mardi 17 avril 2018

François utilise les Communistes, pas l'inverse


Le Cardinal Joseph Zen (Getty) a accusé le Vatican de « vendre l'Église en Chine »


Écrit par Jason Morgan
Le 17 avril 2018
SOURCE : The Remnant

Lorsque Jorge Mario Bergoglio a été élu souverain pontife en mars 2013, le monde semblait s'attendre à un adoucissement du style cristallin et intellectuel du Pape Benoît XVI. Au début, les nombreuses gaffes et faux pas du nouveau Pape François semblaient faire partie de cette approche plus détendue de la papauté. Moi et beaucoup d'autres cataloguaient François comme un poids plume théologique et mental, un naïf affable dont la papauté embrasserait beaucoup plus les enfants, laverait les pieds des fidèles, publierait beaucoup moins d’encycliques et qu’il ne pataugerait pas dans l’arène des débats des académiciens laïques.

Mais au fil du temps, un modèle a émergé. François n'était pas le cancre souriant qu'il semblait être. Il était, et reste, un homme froidement calculateur, qui utilise ses soi-disant « échappements de la langue » pour embrouiller l'opposition conservatrice au sein du Vatican et saper toute tentative de le contenir. François n'est pas un imbécile. Il est machiavélique et il tourne autour de nous depuis cinq ans.

Et qui est ce « Pape dictateur », que veut-il ? Il devrait être clair maintenant que Bergoglio est un archi Moderniste, c'est-à-dire un hérésiarque qui ne semble pas soutenir aucun dogme Catholique sacré. Pour François, tout est de bonne guerre. Il remonte tout, remarquant que « le temps est plus grand que l'espace ». ( Traduction : Je vais faire le gâchis, mais quelqu'un d'autre devra le nettoyer ) Mais François n'est pas un éléphant dans un magasin de porcelaine ; il est un tireur d'élite avec une portée puissante. Une par une, il choisit ses cibles. Le mariage traditionnel, foutu par une note minuscule dans un document mal écrit. Un enseignement sans équivoque contre la sodomie qu’il abat par cinq petits mots prononcés apparemment distraitement dans un avion. Le Concile de Trente, assassiné par un timbre-poste. Même l'enfer semble avoir été tiré hors de l'image dogmatique. La liste continue encore et encore et encore. François n'est pas un bouffon qui brise des choses dans la chapelle. Il détruit systématiquement tout ce qui reste de l'Église que le Christ a fondée. Il est, en un mot, le Modernisme exemplifié.

De tous les outrages de Bergoglio contre le Magistère, aucun n'illustre si bien son plan pour mettre fin au Catholicisme que son pas de deux lent et continu avec le Parti Communiste Chinois. « Comment le Pape François peut-il être si naïf ? » lisons-nous encore et encore. Ne sait-il pas de quoi les Communistes sont capables ? Ne se souvient-il pas du Cardinal Mindszenty, du Père Walter Ciszek, du Patriarche Tikhon, de la guerre civile Espagnole, du Vietnam ? Bien sûr qu'il s’en souvient. L'accord conclu entre Pékin et le Vatican n'est pas une tentative téméraire de la part d'un souverain pontife de sauver l'Église en Chine — c'est une tentative pour y mettre un terme.

Ce n'est pas hyperbolique de dire que, même en incluant les premiers Chrétiens, peu ont souffert pour la Foi comme l'ont fait les fidèles en Chine. Mes sources à l'intérieur de la République Populaire me parlent d'Évêques disparus, de paroissiens arrêtés, d'Églises confisquées, de harcèlement par la police, de surveillance, d'intimidation et d'assassinat. Mais il ne faut guère recourir à l'espionnage pour savoir ce que le gouvernement Chinois fait aux Catholiques ou à quiconque qui est dissident de la ligne du parti. Chen Guangcheng, l'avocat Chinois aveugle qui a été contraint à l'exil pour avoir tenté d'amener le gouvernement Chinois à cesser d'effectuer des avortements forcés au neuvième mois sur des femmes qui avaient violé la « politique de l'enfant unique », affirme de son nouveau domicile aux États-Unis que François ne devrait jamais signer le projet d’accord qui est sur la table. Le Cardinal Zen Ze-kiun, le Héros de Hong Kong qui s'est rendu à plusieurs reprises sur la place publique pour défier les desseins de Beijing sur l'un des derniers avant-postes de liberté relative en Asie continentale, a exhorté François à cesser de négocier avec les autorités Communistes. Les sites Web aux États-Unis et en Europe sont maintenant remplis d'articles et d'essais suppliant le Vatican de lutter contre Pékin et de ne pas capituler devant lui. Steven Mosher, l'expert Chinois qui dirige le Population Research Institute pro-vie, dit depuis des décennies que la Chine est le pire pays contre la Foi Catholique et contre la dignité humaine fondamentale sur la planète.

