lundi 30 avril 2018

Le Libéralisme Allemand est un cancer dans l'Église



Lu dans : New Catholic
Le 30 avril 2018
SOURCE : Rorate Caeli

Le cancer : cette maladie terrible avec laquelle nous sommes terriblement familiers, comme beaucoup d'entre vous. Par conséquent, nous ne nous en servons pas comme d'une métaphore sans le savoir.

Depuis l'âge du Concile, et avant lui, le Catholicisme Libéral de racine Allemande a été un cancer métastasant la vie en danger dans toute la Sainte Mère l’Église. Un Polonais et un bon Allemand ont tenté de renverser la maladie, mais les poches financières profondes des Évêques Allemands qui ont financé la « Mafia de Saint Gall » ont obtenu ce qu'ils ont payé en 2013 : une confusion croissante dans toute l'Église.

Leur premier Cheval de Troie était le non-problème de la Communion pour les adultères impénitents qu’ils ont enfoncé dans deux Synodes, suivi par les paragraphes libéraux et les notes de bas de page scandaleuses dans « Amoris Laetitia ».

Maintenant, leur nouveau Cheval de Troie implique aussi le Très Saint Sacrement : que le Prince des Ténèbres soit leur instigateur ne peut être mis en doute parce qu'ils attaquent seulement la chose la plus sacrée de l'Église, l'Eucharistie Sacrée.

Pendant des mois, ils ont essayé d'autoriser la Communion pour les conjoints non Catholiques des Catholiques. Ceci est, bien sûr, un autre non-problème : si le conjoint non Catholique ne croit pas à la Foi Catholique, il ne devrait pas recevoir la Communion précisément parce que cela ne signifie rien pour lui ; si le conjoint non Catholique commence à croire aux affirmations de l'Église Catholique, y compris sur le Saint-Sacrement, alors sûrement ce conjoint devrait être invité à se convertir au Catholicisme et à être reçu dans l'Église. Ce qui ne peut sûrement pas être envisagé, c'est qu'une personne qui ne croit pas à la Foi Catholique devrait recevoir la Communion : pourquoi cette personne voudrait-elle cela ? Et pourquoi l'Église donnerait-elle quelque chose de précieux à quelqu'un qui ne le croit pas du tout précieux ?

Les Allemands sont largement admirés dans le monde entier pour leur logique et leur compréhension précise du monde, mais en ce qui concerne les Évêques Libéraux Allemands, la logique disparaît pour laisser la place à un désir démoniaque d'hérésie et d'argent. D'abord, ils ont décidé d'autoriser la Communion aux non-Catholiques. Ensuite, sept Évêques Allemands ont demandé des éclaircissements au Saint-Siège à ce propos. Troisièmement, après que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ait correctement rappelé la Doctrine Catholique en la matière, les Évêques Libéraux Allemands en ont appelé au Pape qu'ils avaient choisi en 2013 pour probablement renverser cette décision en leur faveur.

La rencontre de la délégation Allemande avec les plus importants responsables de la Curie Romaine aura lieu le jeudi 3 mai, tel qu’annoncé dans le Bollettino du Vatican aujourd'hui. Que Notre-Seigneur Jésus-Christ empêche un autre pas dans la profanation de son Saint-Sacrement, le don le plus précieux qu'il ait donné à Son Église.
_______

P.S. Aujourd'hui aussi, en signe de l'effondrement complet du Catholicisme en Allemagne, l'Archevêque de Munich et Président de la Conférence Episcopale (DBK), le Cardinal Marx, a clairement exprimé son opposition ( c'est exact, son opposition ) à la décision du Gouvernement de l'État Bavarois d’ériger des Croix et des Crucifix dans tous les bâtiments publics, ce que l'Église a toujours proposé dans toutes les nations et dans toutes les régions à majorité Catholique. On ne peut pas être plus diabolique qu'en rejetant la Sainte Croix elle-même ! Le Cardinal a critiqué le mouvement comme « expropriant la Croix au nom de l'État ». Naturellement, vous ne verrez aucune critique par ce vorace Cardinal de l'utilisation des services fiscaux de l'État pour collecter et distribuer la Kirchensteuer ( taxe de l'Église ) qui rend l'Église Allemande ridiculement riche et disproportionnellement influente à répandre son mal dans toute l'Église : alors, « l'expropriation » par l'État est juste correcte ...