mercredi 2 mai 2018

Synode sur les jeunes

Le Scandale
Le Vatican manipule les données recueillies auprès des jeunes du monde, il ignore les demandes pour la Messe en Latin





Rédigé par : Michael Matt | Éditeur

SOURCE : The Remnant
Le 30 avril 2018


Peut—être le moment le plus gênant et le plus mis en conserve de l'histoire de la papauté

Le Synode sur les jeunes, octobre 2018

En toute charité, il faut dire que les pauvres millénaires représentent probablement la génération la plus démunie de l'humanité dans l'histoire du monde. Ce n'est certainement pas de leur faute, cela ne change rien à la réalité tragique de ce qu'ils sont. Après une centaine d'années de Modernisme dans l'Église et de laïcité dans l'État, la triste condition spirituelle, morale et intellectuelle des millénaires offre l'inculpation la plus cuisante de la modernité imaginable.

Le « Progrès » sur le chemin de l'utopie a laissé toute une génération de jeunes incertains quant à la salle de bain à utiliser.

Bien joué, les Illuminés !

« Depuis que cet article est paru dans le journal papier The Remnant le mois dernier, un épisode récent de l’émission World Over sur la chaîne EWTN a magnifiquement confirmé tous les soupçons présenté dans cet article. Il présente également une exception d'air frais là où les millénaires sont concernés. Ce jeune homme articulé offre de l'espoir à toute sa génération. Regardez, puis lisez ».


Durée : 20 min 24 sec
En anglais

Petit sommaire du vidéo : Connor McLaughlin, 20 ans, de la Caroline du Nord était chef du groupe Facebook/anglais sur le site pré-Synodal des Jeunes.

Il affirme que tous les participants de son groupe ont presqu'unanimement mentionné des éléments qui n'apparaissent pas dans le document final remis au Pape. Par ailleurs, il insiste que, contrairement à ce qui est écrit dans le document final, que son groupe n'a jamais demandé que les enseignements de l'Église soient changés mais, plutôt, qu'ils soient rendus plus clairs. Que les enseignement de l'Église ne soient pas mielleux ni enrobés de sucre. On veut la vérité et qu'elle nous soit bien expliquée.

Toujours concernant les enseignements de l'Église, le document se contredit : parfois les enseignements ne sont pas clairs, d'autres fois, ils sont clairs et doivent être proclamés dans toute leur authenticité. Le jeune McLaughlin explique cela du fait que le document veut embraser toutes les opinions qui ont été exprimées. Il conclut : « Qui trop embrase, mal étreint ».

L'animateur Aroyo mentionne que plusieurs éléments mentionnés sur les groupes Facebook n'ont pas été rapportés dans le rapport final. Pis encore, un de ceux qui était responsable de la rédaction du rapport final, Isaac Whitters (?), s'est plaint que l'équipe de rédaction a dû faire leur rédaction à partir de documents qui avaient déjà été filtrés. Par exemple, le jeune Whitters s'est plaint qu'on ne lui a pas montré la richesse des commentaires reçus en ligne dont la Messe Traditionnelle en Latin fréquemment mentionnée en ligne et qui lui fut obscurcie pour leur rédaction. Le monde en ligne ne fut donc pas correctement représentée auprès de l'équipe de rédaction.

Le jeune McLaughlin souhaite de tout coeur que ces biais entre les commentaires reçus et leurs résumés ne soient pas dûs à un Vatican corrompu. Il plaide davantage pour le fait qu'il y avait deux colonnes qui se sont rencontrées : la colonne des jeunes vis-à-vis la colonne des vieux clercs. Et ces derniers semblaient dire : « Non, vous n'avez pas besoin de cela ( Messe en Latin, par exemple ).

Il n'a jamais lui-même participé à une Messe en Latin. Mais ce qu'il souhaite du plus profond de son coeur, c'est qu'on ramène de la « révérence » dans la Messe Novus Ordo qui est si désacralisée.

Tous les jeunes, selon lui, désirent les 2 000 ans de Tradition de l'Église. C'est la plus grande tragédie si on nous enlève cette révérence dans les Messes et que l'on n'en tienne pas compte dans nos demandes.

Les sujets de l'homosexualité, de l'avortement, des ministres féminins, etc, ont été extirpés du document final pour deux raisons : 1) La crainte de polariser les gens 2) L'Église ne sait pas quoi nous dire sur ces sujets.

Question de l'animateur Aroyo : pensez-vous que les jeunes ont été utilisés comme des marionnettes pour répéter ce que la vieille garde désire dire ? Réponse McLaughlin : c'est une très grand probabilité.

