jeudi 12 avril 2018

Tribune libre

Transporter les joies de Pâques
dans notre vie quotidienne



Par Veronica A. Arntz
Le 12 avril 2018
SOURCE : Rorate Caeli






Praesta, quaesumus, omnipotens Deus : ut, qui paschalia festa peregimus ; haec, te largiente, moribus et vita teneamus. Per Dominum nostrum. — Accorde-nous, nous te supplions, Dieu Tout-Puissant, que, nous qui avons célébré les Fêtes Pascales, puissions, par ta bonté, garder ses fruits dans nos habitudes et nos comportements quotidiens. Par notre Seigneur.

Après les gloires de la semaine de Pâques, ces mots de la collecte [ L’oraison que le prêtre célébrant prononce juste après le Gloria ] du Dimanche de la Quasimodo, ou Domenica in albis, nous donnent la direction pour le reste de l'année liturgique. Par la grâce de Dieu, nous sommes destinés à porter les fruits du temps que nous avons passé à louer et à remercier Dieu pendant la semaine de Pâques dans nos habitudes et nos vies quotidiennes.

Comme le dit Dom Prosper Guéranger : « Ô ce dernier jour de la grande Octave, l'Église, dans sa Collecte, dit adieu aux glorieuses solennités qui nous ont tant réjouis et demande à Notre Seigneur d'accorder que nos vies et nos actions puissent refléter la sainte influence de notre Pâque » ( L'année liturgique : Livre de temps de Pâques I, volume VII, 301 ). Embrasser joyeusement notre Seigneur le Dimanche de Pâques ainsi que pendant l'Octave vient naturellement et nous devrions certainement nous réjouir de toutes les consolations que nous avons reçues pendant cette période. Néanmoins, il peut devenir difficile de porter notre joie de Pâques dans notre vie quotidienne pendant le reste de l'année, ce qui explique pourquoi cette Collecte est si poignante et nécessaire. En tant qu'êtres humains déchus, nous avons désespérément besoin de ce rappel pour vivre la joie de la Résurrection même dans les tâches les plus banales et les plus difficiles de notre vie.

Sainte Thérèse de Lisieux nous offre un excellent exemple de cette « Petite Façon » de vivre joyeusement le message de l'Évangile dans les petites tâches de notre vie. Avec quelle facilité nous pouvons oublier la glorieuse Résurrection quand nous devons faire face à des collègues difficiles ou à des situations de bureau, prendre soin des enfants jour après jour, ou travailler à des études qui consomment beaucoup de temps. Néanmoins, Thérèse offre le « petite façon » de faire même les plus petites tâches avec le plus grand amour pour Jésus. Thérèse décrit sa vocation en termes d'amour : « La Charité m'a donné la clé de ma vocation .... Dans l'excès de ma joie délirante, j'ai crié : « O Jésus, mon Amour ... Ma vocation enfin je l'ai trouvée ... MA VOCATION EST L’AMOUR ! » ( Histoire d'une âme, Manuscrit B, 194 ). En tant que tels, nous devrions permettre aux joies de la Résurrection d'inspirer notre propre vocation à l'amour, quel que soit l'état de vie que Dieu nous a appelés.

Nous pouvons ainsi garder la Résurrection au cœur de tout ce que nous faisons. Nous sommes enclins à nous plaindre et à rejeter les petites grâces que Dieu veut nous donner ; nous devrions considérer, cependant, avec combien d'amour Il regarde ses petits serviteurs qui lui offrent tout à travers des actes d'amour.

En effet, Saint Paul écrit dans la seconde lettre aux Corinthiens que lui et les apôtres « portent sans cesse dans nos corps la Mort de Jésus, afin que Sa Vie se manifeste aussi dans nos corps » ( 2 Cor 4 :10 ). Saint Paul et les Apôtres meurent à eux-mêmes et à leurs propres désirs dans des façons petites et grandes, en offrant leurs souffrances et leurs sacrifices à Dieu afin que Jésus puisse vivre en eux. Car, s'ils ne meurent pas à eux-mêmes, tout comme le Christ est mort, ils ne pourront jamais entrer dans Sa Résurrection. Ainsi, lorsque nous mourons à nous-mêmes dans les petites choses de notre vie — abandonnant nos intérêts personnels, nos désirs et nos habitudes à Dieu — nous entrons à la fois dans Sa Mort et dans Sa Résurrection.

C'est l'une des façons dont nous pouvons transférer les « joies de Pâques » de l'Octave dans notre vie quotidienne. Et encore, comme l'écrit Thérèse : « Je ne suis qu'une enfant, impuissante et faible et, pourtant, c'est ma faiblesse qui me donne l'audace de m'offrir comme VICTIME de Ton Amour, Ô Jésus ! » ( Histoire d'une âme, Manuscrit B 195 ). Ainsi, même si nous portons en nous la joie du Seigneur, nous devrions être victimes de l'Amour de Jésus dans nos souffrances quotidiennes et nous détacher activement de ce monde.

