vendredi 20 avril 2018

N’édulcorons pas l'histoire

Paul VI était le créateur
en plein centre de la Nouvelle Messe de Paul VI



Par l'Éditorialiste en chef
Le 19 avril 2018
SOURCE : Rorate Caeli


Sandro Magister, le grand vaticaniste de notre époque, a publié un récent article avec des extraits importants d'une biographie de Paul VI dans laquelle on prétend qu'il était presque une victime de la révolution liturgique, un spectateur qui n'avait presque aucun contrôle sur Bugnini au Consilium pour l'application de la réforme liturgique.

Désolé, nous n'achetons pas cela.

Dire que Paul VI avait peu de responsabilité pour la Nouvelle Messe de Paul VI, c'est comme dire que Louis XIV n'avait aucune responsabilité pour Versailles puisqu'il n'était pas maçon et ne l'avait pas construit de ses mains.

Donnez-nous du lest ! Paul VI était le moteur de la réforme liturgique. Il était l'homme responsable en plein coeur de cela. Bien sûr, il était mal à l'aise à ce sujet : il était le bourreau responsable d’amener la liturgie Romaine Traditionnelle à l'échafaud, et même les bourreaux se sentent mal à l'aise de faire leur travail.

Tout cette histoire édulcorée se produit justement à cause de la canonisation absurde de Paul VI, qui est passée au rouleau compresseur à l’encontre du sentiment des fidèles, qui n'ont jamais eu de dévotion pour ce Pape moche et son Pontificat désastreux. Pour mener à bien sa révolution liturgique, il a mené une persécution à l'Archevêque Marcel Lefebvre qui ne voulait que préserver le minimum de la Tradition.

C'est Lefebvre qui devrait être canonisé, pas son persécuteur.