Concernant la participation physique des assistants à Rome, McLaughlin se sent très vexé que des athées, des jeunes adorant un autre dieu que celui des Catholiques puissent être admis à cette rencontre et qu'on ait donné l'impression que leurs opinions pouvaient représenter celles des Catholiques... « Imaginez, dit-il, il y avait un Musulman Pakistanais lors de cette rencontre... Et vous savez ce qu'ils font aux Chrétiens dans son pays... »

Quant aux femmes prêtres, McLaughlin considère que c'est vraiment obscurcir le débat. Mère Térésa ? Soeur Angelica ? Elles n'ont rien fait ? Elles auraient dû être des femmes prêtres ?

Dernière question de l'animateur Aroyo : « Qu'adviendra-t-il lors du vrai Synode en octobre prochain ? » Réponse McLaughlin : « Le document qui a été produit n'aidera ABSOLUMENT PAS les Évêques car il a été trop dilué de sa substance.

La plupart des gens qui sont éveillés savent que c'est le cas, sauf pour les messieurs vieillissants qui dirigent le Vatican présentement. En fait, l'équipe Bergoglio a passé la majeure partie de l'année passée à interroger les millénaires du monde entier pour recevoir leurs recommandations sur la direction que devrait prendre l'Église dans les années à venir. L'apport des millénaires est si crucial que le Saint-Père a accepté de les laisser dicter la direction du prochain Synode des Évêques ( Rome, octobre 2018 ).

En dehors du Vatican, il s'agit d'une blague géante, pas drôle du tout, puisque la seule vraie contribution que la plupart des ces jeunes puissent offrir est une preuve irréfutable que l'Église de Vatican II a échoué auprès de toute une génération, les ayant complètement nivelés vers le bas de telle sorte qu'ils n'ont aucune idée de ce que l'Église enseigne, comment prier le Rosaire, de quoi parle la Messe, etc. Et s'il y avait un doute à ce sujet auparavant, il a été officiellement chassé grâce au Document Final de la Réunion Pré-Synodale, qui a été présenté par la Jeunesse du Monde au Pape François lors de la Réunion Pré-Synodale du 19 au 24 mars à Rome.

Le Pape François et Compagnie ont examiné le document et se préparent actuellement à placer toute l'Église à la merci des Catholiques les plus ignorants de la planète. En d'autres termes, le Berger va suivre ses brebis perdues partout dans le pâturage ... juste comme un fou.

Donc, si quelqu'un veut savoir exactement où va la Révolution de François à partir d’ici, recherchez juste sur Google « Les jeunes, la Foi et le Discernement vocationnel : document final de la réunion pré-Synodale ». Mais préparez-vous, par contre — ce n'est pas joli.

La réunion pré-Synodale à Rome a impliqué des centaines de jeunes ainsi que des milliers de personnes du monde entier qui ont participé en ligne, tous sélectionnés par des Conférences Épiscopales et d'autres groupes religieux. Ils se sont réunis à Rome, comme l'a dit un journaliste, « pour donner une partie de leur esprit collectif aux hommes âgés qui dirigent l'Église de 1,2 milliard de membres ». Ils ont présenté une liste de griefs et de demandes au Pape parmi lesquels, entre autres changements, une « Église plus transparente et authentique, où les femmes joueraient un plus grand rôle de leadership et où le fait d’obéir à des normes morales « inaccessibles » n'est pas le prix d'admission.

Oui, des « normes morales inaccessibles » — autrement connu comme le devoir quotidien et la pratique fidèle de la Foi Catholique entrepris par des millions et ce, depuis des millénaires ... avant le Concile Vatican II. Pour les Catholiques Progressistes Modernes qui ne peuvent possiblement pas être dérangés de faire ce que l'Église Mère demande pour le salut de leurs âmes, c'est maintenant « inaccessible » ... juste cinquante ans après Vatican II.

Alors que lors du dernier Synode — le Synode sur la Famille — nous a donné la permission papale aux adultères publics de retourner aux Sacrements, ce prochain Synode — le Synode sur les Jeunes — s'attaquera au « gros problème » des rôles inégaux des femmes dans l'Église . LISEZ ENTRE LES LIGNES : Si vous ne voulez pas voir tous les jeunes quitter l'Église Catholique, vous feriez mieux de commencer à ordonner des femmes diacres, Cardinaux et éventuellement prêtres.