La joie de Pâques que nous éprouvons ici sur terre est en fin de compte destinée à avoir une orientation eschatologique. Lorsque Notre Seigneur rencontre Marie Madeleine après Sa Résurrection, il lui a ordonné de ne pas Le retenir [ voir plus de détails sur la raison de ces Paroles de Jésus en bas de page ]. Pourquoi a-t-il ces paroles apparemment dures pour elle ? Il sait que ce qu'il a préparé dans le Ciel pour Marie et pour nous tous est bien plus grand que les conforts sensibles que nous éprouvons ici-bas. De même, nous devons « aller au-delà », pour ainsi dire, du confort immédiat de l'Octave de Pâques : « Ce que nul homme n'a jamais vu ni entendu, ce à quoi nul homme n'a jamais pensé, Dieu l'a préparé pour ceux qui L'aiment » ( 1 Co 2,9 ). En d'autres termes, le Ciel est au-delà de toute joie ou de tout confort que nous pourrions concevoir ici-bas.

Les consolations spirituelles que nous vivons sur terre devraient certainement nous accompagner dans nos souvenirs alors que nous nous acheminons vers le reste de l'année liturgique ( et, en effet, la saison de Pâques continue jusqu'à la Pentecôte ). Néanmoins, elles devraient nous rappeler que nous sommes supposés expérimenter la joie béatifique du Ciel un jour — la joie que nous avons ici est incomplète jusqu'à ce que nous voyions finalement Dieu face à face. Ainsi, nous devrions même essayer de nous détacher des consolations spirituelles que nous expérimentons ici sur terre car la mort est la déchirure ultime du corps et de l'âme, mais le seul moyen par lequel nous pouvons entrer au Ciel.

Comme notre Seigneur, le Bon Pasteur, nous dit : « Moi, je suis venu pour que les humains aient la vie et l'aient en abondance » ( Jean 10 :10 ). Le diable tentera de voler notre joie de Pâques et il essaiera de nous tenter à haïr les tâches simples qui nous sont données chaque jour. Par la grâce de Dieu, nous devons résister à ces tentations et entrer dans la vie même du Christ dans tout ce que nous faisons. Notre Seigneur a souffert, est mort et est ressuscité afin que nous puissions aussi entrer dans Sa Résurrection. Comme nous l'avons expérimenté pendant le Saint Triduum, nous ne pouvons pas entrer dans Pâques sans endurer d'abord les douleurs du Vendredi Saint. Les joies de Pâques sont d'autant plus douces que nous sommes restés au pied de la Croix le Vendredi Saint.

Maintenant, comme nous le rappelle la Collecte de la Quasimodo, nous devons dépasser les solennités de la semaine de Pâques et porter la joie que nous avons éprouvée dans nos vies quotidiennes et nos habitudes alors que vivre la joie de Pâques devient le plus difficile. Ici, dans nos tâches quotidiennes, nous sommes appelés à vivre comme Sainte Thérèse, en offrant à Dieu nos devoirs quotidiens dans notre état de vie, anticipant toujours la « vie abondante » qu'Il désire nous donner au Ciel. Tout comme nous portons tous les jours la Mort de notre Seigneur dans nos corps, nous devons aussi porter Sa Joie alors que nous anticipons la Vie Éternelle et la Résurrection du Corps.

Pourquoi Jésus dit à Marie Madeleine de ne pas Le retenir

Jésus Lui-Même donne la raison de cette demande à Marie Madeleine en Jean 20, 17 : « Ne me retiens pas, car Je ne suis pas encore monté vers le Père ».

Qu'est-ce à dire ?

Bien que les Évangiles nous informent que Marie Madeleine fut la première personne à qui Jésus est apparu « officiellement », ne serait-ce pas plus normal de sa part d'apparaître avant toute autre personne celle qui L'a allaité, a vécu avec Lui pendant 33 ans ? Sa Mère ?

Et même, pour les sceptiques envers Maria Valtorta, ils devront déclarer forfait devant l'argument avancé au paragraphe précédent...

Mais comment se fait-il que les Évangiles ne nous rapportent pas cette rencontre ? Réponse : l'apparition de Jésus à Sa Mère fut réalisée dans la plus grande intimité d'un fils avec sa mère, à savoir seuls tous les deux... Marie était dans une petite chambre qui lui était réservée et qui était attenante au Cénacle comme tel. C'est ce que nous rapporte la « Treizième Apôtre réservée pour les Derniers Temps » comme le dit Jésus de Maria Valtorta.

Valtorta, en bonne journaliste de la Vie de Jésus, nous rapporte un autre fait de cette rencontre de Jésus avec Sa Mère. Jésus lui a dit de s'approcher pour qu'Il puisse l'étreindre... Marie hésitait. Il prit alors Ses mains, les enveloppa autour de la tête de Marie et a enfoui la tête de Marie dans Son Coeur Glorieux ! La béatitude, quoi ! Pour cette Maman qui y avait tant goûté...

Oh ! Oh ! deux poids deux mesures ?

Mais comment donc Jésus aurait étreint Sa Mère et refuse la même chose à Marie Madeleine ? Réponse : Notre Maman Marie est Immaculée, sans péché. Donc même si Jésus étreint Sa Mère, ça ne l'empêche aucunement de monter vers Son Père blanc comme neige. Par contre, Marie Madeleine, aussi sainte soit-elle, porte toujours au moins les traces du péché originel... Jésus ne désire pas entacher Son Corps Glorieux avant qu'il ne voit Notre Père de façon immaculée.

Ne portons-nous pas nos plus beaux habits lorsqu'on va voir Notre Roi ?