samedi 19 mai 2018

Pour comprendre ce dont tout bon Catholique souffre...

La nouvelle synthèse de toutes les hérésies
Sur le Catholicisme Nietzschéen




Par : Peter A. Kwasniewski, PhD (Philosophie)
Professeur, Wyoming Catholic College

SOURCE : One Peter Five
Le 16 mai 2018


Friedrich Nietzsche a parlé de la « « transvalorisation » de toutes les valeurs » : l'inversion de nos conceptions du bien et du mal dans cette ère post-Chrétienne. Ce qui avait été considéré comme bon —l’humilité, le renoncement, l'obéissance, l'amour des pauvres et de la pauvreté, et regarder vers un monde à venir — était, dans son système, considéré comme mauvais, et ce qui avait été considéré comme diabolique — imposer sa volonté par la domination, satisfaire ses convoitises, écraser les faibles, écarter les pensées d'une vie après la mort, vivre pour l'instant présent — serait maintenant des vertus. L'Übermensch ou le Superman serait exactement le contraire du Saint Chrétien.

Comme le montre l'atrocité de l'avortement, la vision de Nietzsche a prévalu dans la société laïque de l'Occident. Mais une forme plus subtile de cette « « transvalorisation » de toutes les valeurs » n'a-t-elle pas envahi le Christianisme, y compris l'Église Catholique, qui semblait depuis tant de siècles s'opposer catégoriquement à tout compromis avec la modernité et son esprit athée ? Au cours des trente dernières années de ma vie ( c'est-à-dire les années où j'ai vraiment pris conscience d'être Catholique et d'essayer de vivre une vie conforme à ma foi ), j'ai de plus en plus remarqué une tendance qui mérite certainement d'être qualifiée de Nietzschéenne .

Si, par exemple, on objecte qu'une certaine idée ou pratique est « Protestante », on est susceptible d'être rejeté comme « anti-œcuménique ». De cette façon, un vague œcuménisme a supplanté plusieurs Dogmes de fide comme étant la mesure d'être un Chrétien. « Je ne crois pas aux Dogmes, je crois en l'amour », comme l'a dit une religieuse en civil à un prêtre guide.

Si l'on objecte qu'une habitude ou une opinion liturgique est contraire à l'enseignement du Concile de Trente ou à toute autre détermination magistérielle, on est susceptible de se la faire fermer en nous disant qu’on est « coincé dans le passé » ou de ne pas « être en accord avec le Concile » — voulant dire bien sûr, le Concile de Vatican II au nom duquel tous les Conciles précédents peuvent être ignorés ou annulés. Une nouvelle forme de conciliarisme a supplanté l'obéissance au Dépôt de la Foi dans son intégrité et à la Tradition ecclésiastique dans sa richesse reçue. « C'est pré-Vatican », comme une religieuse âgée récalcitrante qui vociférait envers un certain prêtre à chaque fois qu'il énonçait l'enseignement de l'Église.

Dans un article récent, je m'opposais à la pratique moderne des lecteurs comme Protestante et Pélagienne. La réaction des Progressistes d'aujourd'hui ( c'est-à-dire l'Église dominante ) serait sans aucun doute : « Alors quoi ? Nous sommes de bons amis avec les Protestants et nous ne nous soucions pas des hérésies anciennes obscures en ces temps éclairés. Tout ce qui compte, c'est une participation active ». Avec une phrase mal comprise, cinq, dix, quinze siècles de Catholicisme peuvent être balayés. Remarquablement, même les ecclésiastiques qui évoquent le terme Pélagianisme semblent incapables de voir leurs symboles les plus dynamiques et leurs pratiques de renforcement sous leurs propres nez.

Notre Seigneur a enseigné que divorcer et épouser une autre personne était commettre l'adultère, ce qui est un péché mortel ; mais dites ceci aujourd'hui et vous êtes presque mis à mort avec des pierres verbales : « rigides, vous qui jugez, impitoyables, peu accueillants, pharisaïques ». Peu importe que les Pharisiens aient approuvé le divorce et plié les grandes règles tout en imposant des petites ; personne ne se soucie aujourd'hui de l'histoire ou de la logique. Cela aussi est essentiel au « nouveau paradigme » : le bannissement de l'histoire et l'émasculation de la logique.