Cette prochaine étape de la Révolution de François prendra aussi en considération ce que les jeunes ont prétendument appelé le « moralisme excessif », qui, selon ce nouveau document, « fait partir les fidèles » parce que « les bureaucrates déconnectés de l'Église » refusent « d'accompagner leur troupeau avec humilité et transparence ».

Avalez ça, tous les prêtres dans le Novus Ordo !

Toute une coïncidence, soit dit en passant, c'est exactement ce que le Pape François dit depuis cinq ans. Assez de rigorisme et assis sur la chaise de Moïse à jeter des pierres aux pécheurs. Nous avons besoin de miséricorde. Pour le Dieu des surprises, tout ce dont nous avons besoin, c'est l'amour ! Eh bien, vous ne le savez pas, c'est exactement ce que les jeunes du monde veulent aussi.

Bien joué, François !

Les jeunes — qui, soit dit en passant, comprenaient des Catholiques, des Protestants, des Musulmans et des Athées — ont également dit au Pape François que « nous, la jeune Église, demandons à nos dirigeants de parler concrètement de sujets tels que l'homosexualité et des questions sur le genre à propos desquels les jeunes discutent déjà librement ». Pas de surprise ici. Le Synode sur les Jeunes doit — tout simplement DOIT ! — s’attaquer à l'interdiction « mesquine » de l'Église sur les soi-disant « unions gaies ». Après tout, c'est pour les enfants !

Encore une fois, tout cela est étrangement commode pour le Vatican, qui maintenant doit simplement répondre à ce qu'ils voulaient aborder de toute façon, rendant l'Église plus conviviale pour ces « fidèles Catholiques » dans des relations sodomites.

Le document affirme également qu'au moins certains jeunes veulent que « l'Église change l'enseignement de l'Église ou explique mieux cet enseignement sur la contraception, l'homosexualité, l'avortement et la cohabitation ». Et vous avez votre boîte de Pandore. Nous devrons attendre et voir à quel point le Vatican peut s'en tirer avec ce fourre-tout.

Et pourquoi ces questions morales doivent-elles être abordées puisqu'elles sont déjà fixées dans la loi morale et les catéchismes de l'Église Catholique ? Eh bien parce que, globalement, selon les jeunes prétendument, l'Église apparaît souvent comme trop sévère, et son « moralisme excessif » envoie les fidèles chercher ailleurs la paix et l'épanouissement spirituel :

« Nous avons besoin d'une Église accueillante et miséricordieuse, qui apprécie ses racines et son patrimoine et qui aime tout le monde, même ceux qui ne suivent pas les normes perçues ».

Les jeunes ont d'ailleurs présenté leur liste de demandes à François le Dimanche des Rameaux et tout ceci est en passe de devenir l'un des documents de travail qui guideront les discussions lors du Synode des Évêques d'octobre. Restez à l'écoute.

C'est tellement parfait, n'est-ce pas ? Les milléniaux préparent un document de position cohérent qui correspond parfaitement à la Révolution du Pape François pour changer l'Église d'une manière qui sera irréversible. Et bien sûr, les mains du Vatican sont liées. Ils « doivent » simplement coopérer avec cela puisque les enfants le réclament, et faire moins serait les scandaliser et nous savons tous ce que notre Seigneur dit de ceux qui scandalisent les enfants ...

Voyez-vous comment ça marche ? Le Pape François sort une page d’un des nombreux mouvements révolutionnaires Maçonniques des années 1960, qui séparaient d'abord les jeunes de leurs parents, les enrichissaient ensuite de musique folk et de danse, et finalement « écoutaient » la voix libre de sagesse de la jeunesse, sachant exactement où cela mènerait — c'est-à-dire à la révolution sociale et morale.

Le mouvement hippie vient à l'esprit tout comme la Révolution Sexuelle, menée par l'industrie du rock 'n' roll. Plus près de chez nous, le mouvement Sillon ( condamné par Saint Pie X dans Notre Charge Apostolique ) et ses petits frères et sœurs appelés le Chemin Néocatéchuménal et les Focolari qui, soit dit en passant, offre encore du matériel d'auto-promotion pratiquement indiscernable de la propagande du Vatican pour le Synode sur les jeunes.

Sur Foralare.org, par exemple, nous lisons :

« Les jeunes ont toujours été présents et activement impliqués dans le mouvement des Focolari depuis ses débuts. Mais leur place spécifique dans le Mouvement a commencé à émerger en 1967 lorsque Chiara Lubich a lancé sa devise : «Jeunes du monde, unissez-vous ! », ce qui a jeté les bases des mouvements de jeunesse des Focolari : le Mouvement Gen en 1968 et Jeunesse pour un Monde Uni en 1985.

