lundi 23 avril 2018

Du Dr en Droit Canon, Jeff Mirus

Vers l'Érospolitic de l'Église ?
La libération sexuelle Catholique
Une reprise bien trop tard






par : Dr. Jeff Mirus ( Droit Canon)
Le 19 avril 2018


SOURCE : Catholic Culture




R. R. Reno, rédacteur en chef du site First Things, corrige les choses presque aussi souvent que moi ( et avec un mélange toujours plus riche de connaissance et d'érudition du public ). Dans le numéro de ce mois, il a publié un éditorial sur la nouvelle ruée Catholique pour accompagner ceux qui sont engagés dans des modes de vie qui démentent les enseignements Catholiques sur la sexualité, y compris la permanence du mariage. ( Ceci est un de ses commentaires dans sa chronique « Place publique » pour avril, vous la trouverez en faisant défiler vers le sous-titre « A Rerun Late-Night ». )

Comme Reno l'explique, « j'ai déjà vu ce film », notamment dans l'effondrement du Protestantisme dominant face à la révolution sexuelle des années 1960 alors qu'une église après l'autre s’est mue publiquement pour embrasser la libération morale à la demande. En revanche, souligne Reno, l'Église Catholique n'a pas ouvertement suivi cette voie, préférant prendre position en privé et tranquillement sans avoir l'air de défier la loi naturelle. Maintenant, bien sûr, la question est de savoir si cet accommodement deviendra public, même s'il n'est pas définitif, sous le Pape François.

Reno transperce habilement la double-pensée qui caractérise la justification des pulsions sexuelles et toutes leurs conséquences morales connexes. Il l'a déjà vu dans la théologie Protestante de Paul Tillich, « le maître de la dialectique qui lui a permis de dire que rejeter le « moralisme » est une véritable obéissance, et le doute est la vraie foi ». Ainsi, « un prêtre Italien qui fait partie de l'équipe a dit qu'il y a des moments où les principes Catholiques de la parentalité responsable exigent positivement l'utilisation de moyens artificiels de contraception ». Et, si vous voulez bien excuser le langage franc :

« Assez tôt, je le prédis, James Martin argumentera que le sexe anal est en fait l'accomplissement le plus vrai de l'enseignement Catholique sur la sexualité parce qu'il implique un sacrifice désintéressé de la fertilité de l'acte sexuel pour le but transcendant de l'amour ».

Cela met en évidence parfaitement la logique régnante.

Les bonnes nouvelles sont que Reno croit que les conditions environnantes changent rapidement. Tandis que les Protestants dans les années 1960 discutaient d'un nouveau monde dans lequel la libération sexuelle était naïvement censée contribuer de manière substantielle au bonheur de l'homme, cette tendance a « perdu son allure juvénile. Elle conserve l'autorité publique... mais beaucoup, peut-être la plupart, éprouvent une toxicité dans notre culture dominante de la sexualité ». Ce n'est pas seulement une pensée morale illusoire ; l'auteur fournit des exemples révélateurs.

Reno croit que les dirigeants Catholiques qui dénigrent constamment les « docteurs de la loi » ( pour avoir soi-disant promu « une approche infantile, fondée sur des règles de la vie morale parvenues « à maturité » ) sont bien trop tard pour le parti, la pale imitation de leurs ancêtres Protestants qui ont fait la même chose il y a deux générations, juste avant de disparaître.

D'où sa conclusion révélatrice :

« Dans les années 1970 et 1980, le corps diplomatique de l'Église a promu une Ostpolitik, une stratégie d'accommodement pour les gouvernements Communistes du Bloc de l'Est ... qu'ils ont supposé être une force permanente et irréversible de l'histoire du monde. Aujourd'hui, nous voyons quelque chose de similaire en ce qui concerne la révolution sexuelle. Tout comme elle perd de son attrait, les responsables de l'Église formulent une Erospolitik. C'est une entreprise digne d'Eugène Ionesco.

Je ne connais pas Ionesco ? Dramaturge français, 1909-1994, connu pour le Théâtre de l'Absurde.