De tels exemples pourraient être multipliés ad nauseam. Ils soulignent tous une chose : ce qui était l'orthodoxie est maintenant considéré comme une hérésie et ce qui était autrefois une hérésie est maintenant considéré comme de l'orthodoxie. La « transvalorisation » de toutes les valeurs.

Nous nous trouvons à un tournant dans l'histoire de l'Église Catholique. Nous pourrions l'appeler le nadir de Pascendi Dominici Greg — le moment où l'on tente, en pratique sinon en théorie, de substituer à l'enseignement de Saint Pie X à son opposé diamétral. Saint Pie X avait défini le Modernisme comme « la synthèse de toutes les hérésies ». Cependant, pour beaucoup de dirigeants de l’Église et de fidèles, l' orthodoxie est « la synthèse de toutes les hérésies » et le Modernisme est la Foi Catholique purement et simplement. En effet, il est devenu à la mode aujourd'hui, même dans les cercles soi-disant conservateurs, de qualifier de « Fondamentalistes » des Catholiques qui maintiennent et enseignent ce que le Catéchisme de l'Église Catholique de Jean-Paul II enseigne.

La « transvalorisation », ou peut-être simplement la dévalorisation, de toutes les valeurs peut être vue si nous interrogeons les théologiens populaires de notre temps. La théologie trinitaire bizarre de Hans Urs von Balthasar n'est en aucune façon conciliable avec la théologie Trinitaire orthodoxe de l'Église . [ 1] S'appuyant sur une autre des nouveautés de Balthasar, Mgr Robert Barron pense qu'il peut sérieusement prétendre que tous les hommes pourraient être sauvés — une vue que Notre-Seigneur dans les Évangiles, Notre-Dame de Fatima, et toute la tradition du Christianisme avant Vatican II se seraient offusqués. La version standard « Bière Légère » de la Christologie ressemble peu à la Christologie articulée et défendue à un si grand prix par tant de Pères de l'Église, tels que Saint Athanase et Saint Cyrille d'Alexandrie. Comparée à celle de Saint Alphonse ou de Saint Louis de Montfort, notre Mariologie est inexistante, sentimentale ou réductrice. L'enseignement social Catholique a été coopté par la gauche socialiste et la droite capitaliste, chacun pour ses propres objectifs, alors que les thèmes fondamentaux tels que nous les trouvons dans Léon XIII, par exemple, la relation ontologiquement et institutionnellement nécessaire de l'Église et de l'État, est inconnue ou caricaturée. Quant à notre théologie sacramentelle et liturgique, on peut se pardonner de se demander s'il existe une théologie orthodoxe au niveau populaire à part une conception ( simpliste ) de la validité et de la licéité.

Comment est-ce qu'on est arrivés à cela ? Le chemin est long et sinueux qui remonte au moins à plusieurs siècles, avec le nominalisme, le volontarisme, le Protestantisme, le rationalisme et le libéralisme jouant chacun un rôle d'étoile. Mais en ce qui concerne la façon dont ce Nietzschéisme a trouvé sa place dans presque toutes les églises Catholiques et Catholiques, s'infiltrant dans la nef, s'élevant dans le sanctuaire, effaçant ou martelant les souvenirs de nos ancêtres et les visages des saints et des anges, je pense que la réponse est plus simple.

Cette « transvalorisation » de toutes les valeurs découle nécessairement de la transformation de toutes les formes.

Je me réfère à la façon dont rien de la vie Catholique n'a été laissé intact après Vatican II. Chaque partie de la Messe, chaque aspect de l'Office Divin, chaque Rite sacramentel, chaque Bénédiction, chaque vêtement clérical et liturgique, chaque page du Droit Canonique et du Catéchisme, tout devait être revu, retravaillé, révisé, habituellement dans le direction de la diminution et de l'adoucissement : « La Parole a été rendue fade et elle habitait dans les banlieues ». La beauté et la puissance de notre Tradition étaient au mieux atténuées, réduites au silence. Aucune forme n'était sûre, stable ou jugée digne de préservation telle qu'elle était, telle qu'elle avait été reçue.