Des jeunes âgés de 17 à 30 ans, dispersés sur cinq continents, de différentes ethnies, nationalités et cultures, ont répondu à son appel jusqu'à nos jours. Ils appartiennent à diverses dénominations Chrétiennes, à différentes religions, ou ne professent pas aucune croyance religieuse, mais ils sont tous unis par le désir de construire un monde plus uni : faire de l'humanité de plus en plus une famille unique, où l'identité personnelle de chaque individu est honoré.

Ils s'efforcent de multiples façons de construire la fraternité universelle ... »

Donc, sous prétexte de faire de l'Église un espace sûr pour les millénaires, le Pape François s'engage dans une révolution contre ce qui reste de l'ancien ordre Catholique.

Et le bon côté de la chose ? Eh bien, nos amis du Vatican n'ont apparemment jamais compris que tout ceci est un aveu tacite de l'échec colossal du Concile Vatican II, qui a maintenant laissé l'Église Catholique incapable de garder ses propres jeunes engagés et de fréquenter les Sacrements.

Mais n'était-ce pas le point et le but de Vatican II de « mettre à jour » l'Église, de la rendre suffisamment «à la page » pour garder les jeunes engagés ? N'était-ce pas pour ça toute la musique branchée et la liturgie hippie — les jeunes ? Est-ce qu’il ne fut pas garanti à une génération des Journées Mondiales de la Jeunesse de garder tous les jeunes Catholiques ?

Alors, qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Quand même le Vatican admet que des millions de jeunes ont simplement quitté l'Église depuis la fin du Concile Vatican II, n'est-il pas temps pour nous d'admettre que Vatican II a été un échec colossal ? Si non, pourquoi pas ? Et sinon, pourquoi avons-nous besoin d'un Synode des Évêques pour essayer de savoir pourquoi les jeunes quittent l'Église en masse ?

Et les prêtres ... les pasteurs de tous ces jeunes ? Si tout est si au poil dans l'Église de Vatican II, les jeunes prêtres branchés ne pourraient-ils pas garder les enfants à la Messe ? N'auraient-ils pas au moins une bonne idée de ce qui manque dans la vie des jeunes qui s'égarent ? Ils ont baptisé ces jeunes. Ils les ont regardés grandir. Ils ont entendu leurs confessions ... vraisemblablement.

Si Vatican II était un tel succès boeuf, le Vatican ne devrait-il pas simplement interroger les pasteurs pour voir quels ajustements l'Église devrait apporter afin d'être plus pertinents pour les jeunes ? Non ?

Serait-ce parce que l'Esprit de Vatican II a chassé la moitié des prêtres de l'Église et laissé les autres lutter contre leur propre sexualité ?

Serait-ce parce que l'Esprit de Vatican II a détruit des familles, détruit les traditions qui maintenaient les parents et leurs enfants ensemble et chassé des générations entières de jeunes hors de l'Église ?

Et, finalement, n'oublions-nous pas quelque chose ? C'est du Vatican moderne dont nous parlons ici — les responsables et les agents de dissimulation de l'un des plus grands scandales d'abus d'enfants dans l'histoire. Ces gars-là ont soudainement compris comment atteindre les enfants ? Est-ce qu'ils plaisantent ?

Comme mon ami le regretté John Vennari l'a déjà fait remarquer : « Je ne ferais pas confiance au Pape François pour enseigner à mes enfants leurs leçons de catéchisme ».

En effet !

Non merci, Votre Sainteté. En tant que Catholique pratiquant qui n'a jamais manqué la Messe dominicale dans sa vie et qui est obligé de scolariser ses sept enfants à la maison parce que les écoles diocésaines sont devenues des repaires d'iniquité théologique, je pense que je vais passer outre le Synode sur les Jeunes.

En fait, si quelqu'un veut connaître mon opinion sur le Synode sur les Jeunes, je dirais que François et Compagnie doivent rester loin des enfants et cesser de les polluer avec leur pourriture Moderniste. Ils n'ont pas de solutions. Ils n'ont pas de réponses. Ce sont les toutes dernières personnes sur terre qui devraient se considérer qualifiées pour répondre aux besoins des jeunes.

Mais, qu'est-ce que je sais ... Je suis juste un autre néo-pélagien prométhéen auto-référentiel qui essaie de garder la Foi malgré l'occupant actuel sur la Chaire de Pierre.

Du Synode sur les jeunes, libera nos, Domine ( c'est du latin, les amis millénaires — pas Elvis )