mercredi 4 avril 2018

Méfiez-vous des prêtres dans des chemises pastel



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Le Centre de Fatima
Le 3 avril 2018


Je serais prêt à parier qu'il existe une corrélation directe entre le Progressisme-Modernisme de la part d'un ecclésiastique Catholique et son choix d'une chemise bleue pastel à la place du noir traditionnel ( les soutanes étant désormais totalement hors de question pour un clergé résolument moderne post-Vatican II ).

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Prenez par exemple l'Évêque Manuel Linda que le Pape François a récemment installé comme Évêque de Porto au Portugal :

Notez la chemise bleue pastel. Notez également la récente déclaration de Linda selon laquelle un couple divorcé et « remarié » ne peut être considéré comme étant une famille sans relations sexuelles entre les deux, et qu'on ne devrait pas s'attendre à ce qu'ils observent la continence :

« Je sais qu'il y a des couples remariés qui étaient auparavant dans un mariage canonique et qui ont ensuite reconstruit leur vie et qui sont dans un autre mariage qui n'est pas canonique, et qui, pour des motifs de foi, de conviction intérieure et de conscience, vivent dans l’abstinence sexuelle. Mais nous devons nous demander : est-ce une famille ? »

« Je suis convaincu que ce n'est pas vraiment une famille. C'est une chose d'avoir un arrangement de vie comme je l'ai ici dans la maison avec d'autres personnes, mais nous ne sommes pas une famille. C'est une autre chose d'être une famille. Par conséquent, je n'insisterais pas beaucoup sur cette question de l'abstinence sexuelle de facto ».

Il « n'insistera pas beaucoup » sur l'enseignement constant de l'Église pour défendre une norme morale enracinée dans la Loi Divine à laquelle il n'y a absolument aucune exception, comme le soulignait le Pape Jean-Paul II en conformité avec la Tradition bi-millénaire de l'Église. Que peut-on dire ?

Prenons un autre exemple : le Père Maurizio Chiodi, que François a récemment installé comme membre de l'Académie Pontificale pour la Vie « réformée » [ c'est-à-dire complètement subvertie ] :

Remarquez la chemise bleu pastel que Chiodi porte durant l'allocution même où il a attaqué une autre norme morale sans exception enracinée dans la Loi Divine. Citant seulement Amoris Laetitia comme étant son autorité, il a déclaré que la pratique intrinsèquement mauvaise de la contraception est non seulement permise mais même obligatoire dans certains cas :

« S'il est vrai que la responsabilité de procréer est ce que ces méthodes [ naturelles ] désignent, alors nous pouvons comprendre comment, dans des situations où les méthodes naturelles sont impossibles ou irréalisables, d'autres formes de responsabilité doivent être trouvées. Il y a des circonstances — je me réfère à Amoris Laetitia, chapitre 8 — qui, précisément pour des raisons de responsabilité, nécessitent une contraception. Dans ces cas, une intervention technologique n'annule pas la responsabilité de la relation de procréation. L'insistance du Magistère de l'Église sur les méthodes naturelles ne peut être interprétée, à mon avis, comme une norme qui soit une fin en soi, ni une simple conformité aux lois biologiques, car la norme renvoie à une anthropologie, au bien de la responsabilité conjugale »

Ma référence aux chemises bleues pastel peut sembler triviale, mais l’est-ce vraiment ? Quand un prêtre séculier refuse de se soumettre à l'humilité de porter le noir traditionnel, quand il ( bien sûr ) rejette n'importe quoi comme « ridicule » comme une soutane, et quand il opte plutôt pour la déclaration de mode du bleu pastel, n'envoie-t-il pas un important signal sur où il se tient concernant la Tradition elle-même ?

Le Père Gruner n'a jamais été vu en public sans sa soutane. Les prêtres Modernistes qui subvertissent partout l'Église aujourd'hui ne seraient pas attrapés morts en en portant une. Mais beaucoup de jeunes prêtres qui ont rejeté la révolution post-Vatican II sont revenus au port de la soutane et au noir clérical, même si certains Évêques, les vieux de la révolution, ont maquillé littéralement par photoshop la soutane d'un jeune prêtre sur une photo. Le choix du costume clérical semble en effet révéler la disposition intérieure du clerc par rapport à la révolution qui a convulsé l'Église pendant plus d'un demi-siècle et qui a atteint sa phase la plus critique, le clergé Catholique prônant ouvertement l'adultère et la contraception.

Méfiez-vous des prêtres dans des chemises pastel. Leur théologie, comme leur costume, tend à être à la mode, c'est-à-dire hérétique. Ce qui veut dire provenant de la fosse de l'Enfer.