jeudi 5 avril 2018

Le Cardinal Burke

Corriger le Pape pour obéir au Christ



Par : Riccardo Cascioli
Le 5 avril 2018

SOURCE : One Peter Five




Il y a ceux qui accusent comme désobéissants ceux qui ont exprimé des doutes, des questions et des critiques sur l'action du Pape, mais « la correction de la confusion ou de l'erreur n'est pas un acte de désobéissance, mais plutôt un acte d'obéissance au Christ et donc à Son Vicaire sur terre ». Ainsi parle le Cardinal Raymond Leo Burke dans cette interview à La Nuova Quotidiana., juste avant un important symposium qui se tiendra à Rome le samedi 7 avril sur le thème « Où va l'Église ? » Burke sera l'un des conférenciers. Le colloque aura lieu à la mémoire du Cardinal Carlo Caffarra, décédé en septembre dernier, l'un des signataires des dubia. C'étaient cinq questions adressées au Pape François cherchant une déclaration claire de continuité avec le Magistère précédent, suite à la confusion créée par les interprétations divergentes et parfois directement opposées de l'Exhortation Apostolique post-synodale Amoris Laetitia. Il n'y eut jamais de réponse donnée à ces dubia, qui furent également signées par le Cardinal Burke, et le Pape François ne répondit jamais à la demande répétée d'une audience faite par les Cardinaux qui les avaient signés.

Éminence, vous serez l'un des principaux orateurs du symposium du 7 avril qui, au nom du Cardinal Caffarra, posera des questions sur la direction de l'Église. Le titre du symposium indique un souci de la direction prise par l'Église. Quelles sont les raisons de cette préoccupation ?

La confusion et la division dans l'Église, sur les questions les plus fondamentales et importantes — le mariage et la famille, les Sacrements et les dispositions propres à les recevoir, les actions intrinsèquement mauvaises, la vie éternelle et les Fins Dernières — deviennent de plus en plus répandues. Et le Pape non seulement refuse de clarifier les choses en proclamant la Doctrine constante et la saine discipline de l'Église — une responsabilité qui est inhérente à son ministère en tant que Successeur de Saint Pierre, mais il augmente aussi la confusion.

Parlez-vous de la multiplication des déclarations privées du Pape qui ont été rapportées par ceux à qui il a parlé ?

Ce qui s'est passé avec la dernière interview donnée à Eugenio Scalfari pendant la Semaine Sainte et publiée le Jeudi Saint est allé au-delà de ce qui est tolérable. Qu'un athée bien connu puisse prétendre annoncer une révolution dans l'enseignement de l'Église Catholique, prétendant parler au nom du Pape, niant l'immortalité de l'âme humaine et l'existence de l'enfer, était une source d’un profond scandale, non seulement pour les Catholiques mais aussi pour beaucoup d'autres qui respectent l'Église Catholique et ses enseignements même s'ils ne sont pas d'accord avec eux. En outre, le Jeudi Saint est l'un des jours les plus sacrés de l'année, le jour où Notre-Seigneur a institué le Saint-Sacrement de l'Eucharistie et le Sacerdoce afin qu'Il puisse toujours nous offrir le fruit de Sa Passion et de Sa Mort rédemptrice pour notre salut éternel. La réponse du Saint-Siège aux réactions scandalisées qui sont venues de partout dans le monde était également très insuffisante. Au lieu de réaffirmer clairement la vérité sur l'immortalité de l'âme humaine et de l'enfer, la déclaration du Saint-Siège dit seulement que certains des paroles citées n'étaient pas celles du Pape. Il n'a pas dit que les idées erronées, voire hérétiques, exprimées par ces paroles ne sont pas partagées par le Pape ni que le Pape répudie ces idées, qui sont contraires à la foi Catholique. Ce petit jeu avec la Foi et la Doctrine, au plus haut niveau de l'Église, laisse les pasteurs et les fidèles se sentir scandalisés, et à juste titre.

Si ces déclarations sont très fausses et constituent une source d'embarras pour l'Église, il est étonnant de voir combien de pasteurs gardent le silence à ce sujet.