Le message ouvert ou subliminal n'est pas difficile à déduire : l'Église Catholique a déraillé il y a plusieurs siècles et doit maintenant rattraper le monde moderne. Tout est en jeu. Quelle mesure appliquer, quel idéal viser, quel but atteindre avant les arrêts changeants — même ceux-ci sont indéterminés, discutables, ouverts, comme une histoire d’un flux de conscience mal écrite. Rien ne doit rester intact dans la reconnaissance humble et appréciée de sa longévité et de ce qui est chéri. Nous avons fini de construire sur le roc car il est immuable ; le sable mouvant est ce qui convient à l'évolution, à la flexibilité et au pluralisme de l'Homme Moderne.

Il n'était tout simplement pas possible qu'un tel processus iconoclaste, vandale, doutant de soi et auto-créateur se produise sans remettre profondément en question toutes les croyances Catholiques, toutes les pratiques Catholiques. Ostensiblement, la liturgie de l'Église était en train de se réformer ; en réalité, le Catholicisme était interrogé de haut en bas. Une fissure dans le barrage est suffisante pour entraîner son effondrement complet.

Par conséquent, une transformation de toutes les formes est survenue de façon tout aussi inévitable que l'épuisement et la dictature suivent après une révolution, c’est-à-dire la « transvalorisation » de toutes les valeurs.

On pourrait presque l'approcher comme un théorème géométrique chez Euclide : « En supposant l' aggiornamento, démontrez que l'Orthodoxie deviendra la synthèse de toutes les hérésies ». Et cela s'est passé comme on aurait pu le prévoir. CQFD [ Ce Qu’il Fallait Démontrer ].

C'est le contexte plus large qui explique et, en fait, stimule les événements vertigineux dont nous sommes témoins sous ce Pontificat tels que le démantèlement des Frères et Sœurs Franciscaines de l'Immaculée, la suppression du Monastère Trappiste de Mariawald, la poussée pour rendre le célibat clérical optionnel, la poussée pour étendre les ministères féminins, la haine amère de Summorum Pontificum et toute pratique liturgique Traditionnelle ( par exemple, la célébration ad orientem ) qui a refait surface dans son sillage, les pitreries des Amoréens qui travaillent sans dormir ( à l'imitation de leur maître ) pour obtenir l'acceptation dans l'Église de chaque « expression » sexuelle et ainsi de suite.

Tout se met en place au moment où l'on voit que les nouveaux maîtres de l'univers tiennent exactement le contraire de ce que vous et moi tenons. Nous croyons ce que les Catholiques ont toujours cru ; nous voulons vivre et prier comme les Catholiques l'ont toujours fait [ 2] ; et nous sommes choqués de nous trouver l'objet de moqueries, d'hostilité et de persécution. Mais nous ne devrions pas être choqués. Nous vivons selon le vieux paradigme dans lequel le Modernisme était la synthèse de toutes les hérésies. Nos ennemis suivent un nouveau paradigme — le paradigme, en fait, de l’innovation systématique ou de la nouveauté. Plus récente quelque chose est, meilleure elle est, plus authentique est-elle et plus réelle elle l’est dans le processus en constante évolution de la maturation humaine. Pour eux, la soi-disant « Foi orthodoxe » défendue par des gens comme Saint Augustin, Saint Jean Damascène, Saint Thomas d'Aquin, Saint Robert Bellarmine, Saint Pie X, elle n'est absolument plus « pertinente » pour l’ Homme Moderne ; c'est une relique glacée d'un passé mort, un obstacle au Progrès que l'Esprit de la nouveauté veut donner [ 3].

Les acharnés de la nouveauté ne s'arrêteront peut-être pas à canoniser les membres les plus illustres de leur maison — Ockham, Descartes, Luther, Hegel ou Nietzsche — mais ils feront de leur mieux pour canoniser des personnes moins connues de leur acabit tels que Giovanni Battista Montini, Annibale Bugnini et Teilhard de Chardin. Nous devrions nous préparer spirituellement à endurer une époque de sacrilèges, de blasphèmes et d'apostasies dont les Catholiques n'ont jamais imaginé dans les pires périodes de persécution païenne ou de confusion interne.