Mais les choses sont différentes pour Bergoglio. Il n'éprouve aucun besoin pour de tels sains conseils. Ce qui est particulièrement irritant chez les Catholiques Chinois, c'est qu'ils sont Catholiques. Les Catholiques qui sont restés avec l'Église clandestine légitime — et ne sont pas allés à la fausse Église avec un « clergé » nommé par le Parti Communiste — ont gardé la Foi. Ce sont de vrais croyants. Ils rencontrent souvent le martyre pour leur fidélité. François veut scier cela en racines et en branches.


L'Église souterraine en Chine. La vraie Église Catholique fidèle au Pape.

Que veut-il à la place ? Que veulent tous les Modernistes ? François veut mettre un terme à la religion révélée et faire de l'Église un complément à l'État. Il est un vulgaire Mondialiste qui pense qu'un gouvernement mondial va enfin résoudre les problèmes de l'humanité. ( Le Mondialiste extraordinaire et grand prêtre du lobby de l'avortement, Jeffrey Sachs, a été l'invité fréquent de François au Vatican, souvent en tête d'affiche avec le Saint-Père et même l’accueillant de temps en temps ) Quand le lieutenant de François, l'Évêque du Vatican Marcelo Sánchez Sorondo, a dit que la Chine « appliquait au mieux la doctrine sociale de l'Église », il ne plaisantait pas. Et il n'était pas le seul. François, qui n'a rien dit en public pour réprimander ou même contredire Sorondo, est entièrement d'accord avec lui.

À Nanjing dans une Église Catholique « officielle, approuvée par le gouvernement », on observe le signe en face de l'Église qui soutient les activités patriotiques qui s'y déroulent, y compris la construction des « valeurs socialistes fondamentales » et l'inculcation du « patriotisme ». Il n'y a aucune mention de Jésus ou des sacrements, mais le pilier en pierre au centre en bas est un bangmu, en l'occurrence le totem huabiao qui se tient devant la porte de la paix céleste à Pékin. ( La même porte de la paix céleste où « l'Armée populaire de libération » a ouvert le feu avec des mitrailleuses et des chars dans une foule de civils non armés en 1989 ). Elle représente le pouvoir de l'Empereur, traditionnellement connu en Chine comme le « fils du ciel » et, par extension, le pouvoir de l'État. Le symbolisme est pervers et entièrement intentionnel. La Croix du Christ, où les espoirs d'un messie politique sont ( devraient être ) morts pour toujours, est remplacée par un totem en forme de croix dans un état d'esprit en apothéose. De même que François a transformé le Vatican en un complément du mouvement environnementaliste marginaliste radicalement anti-humain et a appuyé de manière sûre le côté marxiste de chaque débat politique dans lequel il s’immisce, il veut étendre l'Église comme une franchise qui sera la-servante-au-monde socialiste en Chine, qui perpétuera ouvertement cette tradition Léniniste au XXIe siècle. Cette fois, l'accord vient avec des insultes directes et des blasphèmes contre Notre-Seigneur. En somme, un piétinement socialiste de la religion, mais avec des caractéristiques Chinoises.

Il y a vingt ans à peine, il semblait que le Communisme était finalement à bout de souffle. Maintenant, une douzaine d'hivers après la mort du Pape qui a consacré son pontificat à la lutte contre le collectivisme meurtrier, son successeur une fois enlevé est prêt à lui donner sa bénédiction.