mercredi 9 mai 2018

Vatican News sur l'affaire de Kesel

Les lois morales deviennent des recommandations





Rédigé par : Dr Maike Hickson

SOURCE : One Peter Five
Le 8 mai 2018


À la lumière des récentes remarques stupéfiantes du Cardinal Eijk sur l'échec du Pape à enseigner clairement la Doctrine de l'Église en ce qui concerne le débat sur l'intercommunion, il serait peut-être utile de considérer un autre exemple d'échec de Rome de nos jours. Vatican News parle de l'approche du Cardinal Jozef de Kesel envers l'homosexualité d'une manière qui semble remplacer les Commandements par des recommandations. La section Allemande de Vatican News semble de plus en plus souvent être une source de confusion morale.

Comme certains de nos lecteurs l'ont peut-être entendu, de Kesel — qui avait été nommé Cardinal par le Pape François en 2016 malgré le fait qu'il avait déjà publiquement promu l'homosexualité — envisage maintenant la création d'un rite liturgique spécial pour les couples homosexuels. Bien qu'il considère comme inadmissible d'avoir une sorte de bénédiction pour eux, il envisage néanmoins la possibilité d'une forme d'action de grâce ou de liturgie de prière pour les couples homosexuels.

Cette information peut être trouvée dans un article publié par l'organe officiel du Vatican, Vatican News, dans sa section Allemande, autrefois appelé Radio Vatikan. Par le passé, cette section Allemande de Vatican News avait fait la une des journaux pour avoir fait la promotion de points de vue clairement controversés et même d'images salaces qui, par exemple dépeignent deux femmes qui s'embrassaient dans leur article sur l'homosexualité. Dans ce même article, en 2015, un théologien Italien, le Dr Martin Lintner, était cité à dire : « La morale sexuelle de l'Église est en train de changer » et la théologie et le Magistère « perçoivent de plus en plus la sexualité dans sa dimension personnelle et intégrale ».[ sic ]

La Radio Vatikan de l'époque a poursuivi son article sur Lintner en ajoutant que les discussions du Synode Extraordinaire des Évêques de l'automne 2014 — ainsi que le récent document de travail pour le prochain Synode sur la Famille en octobre 2015 — montrent, selon Lintner, un « changement de mentalité » dans la façon dont l'Église traite les personnes homosexuelles.

Lintner est cité comme disant : « L'Église devient plus sensible aux expériences de souffrance des personnes concernées et des familles dans lesquelles vivent les personnes homosexuelles ». Ce développement putatif, d'ailleurs, est « significatif même si l'Église souligne qu'un partenariat homosexuel doit rester différent d'un mariage ».

À l'époque, cet article a provoqué un tollé d'indignation — non seulement pour ses opinions hétérodoxes qui ont été publiées, mais aussi à cause de la représentation d'un couple de femmes qui s'embrassaient. Pourtant, le Père Bernd Hagenkord, SJ, alors et encore chef de la section Allemande de Vatican News, ne s'est pas repenti de cette présentation, mais pensait plutôt que la photo était mal choisie « parce qu'elle ne correspondait pas vraiment à l’article ». « Mais ce n'est pas vraiment un scandale » avait-t-il ajouté.

Et cela vient du même homme qui a été pris récemment en train de répandre la fausse prétention que le Pape émérite Benoît XVI avait consenti à la publication tronquée de sa lettre privée adressée à Monseigneur Dario Viganò, ce qui a causé à l'époque le scandale du « Lettergate » — un scandale que Hagenkord a cherché à minimiser. Hagenkord a ensuite retiré cette fausse déclaration de son blog sur Vatican News, mais sans aucune excuse ; par la suite, le service d'information basé au Vatican, Il Sismografo, l'a ouvertement accusé de manipulation.

Pourtant, une correction de parcours ne peut être détectée dans la section de Vatican News sous la direction du Père Hagenkord. Maintenant, dans cette nouvelle bourde, la section Allemande de Vatican News rapporte que de Kesel a encouragé une sorte de liturgie en l'honneur des couples homosexuels qui s'oppose totalement à l'enseignement de l'Église, et cet article du 5 mai ajoute une phrase : « La Doctrine officielle de l'Église recommande la continence aux homosexuels ». ( « Die offizielle katholische Kirchenlehre empfiehlt Homosexuellen Enthaltsamkeit ». )

Recommande ?

L'Église Catholique est-elle devenue une organisation qui émet des « recommandations pour une vie bonne et saine » ? Et qu'en est-il de l'expression « Doctrine officielle » ? Y a-t-il alors dans l'Église une Doctrine « non officielle » concernant l'homosexualité ? En outre, on se demande si l'Église enseigne réellement que deux homosexuels peuvent vivre ensemble comme un couple tant qu'ils s'abstiennent simplement d'actes sexuels.

L'Église, comme vient de le dire le Cardinal Eijk, ne devrait-elle pas présenter « la Doctrine et la pratique claires de l'Église » ? C'est-à-dire, l'enseignement que les actes homosexuels sont gravement pécheurs et qu'ils mettent en danger, non seulement la santé corporelle, mais surtout le salut des âmes impliquées dans de tels actes ?

Il est temps que le Père Bernd Hagenkord — qui est même devenu le directeur général de l'ensemble de l'agence de presse du Vatican et occupe une place encore plus importante dans les médias du Vatican qu'en 2015 — soit invité à quitter son poste et à arrêter de confondre les fidèles.

Mais, encore une fois, cela ne peut avoir lieu que lorsque le Pape François lui-même aura changé d'avis, aura démissionné ou aura été démis de ses fonctions.

Il vaut la peine de répéter ici ce que le Cardinal Eijk a dit si franchement dans son propre commentaire concernant la propre omission du Pape François d'enseigner la « Doctrine et la pratique claires de l'Église » en ce qui concerne l'intercommunion :

Observant que les Évêques et, surtout, le Successeur de Pierre qui ne parviennent pas à maintenir et à transmettre fidèlement et dans l'unité le Dépôt de la Foi contenu dans la Tradition Sacrée et la Sainte Écriture, je ne peux m'empêcher de penser à l'Article 675 du Catéchisme de l'Église Catholique :

« Le procès ultime de l'Église »

« Avant l’avènement du Christ, l’Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la Foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre dévoilera le « mystère d’iniquité » sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la Vérité ».