mardi 1 mai 2018

Est-ce que les Évêques Allemands
essaient d'exporter leur modèle en faillite ?



Par: Phil Lawler

Phil Lawler a été journaliste Catholique depuis plus de 30 ans. Il a édité plusieurs revues Catholiques et écrit huit livres. Fondateur de World Catholic News, il est le directeur des nouvelles et analyste en chef à CatholicCulture.org.

SOURCE : Catholic Culture
Le 1er mai 2018


Alors que les responsables du Vatican se préparent à une « réunion au sommet » avec une délégation de la hiérarchie Allemande, pour discuter de la proposition des Évêques Allemands de permettre l'intercommunion, John Allen de Crux donne un aperçu de la réalité :

« Ceux qui connaissent la réalité du Catholicisme Allemand disent généralement que les choses s’analysent ainsi : la plupart des Catholiques et des Protestants dans les mariages mixtes ne vont pas régulièrement à l'église de sorte que la question de l'intercommunion ne se pose pas vraiment. Pour ceux qui vont à la Messe et quand le partenaire Protestant désire recevoir la Communion, ce conjoint Protestant a trouvé depuis très longtemps un pasteur compréhensif et a tranquillement pris part à la Sainte-Cène tout le temps. Les observateurs disent que le nombre de gens qui veulent la Communion mais qui, pour une raison ou une autre, en sont bloqués, sont relativement petits ».

En d'autres termes, ce n'est pas vraiment un gros problème. Alors pourquoi est-ce un gros problème ? Et en y réfléchissant, ne pourrait-on pas dire quelque chose de semblable à propos d'Amoris Laetitia et de la question de la Communion pour les Catholiques divorcés et remariés ? Combien de personnes dans cette catégorie sont effectivement interdites de Communion dans la pratique ? N'y a-t-il pas, en tout cas, beaucoup plus de chances qu’ils restent à l'écart de la Messe — ou, s'ils sont des adeptes de la Messe, de trouver un pasteur qui les accommodera ?

Comme le note Allen, leur politique ne changerait pas grand chose pour leur propre peuple en Allemagne. Mais cela entraînerait d'énormes changements dans d'autres pays. Pourtant, les Évêques Allemands ( je devrais dire la majorité des Évêques Allemands, pas tous ) semblent décidés à aller de l'avant avec leur proposition. Pourquoi ?

La hiérarchie Allemande, non satisfaite d'avoir chassé des centaines de milliers de Catholiques de ses églises dans leur propre pays, chercherait-elle maintenant à exporter son modèle de leadership raté ?