samedi 21 avril 2018

Bientôt près de chez vous
La censure de livres en Californie et l'esprit du temps



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Le Centre de Fatima
Le 20 avril 2018


Comme l’écrivait avec regret Dietrich von Hildebrand dans les années 1970, dans son livre « The Devastated Vineyard » [ La vigne ravagée ] (1973) : « Le poison de notre temps s'infiltre lentement dans l'Église elle-même et beaucoup n'ont pas reconnu le déclin apocalyptique de notre temps ».

Le poison de notre temps, l'esprit de l'époque, peut se résumer en une phrase : la rébellion contre le Règne du Christ-Roi. Nous voyons cela maintenant même dans l'élément humain de l'Église qui, cependant, finira par se débarrasser du poison étant donné son indéfectibilité. La même chose ne peut pas être dite pour notre civilisation post-Chrétienne qui est clairement maintenant dans son agonie. Seul Dieu peut la sauver maintenant.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Comme le rapporte Life Site News, l'Assemblée Californienne vient d'« adopter une législation ... assez étendue pour interdire la vente de livres qui aident les gens à surmonter les attirances indésirables de même sexe ». La loi en question inclut dans l'interdiction de l’État des « méthodes de concurrence déloyales ainsi que des actes ou des pratiques injustes ou trompeuses », toute forme de « publicité, offrant de s'engager ou qui s'engage dans des efforts de changement d'orientation sexuelle d’un individu ». Le terme « efforts de changement d'orientation sexuelle » est défini comme « toute pratique qui cherche à changer l'orientation sexuelle d'un individu ».

En d'autres termes, la Californie a effectivement interdit la publicité ou même la proposition ou le plaidoyer pour des thérapies afin de remédier à ce que le Catéchisme de Jean-Paul II appelle la « condition homosexuelle » « intrinsèquement désordonnée », qui incline quelqu'un qui en est affligé vers des actes intrinsèquement mauvais ( c’est-à-dire la sodomie ).

La loi, dont l'interdiction toucherait à la vente ou même à la distribution gratuite de livres sur le sujet, sera presque certainement signée par le Gouverneur Catholique apostat de Californie, Jerry Brown, qui envisageait de devenir prêtre. Brown est le plus grand représentant pour favoriser la pénétration du poison de notre temps dans l'Église.

Comme la descente de la Californie dans la folie complète signale la fin prochaine de toute une civilisation, on se souvient de l'avertissement prémonitoire de Léon XIII, dans son encyclique sur la liberté humaine, que la fausse conception moderne de la liberté aboutirait au triomphe de l'erreur et à la persécution de la vérité :

« Accordez à chacun la liberté illimitée de parler et d'écrire, rien ne demeure sacré et inviolable, rien ne sera épargné, pas même ces vérités premières, ces grands principes naturels que l'on doit considérer comme un noble patrimoine commun à toute l'humanité. Ainsi, la vérité est peu à peu envahie par les ténèbres, et l'on voit, ce qui arrive souvent, s'établir avec facilité la domination des erreurs les plus pernicieuses et les plus diverses ».

Et pourtant, alors que cette horreur se déroule devant nous, même aux sommets de l'Église, y compris le Pape, nous voyons des prélats Catholiques agir comme ce que mon ami et collègue John Rao a appelé « les fantassins du zeitgeist », marchant consciencieusement vers leur propre destruction et la destruction de l'Église elle-même, si c'était possible.

Finalement, le Cœur Immaculé triomphera ( suite à la Consécration de la Russie ) et le monde sera témoin de ce qu'Antonio Socci décrit comme « un changement radical et extraordinaire dans le monde, un renversement de la mentalité dominant la modernité, probablement après des événements dramatiques pour l'humanité ». Car c'est le Christ Roi, pas les hommes stupides et vaniteux qui travaillent à la ruine de l'Église et de l'État, qui est le Seigneur de l'Histoire.