dimanche 22 avril 2018

Gaudete et Exsultate
Encore plus de cyanure dans la tasse de thé




Lu chez Pro Liturgia

La récente Exhortation “Gaudete et Exsultate” du pape François peut être comprise de deux manières opposées selon qu’on la lit avec les lunettes de la Tradition catholique ou les lunettes du progressisme en rupture avec cette Tradition. La prose bergoglienne est ainsi faite. Lisons “Gaudete et Exsultate” avec des lunettes progressistes en vente dans toute bonne paroisses qui se veut dans l’esprit du Concile. Morceaux choisis :

« Il n’est pas sain d’aimer le silence et de fuir la rencontre avec l’autre, de souhaiter le repos et d’éviter l’activité, de chercher la prière et de mépriser le service ». Conclusion : vivement que les contemplatifs sortent du silence et se mettent enfin au boulot !

« Lorsque quelqu’un a réponse à toutes les questions, cela montre qu’il n’est pas sur un chemin sain, et il est possible qu’il soit un faux prophète utilisant la religion à son propre bénéfice, au service de ses élucubrations psychologiques et mentales. » Conclusion : brûlons le Catéchisme de l’Église Catholique et réduisons au silence les faux prophètes qui s’y réfèrent : mieux vaut laisser les gens patauger dans leurs doutes et leurs interrogations.

« Je voudrais rappeler que dans l’Église cohabitent à bon droit diverses manières d’interpréter de nombreux aspects de la Doctrine et de la vie Chrétienne. » Conclusion : tout est dans tout et inversement. Les interprétations non-Catholiques conduisant à une religion sans fondements doivent elles aussi être acceptées.

« Il arrive [...] que les forces du mal nous induisent à ne pas changer, à laisser les choses comme elles sont, à choisir l’immobilisme et la rigidité. » Conclusion : Saint Paul qui s’attachait à enseigner fidèlement ce qu’il avait reçu a tout faux. Tout comme Saint Vincent de Lérins qui indiquait qu’ « il faut veiller avec le plus grand soin à tenir pour vrai ce qui a été cru partout, toujours et par tous. »

« Il y a encore des Chrétiens qui s’emploient à suivre un autre chemin [...]. Cela se manifeste par de nombreuses attitudes apparemment différentes : l’obsession pour la loi, [...] l’ostentation dans le soin de la liturgie, de la Doctrine et du prestige de l’Église. » Conclusion : pour convertir ou avancer dans les chemins de la sainteté, mieux vaut des liturgies délabrées et une Église en guenilles.

« Les Chrétiens aussi peuvent faire partie des réseaux de violence verbale sur Internet et à travers les différents forums ou espaces d’échange digital. Même dans des milieux catholiques, on peut dépasser les limites, on a coutume de banaliser la diffamation et la calomnie... » Conclusion : mieux vaut un pape qui insulte les cardinaux, les séminaristes et les simples fidèles que des Catholiques qui font part de leurs inquiétudes sur les réseaux sociaux.

« Il n’est pas bon pour nous de regarder de haut, d’adopter la posture de juges impitoyables, d’estimer les autres indignes et de prétendre donner des leçons constamment ». Conclusion : mieux vaut ne pas tenir compte des critiques et des jugements formulés par l’auteur de « Gaudete et Exsultate ».