chinois vers l'anglais. Divers faits et faits pour cette histoire ont été tirés de ce qui suit : « Mgr Walsh de Maryknoll : Prisonnier de la Chine rouge », par Ray Kerrison ; « Le pont de Lo Wu : une vie de Soeur Eamonn O'Sullivan », par Desmond Forristal ; Héraut Catholique ; Bulletin Missionnaire de Chine ; Der Spiegel ; « Nonne en Chine rouge », par Soeur Mary Victoria (nom de plume de Soeur Maria Del Rey, née Ethel Danforth) ; Le précurseur ; « Mémoires de prison », par Soeur Sainte-Foy ; et « Mémoires pénitentiaires : à la Crèche de Kom Hang confisquée par les Rouges », par Soeur Saint-Victor.