Nous pouvons nous réconforter dans la certitude, comme nous l'a rappelé Jean-Paul II dans son dernier livre Mémoire et Identité : Conversations au passage entre deux millénaires, que le Seigneur met toujours une limite au mal, comme il l'a fait avec le National-Socialisme et le Communisme Soviétique. Il ne tentera personne au-delà de ce qu'elle peut supporter. Et, autant que cette pensée donne à réfléchir, nous pouvons également tirer un certain réconfort de la certitude que Notre Seigneur met une limite aux maux que chacun de nous doit endurer en fixant une limite à nos vies. Pour le disciple fidèle qui s'accroche au Christ et à son Évangile qui donne la Vie, la mort acceptée en auto-abandon est, en plus d'être une malédiction de la Chute et une bénédiction qui nous libère d'un monde qui n'est pas et n'a jamais été voulu être notre foyer durable ( voir Hébreux 13 :14 ). Ce fait inévitable n'est pas une invitation au quiétisme —nous devons oeuvrer et nous devons accomplir — mais plutôt un appel à préserver notre paix d'âme au milieu des épreuves terrestres qui ne manqueront jamais et qui sont destinées à nous sevrer, peu à peu, de nos attachements pendant que nous nous préparons pour la Fête de l'Agneau.

Pendant ce temps, pendant notre pèlerinage dans cette vie, il nous appartient de combattre le bon combat, de garder la vraie Foi et de résister à toute difformité de celle-ci qui soulève sa tête laide alors que nous nous efforçons de transmettre ce que nous avons reçu et cherchons à introniser le Christ comme Roi de nos cœurs, de nos foyers, de nos paroisses, de nos pays et de toute la création.



REMARQUES :

[1] Bertrand de Margerie, SJ, a publié une brève mais cinglante « Note sur la théologie trinitaire de Balthasar » dans The Thomist 64 ( 2000 ) : 127-30, dans laquelle il cite divers textes hérétiques tirés du travail de Balthasar : « Nous avons ici un paradoxe : certains auteurs Modernes, manifestement concernés par la spiritualité, sont involontairement tombés dans une conception de l'Être Divin trop matérialiste. ... Une sorte de psychologisme humain risque d'entraîner les lecteurs du théologien Suisse dans la direction du trithéisme. ... Etant donné les fortes affirmations dans les Évangiles de l'unité entre le Père et le Fils — des affirmations réitérées par plusieurs Conciles œcuméniques pour souligner leur consubstantialité, nous ne pouvons accepter le langage dialectique, obscur et surtout dangereux de Balthasar, qui semble l’affirmer et le nier en même temps ».

[2] Le retour favori des Progressistes est que « la liturgie a continué à se développer avec le temps, donc vous ne pouvez pas dire que les Catholiques ont toujours adoré telle ou telle chose ». Mais c'est une réponse superficielle. La vérité profonde est que les Catholiques ont toujours adoré selon la liturgie qu'ils ont reçue, et tout développement s'est produit dans cette hypothèse fondamentale de la continuité des rituels, des chants et des textes. Le travail du Consilium des années 1960 a rejeté cette hypothèse en modifiant presque chaque aspect de la liturgie, ajoutant et supprimant le matériel selon leurs propres théories. Donc ce qu'ils ont produit n'est pas et ne peut jamais être une expression de la Tradition Catholique ; ça restera toujours un corps étranger.

[3] C'est en accord avec cet évolutionnisme Darwinien-Hégélien que nous trouvons les « conservateurs » d'aujourd'hui si prêts à embrasser l'idée que tout ce que dit le Pape actuel surpasse automatiquement tout ce que ses prédécesseurs ont dit sur le même sujet. En réalité, l'enseignement d'un Pape possède précisément l'autorité dans la mesure où il contient et confirme l'enseignement de ses prédécesseurs même s'il développe un enseignement d'une manière qui soit en harmonie avec ce qui a déjà été enseigné. De plus, les règles élémentaires de l'interprétation magistérielle nous disent qu'un enseignement donné avec un niveau d'autorité plus élevé, quel que soit le nombre de décennies ou de siècles, a plus de poids qu'un enseignement récent donné avec un niveau d'autorité inférieure. Le niveau d'autorité est déterminé par le type de document dans lequel, ou l'occasion de laquelle il est délivré, par la formulation verbale employée et par d'autres signes de ce genre.