lundi 28 mai 2018

Si l'Église possédait des actions,
vous les vendriez avant qu'il ne soit trop tard


SOUS-TITRE
L'Église Américaine est moribonde
Pour un nouvel arrivant, six en sortent...





Écrit par Jim Banniste

Le 28 mai 2018
SOURCE : Le Centre de Fatima


Si vous pensiez que votre église paroissiale ne semblait pas aussi pleine le Dimanche de Pâques ( ou n'importe quel dimanche ), vous avez raison ! Et vous n'êtes pas seul. C’est vrai, vous pouvez être presque seul dans votre banc, mais vous n'êtes pas seul à penser ainsi. Les statistiques publiées en mars par le Centre de Recherche Appliquée à l'Apostolat (CARA) à l'Université de Georgetown à Washington révèlent la chute précipitée du nombre d'Américains s'identifiant comme Catholiques ainsi que d'autres preuves des fruits empoisonnés de Vatican II.

En combinant son enquête avec les dernières données de recensement disponibles, CARA a constaté que bien que la population adulte des États-Unis ait augmenté de 6,3% entre 2010 et 2016, le nombre de personnes qui se disent « Catholiques » a diminué de 0,9% pendant la même période. Voici à quoi ressemblent les statistiques sous forme de tableau.

En regardant les données d'une autre manière, le nombre de Catholiques qui s’identifient comme tels est passé de 25,2% des Américains adultes à 23,5%. Le rapport CARA a également constaté une diminution du nombre d'enfants nés de femmes Catholiques, le nombre de nouvelles entrées dans l'Église et la proportion de Catholiques se mariant dans l'Église.

Les statistiques de Baptêmes sont peut-être les plus troublantes. En utilisant des données du Répertoire Catholique Officiel ( OCD ), CARA a constaté une tendance constante à la baisse du nombre de personnes entrant dans l'Église en tant que mineurs et adultes.

En 1996, 1,15 millions de personnes ont rejoint l'Église. 13% d'entre eux étaient des adultes de 18 ans ou plus. En 2016, ce nombre avait diminué de 28% avec 828 702 entrées dans l'Église ( dont 12% avaient 18 ans ou plus ). Que vous parliez de mineurs ou d'adultes ou les deux, les statistiques montrent moins de personnes embrassant la Foi Catholique chaque année.

Tous ces indicateurs pointent vers une église en mauvaise santé, sinon moribonde. Si vous regardiez le rapport annuel d'une société — analysant les ventes, les revenus et la rentabilité en vue d'acheter ou de vendre ses actions — vous vous départiriez de toutes les actions que vous déteniez, ou, mieux encore, vous les vendriez à court !

Mais ( vous pourriez dire ), il n'y a pas autant de Juifs qu'avant. Et toutes les « Églises » du Christ sont en déclin. Seul le nombre de Musulmans semble augmenter. Donc, les choses ne sont pas si mauvaises. Nous tenons le phare finalement. Correct ?

Non, ce n'est pas correct. Les recherches menées par le respecté Pew Forum en 2015 ont conclu que l'Église Catholique Romaine aux États-Unis perd des membres plus rapidement que n'importe quelle dénomination ! Dans « Changing Religious Landscape » [ le paysage religieux changeant ] de l'Amérique, Pew Forum rapporte que le nombre total de Catholiques aux États-Unis a diminué de 3 millions depuis 2007. Selon eux, cela ne représentait que 20% de la population totale — plus de 3% de moins que CARA.

L'enquête Pew a examiné des statistiques encore plus troublantes. Ils estimaient que pour tout converti au Catholicisme, plus de six Catholiques avaient quitté l'Église. Leur conclusion : le Catholicisme perd plus de membres qu'il ne gagne à un taux plus élevé que n'importe quelle autre dénomination, avec près de 13% de tous les Américains se décrivant comme « anciens Catholiques ».

Pourquoi tant de gens quittent l'Église ? Quelques années avant l'enquête mentionnée ci-dessus, CARA a réalisé des « entrevues de sortie » des Catholiques adultes déchus dans le Diocèse de Springfield, Illinois. Les répondants ont donné quatre raisons majeures d’être partis : insatisfaction à l'égard de la Doctrine de l'Église ( exemples : contrôle des naissances, ordinations des femmes, mariages civils après un divorce, traitements de fertilité et mariage entre conjoints de même sexe ) ; perte l'intérêt pour la Foi et la Messe ; scandales dans l’Église ; et se sentir importunés ou jugés par l'Église.

La suggestion de CARA quant à la manière d'inverser ou au moins de ralentir le déclin est la « réponse Kumbaya » [ les esclaves dans les champs américains chantaient à Jésus un negro spiritual intitulé en mauvais anglais Kumbaya : « Come by Here », « Viens ici » — ici le terme est pris ironiquement ] de l'Église dominante — à savoir, atteindre tous les mécontents et leur faire un gros câlin. Dire à ceux qui vivent dans le péché que ces règles gênantes ( autrefois appelées Commandements ) ne sont pas vraiment importantes, et si un changement est nécessaire, les enseignements de l'Église, et non leurs « choix de style de vie », peuvent être ajustés.

C'est la réponse incarnée par Amoris Laetitia, dans laquelle le Pape François propose que les Doctrines séculaires de l'Église sur l'indissolubilité du mariage et la morale sexuelle soient généralement mises de côté. Pourquoi ? Pour reconquérir ces « Catholiques de cafétérias » [ Catholiques tièdes ] qui veulent que l'Église se conforme à leurs notions de ce qui est juste et faux, plutôt que de se conformer à la volonté exprimée de Dieu.

Peut-être qu’un jour Saint Pierre demandera à François : « Comment cela s'est-il passé ? » Nous avions l'habitude d'avoir un nom pour ce jour-là — le Jour du Jugement !