Certes, la situation n'est qu'aggravée par le silence de nombreux Évêques et Cardinaux qui partagent avec le Pontife Romain une sollicitude pour l'Église universelle. Certains ne disent simplement rien. D'autres prétendent qu'il n'y a rien de sérieux dans ce qui se passe. D'autres encore diffusent des fantasmes d'une « nouvelle Église », une Église qui prend une direction totalement différente du passé, fantasmant par exemple sur un « nouveau paradigme » pour l'Église ou sur une conversion radicale de la praxis pastorale de l'Église, la faisant complètement nouvelle. Ensuite, il y a ceux qui sont des promoteurs enthousiastes de la soi-disant révolution de l'Église Catholique. Pour les fidèles qui comprennent la gravité de la situation, le manque de direction doctrinale et disciplinaire de la part de leurs pasteurs les laisse perdus. Pour les fidèles qui ne comprennent pas la gravité de la situation, ce manque de direction les laisse dans la confusion et finalement victimes d'erreurs qui mettent en danger leurs âmes. Beaucoup de gens qui ont été baptisés dans une communion ecclésiale Protestante, mais qui sont ensuite entrés dans la pleine communion de l'Église Catholique parce que leurs communautés ecclésiales originales ont abandonné la Foi Apostolique, souffrent intensément de cette situation — ils perçoivent que l'Église Catholique est en train de suivre le même chemin de l'abandon de la Foi.

Ce que vous décrivez est une situation apocalyptique ...

Toute cette situation me semble refléter de façon toujours plus précise le Message de Notre-Dame de Fatima qui a mis en garde contre le mal — un mal même plus grave que les graves maux subis par la propagation du Communisme athée — qui est l'apostasie de la Foi au sein du Église. Le paragraphe 675 du Catéchisme de l'Église Catholique nous enseigne qu'« avant l’avènement du Christ, l’Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants » et que « la persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre dévoilera le « mystère d’iniquité » sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité ».

Dans une telle situation, les Évêques et les Cardinaux ont le devoir de proclamer la vraie Doctrine de l'Église. En même temps, ils doivent amener les fidèles à réparer les offenses données au Christ et les blessures infligées à son Corps Mystique, l'Église, quand sa Foi et sa discipline ne sont pas correctement sauvegardées et promues par ses pasteurs. Le grand canoniste du 13ème siècle, Enrico da Susa ( ou d'Ostia ), abordant la question difficile de savoir comment corriger un Pontife Romain qui agirait d'une manière contraire à sa charge, affirme que le Collège des Cardinaux constitue un contrôle de facto contre l'erreur papale.

Sans aucun doute, aujourd'hui la figure du Pape François est grandement discutée. Cela va de l'exaltation non critique de chaque petite chose à une critique impitoyable pour chacun de ses gestes ambigus. Mais d'une certaine manière, le problème de la relation de l'Église avec le Pape est vrai pour tous les pontificats. Certaines choses doivent être clarifiées. Que représente le Pape pour l'Église ?

Selon l'enseignement constant de l'Église, le Pape, par la volonté expresse du Christ lui-même, est « le principe perpétuel et visible et le fondement de l’unité qui lie entre eux soit les Évêques, soit la multitude des fidèles » (Constitution dogmatique sur l'Église du Concile Vatican II Concile, paragraphe 23). C'est le service essentiel du Pape de sauvegarder et de promouvoir le Dépôt de la Foi, la vraie Doctrine et la saine discipline cohérente avec les vérités qui sont crues. Dans l'interview déjà mentionnée d'Eugenio Scalfari, le Pape est considéré comme un « révolutionnaire ». Mais l'Office Pétrinien n'a absolument rien à voir avec la révolution. Au contraire, il existe exclusivement pour la conservation et la propagation de la Foi Catholique immuable qui conduit les âmes à la conversion du cœur et qui conduit l'humanité à l'unité basée sur l'ordre inscrit par Dieu dans sa création et surtout dans le cœur de l'homme, la seule créature sur terre faite dans l'image de Dieu. C'est l'ordre que le Christ a rétabli à travers le Mystère Pascal que nous célébrons en ces jours de Pâques. La Grâce de la Rédemption qui émane de Son Cœur Transpercé Glorieux dans l'Église, dans le cœur de ses membres, leur donne la force de vivre selon cet ordre, c'est-à-dire en communion avec Dieu et avec le prochain.

Sûrement le Pape n'est pas un souverain absolu, pourtant aujourd'hui il est largement vu pour être ainsi. « Si le Pape l'a dit ... » est la manière habituelle de couper toute question ou tout doute sur toute affirmation que le Pape a faite. C'est une sorte de papolâtrie. Comment répondriez-vous à cela ?

La notion de plénitude du pouvoir du Pontife Romain a été clairement exposée par le Pape Saint Léon le Grand [ cinquième siècle ]. Les canonistes médiévaux ont grandement contribué à une compréhension approfondie du pouvoir inhérent à l'Office Pétrinien. Leur contribution reste éternellement valide et importante. La notion est assez simple. Le Pape, par volonté divine, jouit de tout le pouvoir nécessaire pour sauvegarder et promouvoir la vraie Foi, le vrai culte divin et la saine discipline nécessaire. Ce pouvoir ne se rapporte pas à sa personne mais à son Office de Successeur de Saint Pierre. Dans le passé, pour la plupart, les Papes n'ont pas rendu publics leurs actes et leurs opinions personnelles afin de ne pas risquer que les fidèles puissent être déroutés par ce qu'ils font personnellement et pensent comme Successeurs de Saint Pierre. Actuellement, il y a une confusion dangereuse et même nuisible entre la personne du Pape et son Office, ce qui entraîne l'obscurcissement de l'Office Pétrinien et dans une conception mondaine et politique du service du Pontife Romain dans l'Église. L'Église existe pour le salut des âmes. Toute action du Pape qui sape la mission salvifique du Christ dans l'Église, qu'il s'agisse d'une action hérétique ou d'une action en elle-même pécheresse, est simplement vide du point de vue de l'Office Pétrinien. Ainsi, même si une action du Pape cause un grave préjudice aux âmes, elle n'appelle pas l'obéissance des pasteurs et des fidèles. Nous devons toujours distinguer le corps de l'homme qui est le Pontife Romain du corps du Pontife romain, c'est-à-dire de l'homme qui exerce l'Office de Saint Pierre dans l'Église. Ne pas faire cette distinction signifie de la papolâtrie, et cela conduit à une perte de confiance dans l'Office Pétrinien, qui est divinement institué et soutenu.

Quelles sont les choses que les Catholiques devraient considérer comme les plus importantes dans leur relation avec le Pape ?

Un Catholique doit toujours respecter, de façon absolue, l'Office Pétrinien, qui est une partie essentielle de l'Institution de l'Église fondée par le Christ. Dès qu'un Catholique ne respecte plus la fonction du Pape, il est disposé au schisme ou à l'apostasie de la Foi. En même temps, un Catholique doit respecter l'homme chargé de la fonction de Pape, ce qui signifie prêter attention à son enseignement et à sa direction pastorale. Ce respect inclut aussi le devoir d'exprimer au Pape le jugement d'une conscience bien formée, quand il dévie ou semble dévier de la vraie Doctrine et de la saine discipline ou quand il abandonne les responsabilités inhérentes à sa charge. Par la loi naturelle, par les Évangiles et par la constante Tradition disciplinaire de l'Église, les fidèles sont tenus d'exprimer à leurs pasteurs leur souci de l'état de l'Église. Ils ont ce devoir, auquel il y a un droit correspondant de recevoir une réponse de leurs pasteurs.

Ainsi, est-il possible de critiquer le Pape ? Et dans quelles conditions ?

Si le Pape ne remplit pas son Office pour le bien de toutes les âmes, il est non seulement possible mais nécessaire de critiquer le Pape. Cette critique devrait suivre l'enseignement du Christ sur la correction fraternelle dans l'Évangile ( Matthieu 18 : 15-18 ). D'abord, le fidèle ou le pasteur doit exprimer sa critique de manière privée, ce qui permettra au Pape de se corriger lui-même. Mais si le Pape refuse de corriger sa manière gravement déficitaire d'enseigner ou d'agir, la critique doit être rendue publique parce qu'elle a à voir avec le bien commun dans l'Église et dans le monde. Certains ont critiqué ceux qui ont publiquement critiqué le Pape comme s'il s'agissait d'une manifestation de rébellion ou de désobéissance, mais demander — avec le respect dû à son Office — la correction de la confusion ou de l'erreur n'est pas un acte de désobéissance, mais un acte d'obéissance au Christ et donc à Son Vicaire sur la terre.